La mise sous tutelle des télés régionales par le Grand Est

Ce fut l’un des feuilletons grandestien de l’été dernier.
S’opposant à toutes logiques historiques ou géographiques, Jean Rottner décidait de consacrer plus d’un demi-million d’euros au lancement d’une opération de construction identitaire pour le Grand Est.
Rappelons que ce même Jean Rottner avait dit en qu’« une Région allant de la région parisienne au Rhin,, c’est inconséquent, incohérent et inefficace ».
Nous ne savions pas encore à l’époque que chaque mot de l’ancien maire de Mulhouse n’était qu’une opération de COM.
Très fâchés, le sénateur André Reichardt, président du Mouvement pour l’Alsace (MPA), Pierre Klein président d’Initiative citoyenne alsacienne (ICA) et bien d’autres présidents d’associations de défense locale ont osés… publier un communiqué de presse désapprobateur. Rien de plus !

Au même moment les sbires du Grand Est imposaient un ‘’ Contrat d’objectifs et de moyens 2020-2021-2022’’ aux télés privées locales de grande région en échange de subventions.

Canal 32 (01), Vià Mirabelle (57) Vià Vosges (88) et Alsace 20 ( une équipe dynamique et sympathique que nous apprécions chez Heb’di) vont se partager plus de 1,24 million d’euros sous réserve de… « contribuer à donner du sens à l’identité du Grand Est ».

Pour y arriver, les chaines devront par exemple produire chaque mois des magazines dont l’objectif « est de participer à la valorisation du fait régional, de raconter les terroirs du Grand Est et son récit commun ». Elles devront également créer des magazines dénommés Vivre en Grand Est qui doivent porter sur les compétences de la collectivité. Mieux encore, afin de bien contrôler le travail des médias, les magazines seront définis en lien avec la Région Grand Est. Cela correspond purement et simplement à une mise sous tutelle des médias par l’exécutif régional.

Et pour être certains que les journalistes travaillent bien au service de la création de la nouvelle identité du Grand Est, des agents de la région sont spécialement affectés au contrôle du contenu des programmes. Il est ainsi prévu que le contenu des programmes soit contrôlé par la Direction de la Communication de la région.

Cette mise sous tutelle des médias pose un grave problème de démocratie.
Nous savions déjà qu’une poignée de milliardaires et le Crédit Mutuel contrôlent la majorité des journaux français.
Là il s’agit de l’argent du contribuable qui est utilisé afin des fins de propagande* en imposant l’idée d’une identité factice.
Le recours à de telles méthodes de manipulation des médias
Rappelons qu’une démocratie moderne repose sur le principe de l’indépendance des médias, qui est ici clairement bafouée par la conditionnalité des subventions et le contrôle des contenus à des fins politiques. Voilà qui illustre le caractère antidémocratique du Grand Est.
Il devient urgent de se pencher sur le financement des médias.

Heb’di est l’un des derniers médias totalement indépendant agrée “information politique et générale”(IPG)  par Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) 

Pour nous soutenir : abonnez-vous ou faites un don

TH

Laisser un commentaire