Big brother, mother, sister…

Il paraît que des centaines de voyageurs se rendant dans la région de Xinjiang se font installer, à leur insu, un logiciel sur leurs smartphones permettant aux autorités de récolter leurs données personnelles, selon l’enquête de cinq médias internationaux, dont The Guardian et le New York Times.

Celle-ci révèle qu’à la frontière Irkeshtam, les douaniers chinois installent un logiciel espion sur les smartphones des touristes et visiteurs. On savait déjà que la province de Xinjiang exerçait une surveillance technologique intense sur ses habitants, avec l’installation de caméras à reconnaissance faciale dans les rues commerçantes et dans les lieux de cultes musulmans, mais également l’utilisation du fichage ADN et d’une méthode de géolocalisation dans les téléphones.

Cela se passe en Chine, un pays qui ne s’embarrasse pas des questions de liberté et de démocratie, certes, mais le problème dans cette histoire, c’est que c’est techniquement possible et pas qu’en Chine !

Cela signifie que n’importe quel gouvernement, dans n’importe quel pays, qu’il soit ou non “démocratique”, peut être tenté de faire la même chose (si toutefois ce n’est pas déjà le cas…) et cela devrait nous faire réfléchir avant qu’il ne soit vraiment trop tard.

Big Big Bang?

De nombreux spécialistes (on vous le disait déjà la semaine dernière) annoncent un big crash de l’économie mondiale pour dans pas longtemps. Pour le Figaro, Sébastien Laye, chercheur associé en économie à l’Institut Thomas More, nous dit de nous préparer à la prochaine explosion sociale…

Il souligne d’abord que comme à son habitude, l’Insee sort des chiffres très approximatifs (sans blague?) et c’est donc un taux de croissance très approximatif que nous livre l’Institut. Après avoir annoncé une croissance de 1.5 %, l’Institut annonce une croissance corrigée à 1.7 % tout en rappelant que le taux de croissance définitif et certifié ne sera connu qu’en 2021(sic).

En vérité, lorsqu’on regarde les prévisions historiques de l’Insee et les chiffres définitifs deux ans plus tard, la croissance est systématiquement revue à la baisse: notamment parce que l’Institut, trop optimiste (ou trop proche du pouvoir politique) n’intègre jamais la possibilité de récession.

Avec un ralentissement mondial en cours, la France aura un taux de croissance situé entre 1 et 1.25 % cette année, taux qui ne permet pas de créer beaucoup d’emplois ; d’après lui, ce sera la première insatisfaction qui motivera les mouvements sociaux, à savoir l’échec des politiques économiques à créer des conditions favorables à la croissance et à l’emploi.

Par ailleurs, Natixis met en garde en précisant que dès la fin de l’année, la France pourrait être confrontée à des crises sociales beaucoup plus graves que celle des «gilets jaunes» par le truchement de trois facteurs structurants.

En premier lieu, la destruction d’emplois industriels, avec notamment le passage à la voiture électrique, le recul du besoin d’équipements industriels ainsi que la perte de compétitivité manufacturière face aux équipements chinois, vont encore accentuer la bipolarisation du marché du travail ; en clair, notre industrie s’effondre, notre base manufacturière disparaît et les start-up technologiques, en dépit de levées de fonds records, ne prennent pas le relais en matière de créations d’emplois.

Les bons emplois industriels sont remplacés par des emplois dans les services peu sophistiqués ou services domestiques: la France des métropoles devient un lumpenprolétariat des métiers de la technologie et de la finance, avec un pouvoir d’achat déclinant.

La disparition des emplois intermédiaires et industriels réduit la mobilité sociale et accroît les inégalités avant les politiques redistributives. Le passage à la voiture électrique se solde par un transfert d’un tiers de la valeur ajoutée de notre secteur automobile vers l’Asie: la Chine produit 217,2 GWh de batterie électrique, les USA sont à la peine en second avec 50GWh… et la France? 1 GWh, le même niveau que la Tchéquie!

La deuxième menace est la hausse prévue des prix de l’énergie: la taxation des énergies fossiles pour respecter les objectifs d’émission de CO2, le trop lent déploiement des renouvelables, la restructuration d’EDF qui est un désastre industriel, justifieront des hausses du prix de l’énergie au cours des dix-huit prochains mois.

En troisième lieu, la France a des gains de productivité très faibles qui expliquent l’impossibilité d’augmenter les salaires pour les entreprises: ces dernières ne sauraient augmenter les salaires réels si elles ne peuvent augmenter la productivité (qui crée la croissance), et elles ont le choix aujourd’hui parmi une importante population au chômage; ces dernières souffriront bientôt de la fin de certaines niches fiscales, de la hausse du coût du travail consécutive au basculement du CICE en baisse de charges (de l’ordre de 30% sur la portion du CICE) et on ne voit donc pas comment les salaires réels pourraient augmenter d’ici la fin du quinquennat.

Bref, la marmite est en train de bouillir mais, pour le moment, le couvercle reste en place… Pourtant, quand je regarde TF1, France 2, BFM, LCI, etc…, je me dis que tout va bien puisqu’ils ne parlent que du soleil qui pique, du rosé bien frais, de la coupe du monde de foot et du Tour de France.

Quel foin!

Un agriculteur de Pionsat dans le Puy-de-Dôme a eu une mauvaise surprise ; l’herbe d’un de ses champs avait été fauchée et… fauchée, puisqu’elle avait été emportée.

Il estime qu’entre 100 et 150 bottes de foin lui ont été dérobées. Le champ s’étendait sur 10 hectares des 12 hectares de la parcelle.

Dormez, tout va bien !

Laisser un commentaire