Love me tender

Selon L’Alsace, les Alsaciens sont en quête de “visibilité”… Oh, le doux euphémisme ! “Ça râle un peu dans les allées du Grand Est au Salon de l’agriculture où quelques exposants alsaciens ont même enlevé les panneaux bleus de la nouvelle région pour les remplacer par le logo de l’Alsace”. Ah oui, quand même… C’est pas vraiment la joie pour une première des producteurs alsaciens sous la bannière Grand Est au Salon international de l’agriculture à Paris. Ils regrettent “les marqueurs identitaires” qui ont aujourd’hui disparus et qu’ils considèrent comme “un atout marketing”. On ne peut pas aimer quelque chose qu’on ne connaît plus ou qui a disparu, ou alors cela s’appelle de la nostalgie… Triste prise de conscience de la réalité grandestienne.

Cette situation est à l’image de la grande région : l’Alsace se sent niée dans son identité culturelle et, noyée dans une portion géographique gigantesque, ceux qui la cherchent ne la voient plus.

 

Relation toxique

François Fillon, après avoir annulé au dernier moment sa visite au Salon de l’agriculture, a confirmé sa convocation par les juges et a annoncé le maintien de sa candidature  lors d’une conférence de presse. Sa ligne de défense : « Ce n’est pas moi seulement qu’on assassine, c’est l’élection présidentielle ». Excusez du peu, môssieur n’est pas n’importe qui, et il est persuadé que la droite veut du Fillon, que du Fillon, toujours du Fillon, encore du Fillon ! Heureusement, les politiques du Grand Est tentent de ménager ses ardeurs envers lui-même et on peut enfin lire, sur Twitter, l’indignation de la droite : “Il n’est pas possible de continuer à faire campagne contre la justice” lui rétorque Fabienne Keller. Bon, alors, il comprends maintenant que tout est fini entre nous ???

 

Quand on a que l’amour…

Aïe. Le Racing Strasbourg s’est fait sortir par Avranches en huitièmes de finale de la Coupe de France. Les footballeurs strasbourgeois ont bien égalisé à la dernière minute mais aux tirs aux buts, “Avranches, poussé par son public, a été plus solide”. Cela a suscité beaucoup de commentaires dont Heb’di ne résiste pas au plaisir de vous en faire partager la teneur :

“Peuvent encore viser la montée si le coach change de discours, le potentiel du racing peut suffire dans une ligue 2 sans grand relief. Mais faut pas que viser le maintien, coach…”

“Au supporter strasbourgeois, vous n’êtes pas objectif. Vous jugez avec les yeux de l’amour. Désolé, mais je persiste, votre équipe est nul et n’a pas le niveau ligue 1. Vous êtes très bien en ligue 2 qui est d’un niveau affligeant.”

“Jetz gehts loss les pleux les plancs, on se concentre sur la montée, un match contre le PSG aurait pompé l’energie du groupe.”

(Pour les amoureux, les péripéties du Racing sont à suivre tous les samedis sur HEBDI.COM)

 

 Effeuillage burlesque

Waouh : il aura malgré la houle tenu son calendrier… Emmanuel Macron présentera ce jeudi matin l’intégralité de son programme ! Viiite, viiite, on en peut plus de tout ce suspens, on va craquer, ouh là là.

Pour Les Échos, dont nous admirons tous le stoïcisme dans ce genre de situation, ce n’est qu'”une façon de faire définitivement taire les critiques de ses adversaires, qui lui reprochent le flou de son dessein présidentiel, mais aussi une façon de se démarquer alors que François Fillon avec sa future mise en examen et, dans une moindre mesure, Benoît Hamon mis sous surveillance par la droite du PS , traversent une zone de turbulences”. Apparemment, il y en a pour 32 pages qui nous seront glamoureusement dévoilées par le fougueux Emmanuel.

 

Carnaval comme on l’aime

Dimanche dernier à Mothern, dans le Bas-Rhin, de nombreux chars de la 41e cavalcade ont fait mention de la création de la grande région, mais à Sundhouse la présence d’un char affichant des « Marine présidente » et autres slogans en faveur de la leader du Front national a déplu à certains… Heb’di déplorait récemment le choix de l’Eurométropole de supprimer les chars à thématique politique pour proposer un Carnaval “pour les enfants”. Aujourd’hui, peut-être faut-il rappeler que la politique est sensée être représentée, dans ce genre de manifestation familiale festive, de façon caricaturale et satirique ? Ouste, le prosélytisme !

 

Alsace + Deutschland = ♥

D’après un sondage CSA Research, 13% des français ont une «très bonne image» de l’Allemagne. Ils étaient 22% en 2013. Le Figaro s’interroge sur cette baisse : ” La chute de 9 points est donc significative” chez (attention, tenez-vous bien) “ces grands admirateurs de l’Allemagne, qui se recrutent notamment dans les régions frontalières ou chez les germanophones”… Ça ressemble au descriptif d’une fiche S, ça ! Toujours selon CSA Research, “l’image négative des Français vis-à-vis de l’Union européenne «pèse» sur celle qu’ils se font de l’Allemagne” et “la politique d’accueil des immigrés semble avoir eu un impact défavorable”.

Maintenant, que ceux qui ont répondu à ce sondage lèvent la main, ils seront sans doute pris en charge par les services de déradicalisation !

 

Imène et Franck Julich, par amour…

… de la bière ! En total désaccord avec le maire de Niederhausbergen, le couple de brasseurs artisanaux de la Mercière doit quitter la commune de l’Eurométropole s’il veut continuer de s’aggrandir. Un financement participatif a été lancé pour les aider… de quoi marquer pour eux la fin de longues galères, nous rappelle 20Minutes : “Habitant une maison retapée de leurs mains à Niederhausbergen, la famille aux trois enfants se sent forcée de quitter le village des origines du père de famille de 35 ans (…) Leur production est désormais multipliée par deux chaque année. Dans leurs « petites cuves », ils ont ainsi produit la bagatelle de 72.000 litres en 2016. Toujours en bio, raisonné, et local”. Mais la municipalité de Niederhausbergen a visiblement d’autres projets pour le terrain de plus de 40 ares du grand-père de Franck Julich.

Nous avons ici la preuve, s’il en fallait encore une, que tout le monde n’a pas les mêmes valeurs et qu’il existe un véritable fossé entre les citoyens (là, un natif du coin, chef d’une entreprise qui marche) et leurs élus, qui sont bien loin d’avoir le monopole du cœur.

 

 

Laisser un commentaire