Anticor : Cérémonie 2020 de remise des prix éthiques et des casseroles

Nos lecteurs connaissent bien Anticor, cette association qui lutte contre les atteintes à la probité.

Elle est agréée par le ministre de la Justice et la haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Anticor remet chaque année des prix éthiques qui récompensent les comportements vertueux et des casseroles pour dénoncer des attitudes inacceptables.

Cette année, la cérémonie a eu lieu dans les locaux de la Sorbonne à Paris. Heb’di y était !

Une agréable soirée animée avec humour par Guillaume Meurice chroniqueur à France Inter

Les prix éthiques ont été remis à :

Stéphane Horel, journaliste, pour son livre « Lobbytomie », décryptage glaçant des techniques de lobbying mises en place pendant des décennies pour avantager les industries et permettre la commercialisation sans réglementation de produits nocifs pour la santé des populations.

Aurore Gorius, journaliste, pour  “Lobbies, le pouvoir des couloirs sur le lobbying”, “avaler la pilule” et “les conseillers, dans les coulisses d’un pouvoir en crise” publiées sur lesjours.fr

Olivier Marleix, député, pour son rôle dans l’affaire ALSTOM, il a saisi la justice, en janvier 2019, pour qu’elle enquête sur les circonstances de la vente du pôle énergie d’Alstom à l’américain General Electric en 2014.

Maxime Renahy, pour son ouvrage “Là où est l’argent”. Ancien espion de la DGSE dans les paradis fiscaux, il dénonce dans un livre-témoignage la fraude généralisée dans les États offshore.

Nicolas Lambert, comédien, dramaturge et metteur en scène, pour ses trois pièces de théâtre qui forment “Trilogie : L’A Démocratie” dont “ELF, la pompe Afrique”, “avenir radieux une fission française” et “le maniement des larmes”.

Daniel Bertone, syndicaliste, pour son combat syndical contre la privatisation d’Aéroports de Paris. Il a été en première ligne du combat syndical pour une expression démocratique sur cette privatisation.

Denis BRETEAU, lanceur d’alerte à la SNCF,  pour avoir porté plainte contre X pour des suspicions de manipulation d’appels d’offres au sein de la SNCF, le cheminot à l’origine des révélations a été limogé par la compagnie ferroviaire et licencié par son employeur le 26 décembre 2018.

Après 10 ans de lutte, Denis BRETEAU a enfin été reconnu  lanceur d’alerte par les prud’hommes de Lyon qui, en janvier 2019, ont condamné la SNCF à réintégrer le salarié licencié au sein du groupe.

Les casseroles  sont pour :

Marie-Thérèse Hermange, membre du comité d’éthique de l’Académie de médecine. Dans l’affaire du Médiator, l’ancienne sénatrice est mise en cause pour avoir fait appel à l’avis d’un expert connu pour ses liens avec le laboratoire Servier dans le but de minimiser la responsabilité du laboratoire.

Alain et Joëlle Ferrand, politiques, pour leur persévérance électorale. Malgré les peines d’inéligibilité, le couple se relaie depuis plus de vingt ans à la tête de leur commune dans les Pyrénées-Orientales.

Chez Heb’di, nous travaillons activement à une cérémonie équivalente de remise de prix propre à Alsace

Si vous avez des idées…

Laisser un commentaire

2 réactions à "Anticor : Cérémonie 2020 de remise des prix éthiques et des casseroles"

  1. Marc a commenté:

    Il conviendrait de rectifier le nom du chroniqueur de Radio France, il s’agit de Guillaume MEURICE ( pas MAURICE)
    Si c’était bien lui, la cérémonie a certainement été percutante.
    Cordialement

  2. Thierry a commenté:

    En effet Marc… les correcteurs automatiques !