Alsace : faut-il défendre nos bouchers charcutiers ?

Du sang aspergé devant Porcus, institution strasbourgeoise, des menaces à Sélestat, un militantisme anti-spéciste. Heb’di vous en parle parce que faudrait pas déconner !
Rien ne sera épargné à Porcus dans son histoire. Les plus anciens se souviennent que le nom initial de la boutique ne plaisaient pas à certains extrémistes de droite et qu’aujourd’hui, certains extrémistes de gauche ciblent encore l’ensemble : son crime vendre de la viande, comme votre boucher, votre charcutier quoi !

Néo-spécisme ou nouvel extrémisme ?

Né dans les années 70, le mouvement est défini comme tel : « L’antispécisme est un courant de pensée philosophique et moral, qui considère que l’espèce à laquelle appartient un animal n’est pas un critère pertinent pour décider de la manière dont on doit le traiter et de la considération morale qu’on doit lui accorder.

L’antispécisme s’oppose au spécisme (concept forgé par les antispécistes sur le modèle du racisme), qui place l’espèce humaine avant toutes les autres ».
En France, en Alsace, il est incarné aujourd’hui par des groupes comme L214 ou 269 Life Libération animale.

On les retrouve parmi donc les opposants à la chasse, la pèche, la transformation animale notamment celles des métiers de bouche.
Nouvel extrémisme, la question est posée ! Des actions non-revendiquées aux projections de « faux sang », l’objectif est de terroriser les artisans et leurs clients … Qui dit « terroriser » dit ….

Le savoir-faire et l’éthique des artisans

Bien sûr, rien ne saurait légitimer les excès perçus dans certains abattoirs. Cela, les bouchers, charcutiers sont prêts à l’entendre. Certains choisissent leurs « partenaires » en fonction de critères précis.
Cela ne suffit pas aux « Vegans » extrêmes qui militent pour le « Zéro viande ».

Aujourd’hui, la colère monte chez les artisans ! Taxés d’un côté par l’Etat, encadrés par des mesures sanitaires de plus en plus contraignantes, ils ont du mal à supporter la « mode anti-spéciste », nouveau militantisme extrémiste qui menace souvent les derniers commerces actifs de nos villes et villages.

Et les kebabs, et les fast-foods ?

Enfin sans méchanceté aucune mais avec un peu de provocation, mentionnons que nous n’avons jamais vu de manifestations anti-péquistes  :

– Devant les fast-foods,
– Devant les marchands de Kebab,
– Devant les bouchers, charcutiers et abattoirs halal.

A moins qu’ils ne craignent plus les ripostes de certains que de braves artisans d’Alsace, une question se pose : l’anti-spécisme n’est-il aujourd’hui qu’un loisir du samedi pour bobos des villes ?

Faut-il défendre nos bouchers charcutiers ? Naturellement …. En attendant les premières attaques contre les restaurants …
Id’Fuchs

Laisser un commentaire