Heureusement, en Alsace, lorsqu’elle ne suit pas Alain Juppé, Fabienne Keller veille. Mieux, elle poste sur Facebook : « J’ai été étudiante à Berkeley, pendant deux ans. Aujourd’hui, les USA sont divisés et le rêve américain s’est brisé. Je ne veux pas de la “Trumpisation” de nos idées». Voilà l’analyse politique qu’il fallait pour comprendre les élections. Fabienne Keller nous apprend qu’elle fut étudiante à Berkeley. Quelque part, elle fait partie donc de ces personnes qui ont la chance de pouvoir doper leur CV par une formation à l’étranger. Elle nous parle d’une Amérique divisée et d’un rêve américain brisé. Comment analyser cela ? Soit, il s’agit d’une critique du bilan du Président Obama, ce que l’esprit « politiquement tendance […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 2€ !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous