Chinoiseries à l’hôpital de Saverne. Où la vision improbable des soins selon le maire-empereur savernois, Lee Yen Be Rjé : ceux qui râlent n’ont que se faire soigner dans le privé.   Depuis des mois, les agents de nos hôpitaux s’échinent partout pour assurer la prise en charge des patientes et patients : un sacerdoce pour beaucoup de soignants au quotidien, de jour comme de nuit, toute l’année durant heureusement. Dans certaines structures, on découvre toutefois de bien curieuses pratiques, invraisemblables pour ne pas écrire scandaleuses.   L’hôpital de Saverne : un exemple préoccupant d’un hôpital qui s’effondre en silence. Lorsque vous circulez dans cet établissement, entre les anciens bâtiments, vous êtes tout de suite frappé par une forme de quasi-délabrement […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 3,90€ / mois !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous