Monsieur Laurent Furst

(ancien maire de Molsheim, député LR de la 6ème circonscription du Bas-Rhin)

Aussi surprenant que cela puisse être, et alors que j’adore bien manger, je ne sais absolument pas cuisiner. Il y a toutefois une chose que j’aime particulièrement faire moi-même, c’est la soupe de pois cassés.

Il faut cuire à la fois des pois cassés, des pommes de terre et des carottes avec un peu de concombre pour mettre un peu de vert dans la soupe.

La soupe doit être parfumée soit avec un peu de saucisse de Morteau ou une tranche de lard. Ceux qui le souhaitent, et c’est absolument délicieux, peuvent ajouter quelques lardons grillés.

Il faudra en tous les cas que la soupe s’imprègne du fumé sans pour autant que celui-ci prenne une place prépondérante en bouche.

La soupe est d’autant meilleure si elle est épaisse. Une petite touche de crème à la fin y ajoutera de l’onctuosité.

La soupe de pois cassés est un formidable repas d’hiver. Les gourmands y ajouteront quelques croûtons de pain dorés à la poêle.

Une bonne soupe peut constituer le meilleur repas du monde.”

 

Ingrédients (4 personnes)

1 litre d’eau – 2 carottes – 2 pommes de terre – ½ concombre – 250 grammes de pois cassés – sel et poivre du moulin

Et éventuellement… Saucisse de Morteau / Tranche de lard ou lardons / Croûtons (ou tranches de pain grillées) / Crème

Préparation

Peler et émincer les carottes, les pommes de terre et le concombre, puis déposer les légumes et les pois cassés dans un autocuiseur. Couvrir d’eau, saler et laisser cuire environ 20 minutes après le sifflement de la soupape. Mixer ensuite la soupe, assaisonner et agrémenter à son goût au moment de servir.

Laisser un commentaire

Une réaction à "Cuisine politicienne : La recette de Laurent Furst"

  1. antoine a commenté:

    Connaissant les engagements avérés de Mr Furst pour l’avenir de l’Alsace ;
    on comprend aussi que la soupe de pois est plus nourrissante
    et plus digeste que le poids des ”soupes” de certains de nos commis politiques.