Avertissement

Au cas où il y aurait à nouveau un épisode de canicule apocalyptique de trois jours, Heb’di ne voudrait pas être accusé de rétention d’information ou être tenu pour responsable des malaises, voire pire, dont pourraient être touchés ses éminents lecteurs.

Aussi, rappelez-vous que cet été il fait chaud, contrairement aux autres années où l’ on pelletait la neige.

Afin que vous ayez la meilleure information possible, puisque vous n’êtes même pas foutus de faire face aux changements de temps, voici quelques conseils qui pourront vous être utiles, les messages diffusés à longueur de journée étant apparemment insuffisants:

Buvez, ne vous habillez pas chaudement, les chaussettes ne sont pas indispensables dans les sandales, marchez à l’ombre (quand il y en a, Thierry), fermez les volets, surveillez mémé, ne laissez pas bébé dans la voiture en plein cagnard, mais belle-maman vous pouvez, mettez un ou deux glaçons dans le pastis, mettez un chapeau (pas de casquette Veesse, ça ne te va pas), enlevez la cravate comme Frédéric Bierry, mais vous ne ferez pas plus moderne pour autant, remettez à demain ou après-demain ce que vous ne voulez pas faire aujourd’hui (comme d’habitude, quoi), reprenez un pastis (il faut s’hydrater on vous dit), n’oubliez pas de mettre le rosé au frais, pensez aux olives, aérez le logement et accessoirement le caleçon, ventilez ceux qui ne peuvent pas le faire ou qui sont occupés à autre chose, reprenez un pastis, c’est vous qui voyez (l’abus d’alcool c’est comme la crédulité, c’est dangereux pour la santé), vous pouvez manger des chips, mais ça donne soif, du coup…

Canard boiteux

En parlant de crédulité et, accessoirement, de conscience professionnelle approximative, cette affaire d’eau radioactive que le Canard Enchaîné s’est empressé de diffuser en dit long sur la confiance qu’on peut accorder à certaines informations (exceptées celles que vous donne Heb’di, qui ne sont publiées qu’après un long, sérieux et fastidieux travail d’investigation). Il s’avère que cette information était bidon, que cela venait d’une rumeur à la suite d’un message vocal diffusé sur des applications comme WhatsApp. Une femme se disant être infirmière dans un hôpital parisien a dit qu’il ne fallait pas boire l’eau du robinet en raison d’une contamination au tritium, substance radioactive.

Tout ça pour dire que l’aplomb et le prestige d’un journal ne suffisent pas toujours pour certifier une information ni pour masquer le manque de probité et l’insuffisance de certains journalistes. Comme quoi, ça arrive même aux plus grands…

Cigalminator

Dans le Figaro, on peut lire qu’à Ribérac, en Dordogne, la gérante d’une entreprise de désinfection, Allo 3D, a reçu la semaine dernière la demande surprenante d’une personne disant souhaiter «enlever» les cigales «si bruyantes» installées dans les arbres près de chez elle.

En réponse à ce message, la gérante a formellement répondu par la négative en expliquant que telle n’était pas la politique de son entreprise.

Après le coq Maurice, les cigales! (et je ne parle pas des cloches ni des oiseaux qui la ramènent dès quatre heures et demie). Surtout, ne changez rien, les Zurbains-bobos, continuez comme ça, on se marre bien avec vous. Jouez aux écolos avertis (et donneurs de leçons) qui cultivent des laitues sur le bitume (miam, les gaz d’échappement), mais qui ne supportent pas la campagne et ses anachronismes coupables, révélateurs d’un mode de vie fruste, voire arriéré. Le retour à la nature, oui, mais en 2.0 et aseptisé, s’il vous plaît!

Car oui, les plaignants sont toujours des gens-de-la-ville qui viennent s’émoustiller dans leur maison de campagne deux semaines par an, tout au plus.

