Dans les années 1990, Stocamine a été “vendu” aux élus et à la population comme un stockage de déchets ultimes réversible dans le cadre d’un projet de reconversion des mines de potasse d’Alsace (MDPA). Suite à l’incendie de 2002, les installations ont été fermées en 2004 et à l’époque, les responsables de Stocamine (filiale des MDPA) préconisaient un enfouissement complet des 42 000 tonnes de déchets. Un déstockage était jugé trop difficile, trop dangereux, trop coûteux. Ces déchets contiennent du mercure, de l’arsenic, du cyanure, du cadmium, de l’amiante, etc.  les experts auraient même répertorié 121 tonnes de pyralène. En 2010, un petit groupe d’écolos et d’anciens mineurs préoccupés par des pollutions possibles de la nappe phréatique ont créé le […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 3,90€ / mois !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous