On adore ce coin, on aime aller s’y ressourcer, humer l’iode et vivre le rythme et l’ambiance espagnoles. Quand on a senti depuis des années, la région passer au catalan dans les écoles, les noms de rues, les prospectus, cela ne nous a pas choqués, ni déstabilisés car on sentait bien combien c’était important pour les gens. Et puis, nous, alsaciens, nous avons aussi notre histoire, notre passé entre Allemagne et France et l’intégration forcée en changeant “langue et cultures régionales” (pour conserver et faire vivre notre parler “alsacien” et notre double culture) et en mettant à la place le “bilinguisme français-allemand” qui n’avait plus rien de commun avec la vie réelle au quotidien dans nos villages ruraux …et l’alsacien !
Alors, la revendication indépendantiste a suivi le régime d’autonomisme qui a été rogné au fur et à mesure des années par le pouvoir central (conservateur de droite) madrilène. Le Pays Basque a déposé les armes et obtenu un régime autonome intéressant. La Catalogne n’a jamais pris les armes (depuis l’après Franco) et son régime autonome n’a pas les mêmes règles qu’au Pays Basque. Ainsi, le parlement catalan ne peut pas prélever les impôts pour développer la région avec un versement contractuel annuel à l’Etat espagnol. Cela réduit sérieusement le pouvoir décisionnel sur pas mal de projets. Et comme c’est une région qui a su se dynamiser à nouveau, elle participe largement au budget national, mais avec peu de ristourne…Et puis il y a l’histoire : la Catalogne a combattu jusqu’au bout le franquisme, c’est une terre républicaine, imprégnée de libertés. C’est pour cela aussi qu’on s’y sent si bien…
Les élections du parlement catalan ont lieu tous les 4 ans. En septembre 2015, les indépendantistes ont obtenu la majorité et ont formé un gouvernement qui négocia plus d’autonomie avec d’autres règles de gouvernance avec le gouvernement central madrilène. Le Parti Populaire (droite conservatrice) au pouvoir avec Rajoy veut faire plier Barcelone et mettre au pas le parlement catalan. Sans rentrer dans les détails, le ton monte, Rajoy diminue encore les pouvoirs catalans et cela devient un combat où l’indépendance s’invite dans les perspectives. Le président du parlement catalan, Carles Puigdemont appelle donc à un référendum sur l’indépendance en octobre 2017. Les images re transmises à travers le monde nous ont montré le visage répressif du gouvernement Rajoy : des citoyen-ne-s qui allaient voter pacifiquement se font jeter au sol, frapper par les forces de police nationale pour empêcher ce référendum. Selon les résultats obtenus, le président catalan officialise la déclaration d’indépendance. De suite, il est destitué, des membres de son gouvernement jetés en prison, le parlement est dissous par Madrid et de nouvelles élections programmées le 21 décembre 2017. Le président Puigdemont pour échapper à la prison se réfugie en …Belgique.
Finalement, les partis indépendantistes-autonomistes décident malgré tout de se présenter à ces nouvelles élections anticipées de deux ans afin de permettre à leurs partisans de voter. Le Parti Populaire de Rajoy pense ainsi reprendre le pouvoir en Catalogne, imposer la loi centrale et museler toute opposition. En attendant les élections, la région est mise sous tutelle du gouvernement de Madrid.
Les élections ont lieu ce jeudi 21 décembre avec des candidats en exil ou en prison comme le vice-président du parlement catalan, Oriol Junqueras…et une nouvelle égérie de 36 ans du parti centre droit, Ciudadanos qui se présente comme une alternative pour revenir au calme dans cette région (style Macron au féminin). Mais les catalans ne sont pas dupés. Au soir des élections, si la liste de Inès Arrimadas (Ciudadanos)  avec 26% des voix et 36 sièges arrive en tête, elle est talonnée par le parti indépendantiste de Carles Puigdemont qui obtient 34 sièges. Les indépendantistes, rassemblés (ERC, Junts, Cup), obtiennent la majorité absolue des sièges (70 sur 135) et peuvent donc retrouver le pouvoir au parlement catalan comme avant la dissolution par Madrid. Une claque immense pour le gouvernement Rajoy (Parti Populaire qui obtient… 3 députés !!!). Il pensait régler le problème catalan par la force, le pouvoir imposé et il se retrouve complètement décrédibilisé, en ultra minorité quasi inexistant, et sans plus aucun pouvoir ou marge de manœuvre. Même économiquement : il a essayé de fragiliser l’économie catalane avec des sièges d’entreprises qui ont quitté la Catalogne en attendant le vote et malgré leur porte-parole, la libérale Inès Arrimadas, rien n’a été dans ce sens. La victoire est donc lumineuse et les couleurs jaunes vont fleurir à travers les régions catalanes au nombre de 4 : Barcelone (85 députés), Gerone (17), Lerida (15), Taragone (18). Il faut aussi préciser que les élections se font au suffrage universel et au scrutin proportionnel (règle d’Hondt). Et pointer du doigt que le gouvernement central de Rajoy a placé ces élections un jeudi, jour travaillé, espérant peut-être une moindre mobilisation. Mais c’était compter sans la détermination des catalans qui au contraire se sont déplacés encore plus massivement qu’en 2015 avec 82% de participation. Là encore une sacré claque !
Et maintenant ?
Le gouvernement catalan a été élu légalement sur ordre de Madrid avec un résultat identique à 2015 et que Rajoy ne pourra pas contester cette fois-ci. Il aura du mal à mettre en prison Carles Puigdemont s’il revient à Barcelone pour présider le parlement nouvellement élu. Il devra aussi libérer Oriol Junqueras, l’ex-vice président mis en prison…ainsi que d’autres membres du parlement emprisonnés.
Les catalans se sont donc exprimés encore une fois et de façon cohérente dans la continuité. S’ils ne sont pas toutes, tous indépendantistes, ils-elles ne revendiquent pas moins plus d’autonomie, avec des nouvelles règles et plus de pouvoirs. Légalement élus une nouvelle fois, Rajoy n’a plus de marge de manœuvre et quelque part, l’Europe de la Commission Européenne doit prendre acte de ce vote.
Cela élargit aussi notre réflexion concernant d’autres régions européennes. Nous avons bien vu l’élection au Conseil Corse d’une majorité autonomiste. Nous connaissons aussi la valeur forte régionale en Alsace, mais avec des règles et fonctionnement à changer en profondeur. On a aussi l’Ecosse, la Flandre, la Lombardie, …les Chtis, les Occitans, les Bretons, ….Bref, on voit bien qu’on ne peut pas réduire au silence, d’aucune façon, les aspirations des peuples des régions à forte identité. Une Europe des Régions, fédérale, a toujours été dans les projets politiques de certains partis (minoritaires). Mais le temps fait son affaire, les constats des politiques menées nationalement avec une représentativité élitiste et non pas représentative proportionnellement ont amené pas mal de personnes à revoir la gouvernance. Le désir de relocaliser les pouvoirs et les décisions est de plus en plus forte et en opposition avec une mondialisation qui détruit tout : démocratie, pouvoirs, relations humaines, …
Le temps est à intégrer CES changements, pas ceux qu’on veut nous présenter comme nouveaux alors qu’ils datent d’un autre temps !
L’avenir n’est pas écrit…
La Catalogne nous l’a bien démontré.
Christian Weiss