Greta rt’à l’oeuf

Il y a quand même un truc qui m’interpelle après la visite de la nouvelle star des bobos à roulettes électriques (qui, “en même temps”, exigent la fermeture des centrales nucléaires), égérie d’une grande partie de la presse, Greta Thunberg, l’adolescente de 16 ans qui en paraît 8 et que les simples d’esprit prennent pour la grande prêtresse de l’écologie, après ses lieux communs dégoulinants de puérilité : pourquoi ne se rend-elle pas chez les plus grands pollueurs de la planète comme la Chine et l’Inde? Pourquoi ne s’adresse-t-elle qu’aux méchants Occidentaux? Pourquoi ne se déplace-t-elle pas à vélo? Et, surtout, quelles sont ses propositions? On attend…

Dans un entretien accordé au Point, le docteur Laurent Alexandre, fondateur de Doctissimo, étrille l’autoproclamée “salvatrice de la Terre”.

Aucun recul, aucun esprit critique, aucun sourire, aucun humour, aucune capacité à résister à la manipulation et un discours naïf répétitif et hypnotique. Le portrait est tranchant, mais réaliste. Laurent Alexandre dénonce surtout les effets néfastes du jeunisme qui fait des ravages chez les bien-pensants. Les libéraux sont tétanisés, craignent d’être traités de « vieux cons » et se taisent. Les prêcheurs d’apocalypse ont donc trouvé l’égérie parfaite. Pour lui, “nous devons combattre sans relâche les idées qu’elle véhicule.

Les écologistes européens produisent de nombreux prophètes annonçant la fin du monde. La militante Fred Vargas explique qu’à 1,5 degré de plus, la moitié de l’humanité mourra du réchauffement climatique et 6 milliards à plus 2 degrés (d’où sort-elle ça?).

Elle désapprouve aussi le fait que les marchands de peur se servent des difficultés psychologiques de la gamine (syndrome d’Asperger) pour en faire une porte-parole intouchable. Elle considère par ailleurs que suivre Greta Thunberg dans sa vision simpliste du monde conduirait, en réalité, à aggraver le réchauffement climatique à cause de l’intermittence des énergies renouvelables, de notre vassalisation par la Chine qui a le monopole des métaux rares nécessaires aux énergies renouvelables et la Russie qui fournit le gaz nécessaire pour produire l’électricité quand il n’y a ni vent ni soleil.

En outre, comme le monde écologique s’est bâti sur le combat antinucléaire, les stratégies qui sont défendues ne sont pas des stratégies de réduction du CO2. Ce sont, en réalité, des stratégies de sortie du nucléaire – qui ont pour conséquence une augmentation du CO2. Tant que les énergies renouvelables alternatives ne seront pas associées à des systèmes de stockage de l’électricité, la fermeture des centrales nucléaires et l’arrivée des éoliennes et des panneaux photovoltaïques se traduiront – dès qu’il n’y a pas de vent ou qu’il n’y a pas de soleil – par un allumage de centrales au gaz qui produisent plus de 400 grammes de CO2 par kilowattheure, ce qui aggrave le réchauffement climatique. Les écologistes de 2019 sont les pires ennemis du climat puisqu’ils confondent deux objectifs : un objectif fantasmatique qui est la sortie du nucléaire, et la lutte contre le CO2.

86% des jeunes Français pensent que le nucléaire émet du CO2 et participe au réchauffement climatique (!) et, inversement, ils sont convaincus que les éoliennes et panneaux solaires diminuent le CO2 et la pollution ; en réalité ils les augmentent considérablement.

Fermer Fessenheim va mécaniquement diminuer les exportations d’électricité française vers l’Allemagne. L’Allemagne, qui ferme la totalité de ses centrales nucléaires, compense la diminution des exportations françaises en augmentant l’activité de ses polluantes centrales à lignite ou à gaz…et les Alsaciens sont bien placés pour savoir dans quel sens souffle vent!

Il est vrai que la réputation du docteur Alexandre n’est pas non plus dénuée de critiques puisqu’il est un chantre du transhumanisme échevelé; n’empêche que son analyse du phénomène Thunberg est plutôt pertinente. Parler du réchauffement climatique oui, mais pas n’importe comment et pas n’importe qui.

Culé, va!

Neymar, qui a échoué sur le plan personnel et sportif à Paris, ne peut pas rester là-bas. Il doit retourner dans la seule équipe au sein de laquelle il peut retrouver son niveau, avec Messi, Griezmann, Suarez», a déclaré l’ancien Premier ministre Manuel Valls. «Ce serait un spectacle incroyable de voir ces quatre joueurs ensemble à Barcelone. Mais cela dépend de considérations financières qui ne sont pas les miennes. En tant que culé (supporteur du FC Barcelone), je veux qu’il revienne, car ce serait de la folie», a-t-il ensuite ajouté.

Fallait oser, mais il est vrai qu’un Valls, ça ose tout. Que Valls fût un culé, on le savait!

Laisser un commentaire

Une réaction à "Canicule, comment veux-tu que…. by Schmeerswurscht"

  1. Christian a commenté:

    LE THERMOMETRE GRIMPE, ça va chauffer !
    La température monte et on ne s’en rend pas compte, car on est déjà dans la casserole qui chauffe ! Oui, vous connaissez l’histoire : faire bouillir l’eau d’abord, plonger ensuite dedans et s’ébouillanter brutalement OU être dedans à froid, monter la température progressivement en s’habituant… jusqu’à bouillir pareillement !
    On est dans le même cas de figure en gros : « nous y voilà, nous y sommes… » *** était le début du texte court de Fred Vargas qui a eu une diffusion surprenante jusqu’à être lu à l’ouverture de la COP24 en décembre 2018 par Charlotte Gainsbourg, un texte qui a été publié 10 ans plus tôt en 2008, comme quoi aucun progrès notable, aucune décision contraignante n’a été prise lors de ces grandes messes « écologiques «  depuis des années, juste des belles déclamations, des effets d’annonce et la propagande médiatique qui va avec…oubliée aussitôt. Business is business et money avant tout, tant que ça dure !
    Les constats sur la situation sanitaire du vivant – l’état de notre planète – sont faits par chacun.e, selon les informations et les observations, l’analyse et les projections. Le bilan et les perspectives sont alarmants, dramatiques et quasi-irréversibles.
    Face à l’inertie invraisemblable de nos dirigeants (politiques) – « Eux, …ces gouvernants qui marchent main dans la main et doigts entremêlés avec les multinationales et paralysés par elles ? » , Nous avons entre nos mains un certain nombre de possibilités d’actions, tout en remettant perpétuellement ces élu.e.s face à la base de leur devoir, la responsabilité.
    Il ne s’agit plus de « transition », mais « d’un changement radical, indispensable, de nos comportements, de nos mentalités, de nos modes de vie ».
    Derrière le mot « réchauffement climatique », il y a l’augmentation accélérée de la température globale de la planète avec des conséquences catastrophiques, des réactions en chaîne dont on commence déjà à mesurer les possibles ampleurs à venir. CO2 , méthane/protoxyde azote, gaz fluorés, particules fines diverses, …pas besoin de détailler, on en connaît déjà les plus importants. Les producteurs-émetteurs les plus « volumineux » sont l’industrie, l’agriculture-élevage intensif (déforestation), les transports (marchandises), …
    Les changements urgents existent, sont connus, mais ne sont pas mis en œuvre, bien au contraire. La fin de l’agroalimentaire intensif (agriculture-élevage) et la conversion totale à l’agriculture biologique, la reforestation massive, le développement rapide général des différentes énergies renouvelables, …pour n’en citer que trois. Cela induit des choix d’achat, de consommation, de comportement : réduire drastiquement la consommation de viande … d’électricité et d’eau, diversifier ses modes de déplacement, recycler les déchets et bannir le plastique, là encore pour ne citer que quelques exemples. ***

    Aujourd’hui, je souhaite mettre en avant une initiative-action à venir (en septembre) et qui peut bouleverser, gripper la marche aveugle de la machine économico-politique, de suite.

    « Fin du monde, fin du mois »
    La convergence des ras-le-bol, des colères, des impatiences s’est faite presque malgré elle tant il y avait un très large fossé entre la colère contre une nouvelle augmentation des tarifs pétroliers (essence) et la nécessité de réduire de grandes parts de nos « habitudes » de vie, de consommation, de déplacement, de production, sans quoi la survie même de l’espèce humaine est menacée et cela de façon urgente. Je sais que ça fait très anxiogène de dire cela, mais il faut bien mettre des mots sur les choses pour qu’elles prennent forme réellement dans la pensée de chacun.e.
    Aucune personne seule ne peut créer un impact efficace, aucun Etat seul ne peut agir pour changer de direction, mais les actions conjointes, les décisions contraignantes et mondialisées, les recherches appliquées participeront de façon opérante au changement de …civilisation.

    Les impacts environnementaux toucheront en priorité et très gravement les plus précaires, les plus démunis. Le « cadre de vie » de chacun.e fait partie des conséquences d’un monde marchand dont la richesse captée par un tout petit nombre dépend d’une production permanente de biens (utiles ou pas) sans se préoccuper des ressources, des conditions de travail et même du pouvoir d’achat.
    Dès lors, les revendications sociales et les revendications environnementales sont les deux pendants d’un même « problème ». Gilets jaunes, gilets verts, gilets rouges, gilets blancs, …même combat dans la résistance (locale et générale) et dans la construction d’un autre monde …soutenable !

    Grève mondiale pour le climat
    J’en arrive donc à cette « action ». A l’initiative de nombreux mouvements de jeunes, soutenus par des ONG, des associations diverses et variées, et à la suite des deux précédentes, une nouvelle journée est actée pour le vendredi 20 septembre (2019), – puis vendredi 27 septembre, puis vendredi…. – un appel mondial a été lancé (réseaux sociaux et autres) pour une grève de l’école pour le climat les vendredis, jusqu’à ce que les gouvernements prennent des décisions radicales immédiates et contraignantes. Plus de bla… bla …bla.
    En quoi, cela peut être plus efficace que les autres manifestations et marches régulières, épisodiques ? Imaginez un instant que cette première mobilisation visible et générale soit encourageante en terme de participation et que la deuxième, troisième prenne une ampleur inégalée à travers le monde (le plus émetteurs de pollution mortifère). Imaginez que ce ne sont plus des adultes essentiellement qui sont là, mais des écolier.e.s, des lycéen.ne.s, des étudiant.e.s, les jeunes, l’avenir des pays, ceux dont se réclament toujours ces politiciens inertes… Comment vont réagir les forces policières des Etats ? Je sais, on a vu en France, ces lycéens agenouillés, mains sur la tête, alignés des heures durant dans une cour , devant des murs clos qui rappelaient les stades chiliens du temps de Pinochet  avec des policiers armés qui les encerclaient ! Quels mots vont employer les présidents pour enrayer le mouvement ? Et quels arguments, quelles décisions pour essayer de satisfaire les demandes …légitimes et vitales ?
    Rajoutons que devant la sensibilité de plus en plus proche des parents adultes qui commencent à intégrer un certain nombre de choses depuis ces derniers mois de débat autour des rond-points et dans les ZAD à travers le pays, ces jeunes vont bénéficier de leur appui, leur soutien voire leur mobilisation active conjointe, collatérale.

    Vous êtes sceptique ? Pas de problème, mais urgence il y a et faites l’effort d’approfondir, d’élargir…C’est votre avenir, c’est notre avenir commun, c’est celui de nos enfants et nos petits-enfants. A quoi ça sert d’aller à l’école, si l’avenir n’est plus qu’un mythe, que l’espèce humaine et même vivante est en danger de survie ?
    Oh, je sais anxiogène, alarmiste. Des mots que certain.e.s d’entre nous entendent depuis des décennies. Petit à petit, les « doux rêveurs » sont considérés comme visionnaires !!! Tout un chacun peut arriver aux mêmes constats et inventer des alternatives collectives, communes, personnelles.
    Des biens communs à se réapproprier, des liens sociaux à reconstruire, des organisations locales démocratiques à mettre en place, des réseaux, des échanges, de la créativité et une autre façon de vivre, de vivre ensemble, lié par une évolution humaine faite de communautés « primitives » !
    Il n’est plus trop temps de tergiverser, « nous y voilà, nous y sommes ».
    L’avenir n’est pas écrit.