Car l’opposition, c’est sa vraie place. Celle où il peut faire des bons mots, celle où il suffit de dire ce qui ne va pas dans le pays pour agréger autour de soi, comme par magie, les éternels insatisfaits. L’opposition est une délectation. Surtout quand on a été Président. On n’a aucun souci à se faire pour son avenir puisqu’on est royalement payé par la République (c’est-à-dire nous). Pas comme le malheureux François Fillon qui va devoir bosser dans un fonds d’investissement. Alors on peut parler, parler parler. Ça ne sert à rien mais ça fait du bien. Enfin à lui surtout, parce que nous, je crois qu’on a compris qu’il s’en fout. Pourtant, il connaît la charge de la […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 2€ !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous