Grand Est : Georges Schuler quitte la majorité de Jean Rottner

Ancien militaire, prof au grand cœur et maire de proximité à Reichstett, Georges Schuler jette un pavé dans la gravière. Il quitte la Majorité régionale pour siéger en tant qu’élu « alsacien » non inscrit. La nouvelle fait l’effet d’une bombe.
Dans le texte de la lettre que nous nous sommes procurée, Georges Schuler est égal à lui-même : carré, ferme, décidé. Il n’est pas là pour mettre plus le feu, il constate et en tire des décisions personnelles.
Une rupture pour l’Alsace
À chacun de lire et d’agir ensuite en (sa) conscience…

« J’assumerai un choix qui ne sera sans doute pas le vôtre »

promet le maire de Reichstett !
La nouvelle circule hier soir. Comme la région Grand Est  préfère la Foire de Châlons à celle de Strasbourg, elle n’entend sans doute pas ce qui se dit dans les travées du côté du Wacken.
Le désir d’Alsace y est plus important que le désir de Grand Est. Du côté des élus, le téléphone sonne. Jean Rottner prend acte, mais surtout temporise, le temps de laisser à son Chef de Cabinet, Aubin Brendalise, prendre la température.
« Les Républicains doivent régler cela » propose un élu lorrain. Il regarde sans doute vers Valérie Debord. Occupée, disent certains, à faire le ménage sur la liste européenne, prendra-t-elle le risque d’ouvrir un conflit de plus en Alsace ? Ce n’est pas sûr !
Factuelle, elle informe les élus.

Les Lorrains se lâchent contre l’Alsacien

Les Lorrains se lâchent contre l’Alsacien. Dominique Renaud demander à ce qu’il démissionne de son mandat ( histoire de faire rentrer un pro-Grand Est).Thierry Hory, le Maire de Marly, rappelle que Georges Schuler s’occupe du sport de « plein air ». Histoire de se positionner ! Ces positions écœurent des élus bien au-delà de l’Alsace.
Jean Rottner choisira sans doute de nourrir les affamés de poste. C’est le prix d’une certaine fidélité.
Georges Schuler, vrai sportif, avait montré refusé en son temps, toute promesse de Vice-Présidence pour conserver son franc-parler et son indépendance, il en fait de même à la région.

Qui suivra Georges Schuler ?

Une ligne de fracture se confirme dans la droite alsacienne. D’un côté les pro-Grand Est, de l’autre les partisans affirmés d’une collectivité territoriale unique en attendant une affirmation de l’Alsace.
On mesurera celle-ci autour des débats internes aux Républicains et, même si Georges Schuler ne demande rien, à l’attitude d’autres élus régionaux, les électeurs vont les regarder l’un après l’autre.
« .. 83 % des Alsaciens veulent autre chose. Ce sont des personnes qui nous ont élus et je ne peux ignorer leur demande » écrit Georges Schuler ! Gaulliste de conviction et attaché à une belle idée de l’Alsace, l’homme sait qu’il faut parfois dire « Non » ! Il l’a fait.

Id’Fuchs

Laisser un commentaire