La série du printemps « Un maire, ça ose tout »  Saverne et l’hôtel Geiswiller Le TER, le quai, la gare sont bien vides, je longe à pied la rue principale de Saverne appelée Grand-rue… Je remarque avec un certain étonnement le nombre de commerces définitivement fermés, c’est hallucinant. En retard je file à mon rendez-vous, on m’attend autour d’une grande tablée dans le lieu de toutes conspirations, le salon de thé. Quand je pense que mes petits-déj. Non loin de la Cathédrale de Strasbourg se font dans la joie et la bonne humeur : un autre monde. Tout ce que l’on peut se dire sous le manteau dans les salons savernois, c’est inimaginable ! Une promiscuité où l’on entend tout le voisinage, l’exploit est […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 2€ !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous