Une main courante pour une gifle. Et Mélenchon perd les pédales.   Après la baffe collée par son dauphin Adrien Quatennens à la future ex-madame Quatennens, lors d’un différend conjugal, Mélenchon tweet : « La malveillance policière, le voyeurisme politique, les réseaux sociaux se sont invités dans le divorce conflictuel d’Adrien et Céline Quatennens. Adrien décide de tout prendre sur lui. Je salue sa dignité et son courage. Je lui dis ma confiance et mon affection. » Mais Jean-Luc ! Ce ne sont pas les policiers qui ont baffé Céline, et les journalistes n’étaient pas là pour filmer ! Quant aux réseaux sociaux, c’est quand ça t’arrange.   Oui, tu permets que je te tutoie Jean-Luc ? Je sais bien que tu es la République. Mais […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 3,90€ / mois !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous