(vidéo) Rencontre avec Jean-Philippe Atzenhoffer auteur de “Le Grand Est : une aberration économique”

Le livre “Le Grand Est : une aberration économique” sort aujourd’hui en librairie.
Cet essai fortement sourcé a été présenté mardi dernier par Pierre Marchant à la tête de ‘’Le Verger Éditeur, et l’auteur Jean-Philippe Atzenhoffer.
Jean-Philippe Atzenhoffer démontre à l’aide de centaines de références que le Grand Est est une aberration économique.
Ce docteur en Sciences économiques jette un pavé dans la mare à quelques mois des élections régionales.
Le livre est déjà un best-seller des réseaux sociaux où s’affrontent les pros et les anti-Grand Est. La campagne électorale va être passionnante.

Rencontre

Le Grand Est : une aberration économique”

10 milliards d’euros d’économies. C’était la promesse du gouvernement, qui en fusionnant les régions en 2016 a voulu doter les régions françaises d’une prétendue « taille européenne ». Or, en s’appuyant sur l’exemple du Grand Est, cet ouvrage démontre que non seulement l’idée de taille européenne des régions est une vue de l’esprit, mais que la fusion des régions a abouti aux résultats exactement contraires à ceux recherchés.

Basé sur de nombreuses sources inédites – notamment des documents stratégiques de la Région – ainsi que sur des analyses économiques et géographiques rigoureuses, ce livre réalise un bilan systématique de la fusion. Sans surprise, les promesses d’économies ont laissé la place aux surcoûts, qui sont d’autant plus graves qu’ils ne sont pas transitoires, mais pérennes. De plus, l’éloignement du terrain a engendré encore plus de complexité pour assurer les missions régionales, renforçant les travers bureaucratiques exacerbés par la gestion centralisée mise en place par l’exécutif régional.

Outre les aspects financiers et organisationnels, les principales politiques régionales y sont également étudiées, de l’économie aux transports en passant par les lycées. Il apparaît que la gestion à grande échelle n’y apporte pas de plus-value, et que l’uniformisation des mesures sur le périmètre macro-régional génère de sérieux dysfonctionnements.

Quant aux questions d’identité et de démocratie, l’analyse à partir des sources scientifiques met en lumière les effets pervers d’une fusion imposée sans le consentement des populations. Il en résulte une crise de confiance dommageable pour l’économie, augmentant la défiance dans un pays où elle était pourtant déjà généralisée. Ce problème est aggravé par une stratégie délibérée de la Région de créer une « identité du Grand Est ». Cet objectif, écrit noir sur blanc dans tous les documents stratégiques de la Région, constitue une dérive identitaire inquiétante. Non seulement elle engloutit des millions d’euros dans des opérations douteuses, mais elle menace la visibilité des véritables identités régionales qui forgent les communautés humaines au profit d’un gloubi-boulga technocratique. Or, la négation des identités porte également en elle les germes de la défiance, potentiellement néfaste pour l’économie.

Face au ratage de la fusion des régions, le livre étudie des pistes pour revenir à une organisation territoriale plus cohérente, plus lisible et plus efficace. Si la naissance de la Collectivité européenne d’Alsace apporte un début de solution du côté alsacien, elle ne résout en rien les problèmes causés par l’existence d’une région artificielle, trop grande et incohérente. Que ce soit pour le Grand Est ou d’autres immenses régions de France, la question de la dissolution des mastodontes régionaux doit être posée, afin de retrouver une proximité indispensable à l’efficacité de l’action publique, une nécessité révélée par les dernières crises.

Jean-Philippe Atzenhoffer, Le Grand Est, une aberration économique, Strasbourg, Le Verger Éditeur, 2021, ISBN 978-2-84574-384-7

 

 

 

Laisser un commentaire

2 réactions à "Rencontre avec Jean-Philippe Atzenhoffer auteur de “Le Grand Est : une aberration économique”"

  1. gilbert a commenté:

    CEA c’est quoi ce truc, une idée de crane d’oeuf !
    pour moi l’ALSACE c’est l’ALSACE depuis 20 siècles, point à la ligne, grand est connait pas = dissolution ! il en est de même de la nouvelle aquitaine, bourgogne/franche-comté, rhone-alpes/auvergne, c’est aberrant;

  2. jean-marc a commenté:

    On peut dire que la gauche Hollande a créée cette région sans demander l’avis des français (les sans dents) une fois de plus !Bravo la gauche KCaviar !