Lundi 27 février

Têtes de mort

Yann Arthus-Bertrand, Nicolas Hulot, Delphine Batho, José Bové… au total, sept personnalités ont fait analyser la présence de pesticides et autres phtalates dans une mèche de leurs cheveux à la demande de l’association Générations Futures. Les résultats sont alarmants.

Même les personnalités les plus écolos n’échappent pas aux perturbateurs endocriniens. Je dirais même plus, même les perturbateurs comme José Bové n’échappent pas aux perturbateurs.

«Les cheveux des personnalités testées renferment tous un cocktail important de nombreux perturbateurs endocriniens (de 36 à 68 par personne) bien que quatre familles de substances chimiques seulement aient été recherchées. Les quantités de perturbateurs endocriniens retrouvées sont 17,5 fois plus élevées chez la personne la plus contaminée” (Isabelle Autissier).

Et encore, ils n’ont pas testé les cheveux de Thierry H !

Têtes creuses

Une nouvelle plateforme en ligne propose des devoirs tout prêts contre rémunération. Officiellement, il s’agit d’une “aide” aux élèves, mais les syndicats de lycéens et de professeurs parlent, à juste titre, de triche.

Un rédacteur, professeur ou étudiant, va rédiger cette dissertation pour l’élève flemmard. Le site demande le sujet, le nombre de pages à rédiger et le délai souhaité. Il faut compter une trentaine d’euros pour environ trois pages. Très répandue aux États-Unis, la pratique est officiellement interdite en France.

On n’arrête pas le progrès, j’vous dis…

Mardi 28 février

Plus sérieusement…

Le ministre de la Justice est opposé à la trêve judiciaire réclamée par Marine Le Pen dans l’enquête sur les emplois fictifs au Parlement Européen. Aucune loi n’empêche un juge de poursuivre ses investigations sur un candidat pendant une campagne électorale.

On peut d’ailleurs s’étonner que des candidats osent ainsi contrarier le bon déroulement de la justice. Certes, c’est la première fois en France que deux candidats à la plus haute fonction se retrouvent dans le viseur de la justice. Mais, tout de même, leurs réactions sont étonnantes. Imaginez-vous dire à un juge “je m’en remets au jugement de mes amis” ou “n’enquêtez pas, Monsieur le juge, je suis en train de chercher du boulot, là”… Hallucinant !

François Fillon et Marine Le Pen s’offusquent du traitement judiciaire qui leur est réservé, tout en prônant une justice plus sévère envers les délinquants… enfin, les autres délinquants ! Bientôt, ils accuseront les magistrats d’avoir créé les emplois fictifs de leurs épouses et collègues contre leur gré.

Non, sérieusement : “J’emmerde la justice !” c’est avec ce programme qu’ils vont se présenter aux élections ? Finalement… Si cela gêne si peu leurs concitoyens, c’est peut-être parce que ces derniers se reconnaissent dans leurs vils agissements, ou les envient carrément ?! Ou encore -pire- qu’à leurs yeux toutes ces fraudes et autres doigts d’honneur à la République ne sont que des broutilles vite pardonnées, tant que l’on mène la vie dure aux “assistés” (comprenez les étrangers, les homos, les sdf, les jeunes, les vieux, les malades, les travailleurs précaires, etc) et que l’on met un coup de kärcher dans le tas ?!

La spécialité du Grand Est ? Le coca.

« Le sucre vient de Champagne-Ardenne, la macération d’épices et la formulation d’arômes sont faites à Strasbourg en Alsace, et le savoir-faire et l’eau viennent de Pont-à-Mousson ». Jean-François Drouin est l’un des patrons de « Brasseurs de Lorraine », située à Pont-à-Mousson. Il a créé la première spécialité du Grand-Est : le Grand Est Cola. Idée super originale, le Cola étant LE symbole d’une mondialisation implacable dont les ravages sont bien connus de tous.

C’est sûr que si tout le monde s’y met, le processus d’effacement des identités régionales a de beaux jours devant lui.

Mercredi 1er mars

Ils défendent l’Alsace

« Ce sont les soubresauts du jacobinisme qui viennent s’exprimer en Alsace. Il y a des problèmes ailleurs en France sur ce sujet mais nous sommes les seuls dans le viseur ; une fois de plus, on veut mettre l’Alsace au pas », s’insurge Eric Straumann (LR) dans les Dernières Nouvelles d’Alsace et « Le ministre surinterprète la loi. Nous n’outrepassons pas nos compétences et nous avons fait évoluer les statuts de l’ADIRA pour respecter la loi NOTRe » précise Frédéric Bierry.

Ils n’ont donc pas de c……erveau ?

L’article qui nous fait pleurer, c’est le « communiqué d’Unser Land » : « Tenant à éviter tout « amalgame », Jean-Marie Lorber, secrétaire de section Zawere-Krummes Elsass, rappelle qu’« Unser Land est un parti ni de droite, ni de gauche mais pour l’Alsace ». Il indique qu’« à la différence du FN », « Unser Land défend les traditions d’Alsace mais est aussi ouvert aux changements du monde » peut-on lire dans les DNA.

