Prix des carburants : attention aux amalgames

La fiscalité, c’est compliqué : il y a le niveau de “taxation” d’une part, et d’autre part ce qu’on en fait… Concernant la taxation sur les carburants, l’anomalie, c’est qu’elle ne serve pas à lutter contre le réchauffement climatique, mais il n’est pas choquant de payer plus cher un produit polluant, même s’il est indispensable à beaucoup. On ne peut pas “en même temps” exiger l’application du principe pollueur-payeur et se plaindre dès qu’on le met en oeuvre. Plus que la taxation des carburants, ce qui est injuste, ce sont les trop nombreuses exonérations (fuel bateaux, kérosène, carburant agricole…).

Grivaux ne fume pas que des clopes

Le porte-parole du gouvernement doit avoir un bon fournisseur de… moquette ! Assimiler les français dépités qui souhaitent manifester le 17 novembre prochain à « des gars qui fument des clopes et qui roulent au diesel. Ca n’est pas la France du XXIe siècle que nous voulons”. La France que Benjamin Grivaux veut pour le XXIème siècle, c’est la France d’en haut, celle du mépris social et de la fracture territoriale.

Pour Darmanin, les pauvres sont des cons

Le ministre des comptes publics a déclaré au Journal Du Dimanche (28/10/2018) : « Nous assumons d’avoir baissé en priorité les impôts des plus modestes qui travaillent. C’est le contraire du gouvernement des riches, non ? » Ben non, Gérald, c’est juste nous prendre pour des chauffe-eaux. A l’heure où j’écris ces lignes, Bernard Arnault, la famille Wertheimer, Axel Dumas, Françoise Bettencourt-Meyers et Gérard Mulliez n’ont pas encore protesté contre cette politique gouvernementale scandaleusement favorable aux pauvres. La peur des représailles, sans doute.

Laisser un commentaire