Opinion :Accord européen, moment historique ?

Que retenir de ce « moment  historique » (Macron dixit), ce plan de relance économique arraché aux forceps ?

Même en faisant abstraction des commentaires venant des énervés de service (Mélenchon/Le Pen), contrairement aux déclarations farineuses du président français, il est difficile de voir dans cet accord quelque chose de vraiment positif pour la France. À cette propo, le silence de LR fait un peu mal aux oreilles…

Sur 750 milliards d’euros : la France en touchera 40 . Ça, c’est noté. Plus précisément, sur ce montant, 390 milliards seront distribués aux États sous forme de subventions qui ne seront donc pas remboursées, tandis que les 360 milliards restants doivent l’être d’ici 2058.

Cet argent viendra de l’Europe directement sans que nous ayons besoin de le financer […] par nos impôts“, a déclaré le président. Ah bon ? Et l’argent vient d’où alors ? Il existerait donc un moyen, en Europe, pour avoir de l’argent (à volonté?) sans qu’aucun contribuable soit mis à contribution. Peut-on rêver de miracle plus merveilleux ? La moindre des choses eût été que le président nous explique alors comment cette manne sera financée si ce n’est pas par l’impôt, car jusqu’ici, tout l’argent déversé par l’Europe, quel qu’en ait été le domaine, est toujours sorti des poches des contribuables européens.

C’est vrai, il nous a quand même expliqué que ce ne sera pas financé par notre impôt, mais « avec une augmentation de la taxe carbone et d’un impôt européen « ! Je ne vous dis pas que je vous prends pour des demeurés, mais ça ne m’empêche pas de le faire. À l’entendre, cet impôt européen « permettra de rembourser cette dette que nous contractons […] ce sont des acteurs, des entreprises internationales et européennes et qui ne sont pas assez sollicitées qui vont payer cet impôt européen. » Donc, le type qui nous expliquait il y a quinze jours qu’il ne voulait pas retenir la proposition de la Convention Citoyenne sur le climat consistant à appliquer une taxe de 4 % sur les transactions financières  « pour ne pas décourager les investissements dans notre pays », vient nous expliquer que ce sont les mêmes qui vont mettre la main à la poche pour financer, sans broncher, un plan de relance dont on ne sait pas du tout s’il fonctionnera.

Il faudrait aussi qu’il nous explique pourquoi il a dit, à 20 heures sur TF1, que ce plan de relance était le fruit de 3 années de travail et d’efforts de la France et de l’Allemagne, alors que le plan est censé répondre aux dégâts économiques de la crise du covid-19 déclenchée par le confinement décrété à la mi-mars… Curieux, non ?

Virginie Malingre explique dans Le Monde qu’une dette commune, c’est un mécanisme qui, de facto, dessine les contours d’une Europe plus fédérale et plus solidaire. En s’endettant ensemble pour trente ans, les États membres de l’Union européenne disent aussi leur volonté de rester ensemble et leur confiance dans le projet européen. Ah oui ? Et qui a été consulté ? Pas moi en tout cas. Ce plan réduit encore un peu plus l’autonomie budgétaire des États membres (c’est d’ailleurs la vraie raison des réticences des pays dits « frugaux ») et force davantage la main des citoyens européens vers l’intégration.

Avec cette « relance du couple franco-allemand », et par conséquent la relance du « projet » européen » tendant vers le fédéralisme, c’est à se demander si le covid n’est pas tombé à point nommé…

Luc SPETTEL-FRITSCH

 

Laisser un commentaire

2 réactions à "Opinion : Accord européen, moment historique ?"

  1. Jean a commenté:

    Afin de diluer tout ça un peu mieux la prochaine étape sera l’Europe des Régions!
    Et l’Alsace y gagnera car cela nous permettra de ne plus gérer la gabegie parisienne…
    Peut-être!!!???

  2. Marc a commenté:

    Avec juste un peu plus d’austérité tout ira bien. Comme en Grèce qui a été sauvée par la rigueur imposée par le Triumvirat. Moins d’argent pour les services publics, moins d’argent pour les retraites et les dividendes seront sauvés