Peut-on expliquer au camarade d’UL que la suppression des cloches est justement un changement de monde ! Et que si Unser Land ( comme d’autres mouvements régionalistes) ne décolle pas, c’est justement parce qu’à force de ne pas prendre position, ils sont nulle part … Surtout à un moment où le centrisme est macronisé !

On précise de suite que le vrai travail contre le FN serait déjà d’expliquer à ses électeurs alsaciens que le FN veut faire disparaitre les régions ! Le reste, c’est du café froid ou un manque de courage politique.

Jeudi 2 mars

Love me tender

Selon L’Alsace, les Alsaciens sont en quête de “visibilité”… Oh, le doux euphémisme ! “Ça râle un peu dans les allées du Grand Est au Salon de l’agriculture où quelques exposants alsaciens ont même enlevé les panneaux bleus de la nouvelle région pour les remplacer par le logo de l’Alsace”. Ah oui, quand même… C’est pas vraiment la joie pour une première des producteurs alsaciens sous la bannière Grand Est au Salon international de l’agriculture à Paris. Ils regrettent “les marqueurs identitaires” qui ont aujourd’hui disparus et qu’ils considèrent comme “un atout marketing”. On ne peut pas aimer quelque chose qu’on ne connaît plus ou qui a disparu, ou alors cela s’appelle de la nostalgie… Triste prise de conscience de la réalité grandestienne.

Cette situation est à l’image de la grande région : l’Alsace se sent niée dans son identité culturelle et, noyée dans une portion géographique gigantesque, ceux qui la cherchent ne la voient plus.

 Effeuillage burlesque

Waouh : il aura malgré la houle tenu son calendrier… Emmanuel Macron présentera ce jeudi matin l’intégralité de son programme ! Viiite, viiite, on en peut plus de tout ce suspens, on va craquer, ouh là là.

Pour Les Échos, dont nous admirons tous le stoïcisme dans ce genre de situation, ce n’est qu'”une façon de faire définitivement taire les critiques de ses adversaires, qui lui reprochent le flou de son dessein présidentiel, mais aussi une façon de se démarquer alors que François Fillon avec sa future mise en examen et, dans une moindre mesure, Benoît Hamon mis sous surveillance par la droite du PS , traversent une zone de turbulences”. Apparemment, il y en a pour 32 pages qui nous seront glamoureusement dévoilées par le fougueux Emmanuel.

Vendredi 3 mars

Alsace : les investisseurs allemands ont peur du Frexit

Un groupe allemand vient d’acheter un terrain à Ensisheim pour y implanter une usine qui devrait embaucher 300 personnes. Seul bémol, l’acheteur a demandé une clause particulière dans le contrat de vente… Le projet sera caduc si le prochain président français souhaite sortir la France de l’euro. En clair, si Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélanchon sont élus !

L’entreprise cotée en bourse distribue des pièces automobiles sur internet. Elle prévoit d’investir plus de 80 millions d’euros en Alsace.

Sundhouse : Carnaval  ou tribune politique ?

Sundhouse fait le bonheur des sites d’extrême droite…

Lors du traditionnel cortège de carnavals de ce charmant village du Haut-Rhin, un groupe a réalisé un char sur un thème bien particulier. Loin d’être le plus beau char, parmi les 53 réalisés, il est celui dont les photos ont eu le plus de vues sur les sites d’extrême droite de toute la France. Et pour cause, il est à la gloire de Marine Le Pen !

A priori, selon cette photo partagée par les sites « Français de souche » et « islamisme.fr », les spectateurs ont préféré tourner la tête vers le char suivant ! Le maire de Sundhouse, Jean-Louis Siegrist, évite d’évoquer le sujet. Le président de l’office municipal (OMJSAL) qui organise la cavalcade dit n’avoir pas vu le char ! Quant au créateur du char, il explique que « Ce n’était pas politique, mais pour rire ». MDR !

 

 

Les élus alsaciens exportent leurs magouilles en Suisse ?

Les journaux bâlois attaquent régulièrement leurs élus (logique) mais aussi les élus alsaciens de la communauté d’agglomération de Saint-Louis. Ainsi, il est reproché à Hans-Peter Wessels, président du Conseil d’État de Bâle-Ville, d’avoir promis un million d’euros à la communauté d’agglomération, pour financer la partie alsacienne de la ligne de tram reliant la gare de Saint-Louis à celle de Bâle. Une contribution demandée par les élus alsaciens…

Le mot de corruption est souvent évoqué par les médias bâlois, le canton de Bâle-Ville parle d’une simple participation au financement de la ligne côté alsacien, le  président de Saint-Louis Agglomération, Alain Girny, explique : « Tout a été fait dans la transparence (…) Je ne comprends pas les attaques que nous subissons ».

Quelque chose me dit que nous allons encore entendre parler de tout cela prochainement…

Laisser un commentaire