Laisser un commentaire

Une réaction à "Catalogne : un exemple plein d’enseignements"

  1. Christian a commenté:

    CATALOGNE (suite) – Mercredi 17 janvier a eu lieu la première réunion du Parlement nouvellement élu. Les “exilés (réélus)” n’ont pas pris part au vote mais les indépendantistes-qui ont la majorité de 70 sièges sur 135, plus les 8 voix de Podemos (Catalogne en commun/vote blanc)- ont élu le candidat de la gauche républicaine indépendantiste, Roger Torrent (38 ans) à la tête du Parlement catalan. Fin janvier-février aura lieu l’élection à la présidence de l’exécutif régional, la Generalitat qui devrait revenir comme avant à Carles Puigdemont, exilé à Bruxelles. Celui-ci pourra présenter son programme devant le Parlement comme prévu par la loi (qui ne précise pas une présence “physique”) et donc il choisira probablement la voie “vidéoconférence”. S’il revient sur le sol catalan, Rajoy le fera emprisonner directement. Là aussi, nous sommes dans un rapport de force, de pouvoir. Rajoy a tout fait pour casser la dynamique indépendantiste, mais même avec la voie légale (nouveau vote), les indépendantistes restent majoritaires. Mais il ne veut pas plier, accepter. L’histoire espagnole (récente) a deux pôles : Madrid franquiste et Barcelone républicaine. La Catalogne a souffert profondément du franquisme et des massacres jusqu’en 1975 et les blessures sont encore profondément marquées.
    Suite au prochain épisode, fin janvier….