L’Alsace-Moselle stigmatisée à Angoulême : le résultat de 150 ans de falsification de l’histoire.

Nous ne sommes pas étonné de la réaction de certains Charentais(es) à l’annonce de l’arrivée de deux patients alsaciens atteints du Covid-19 à Angoulême : elle s’explique aussi par la méconnaissance de l’histoire de l’Alsace et de la Moselle, voulue et entretenue par l’Etat depuis 150 ans.

Le confinement n’arrête pas la bêtise titrait, dimanche 29 mars 2020, le quotidien La Charente libre à propos de la réaction bien peu républicaine de certain(e)s Charentais(es) à l’annonce de l’arrivée de deux patients alsaciens atteints du Covid-19 dans les hopitaux d’Angoulême.

Conscient que les commentaires, bien que nombreux, suscités sur les réseaux sociaux, ne reflètent en rien l’opinion générale, ceux-ci reposent notamment sur une totale méconnaissance de l’histoire singulière de l’histoire de l’Alsace et de la Moselle. Ainsi, ce commentaire du dénommé Marc-Benoît, cité par le quotidien : « Les Alsaciens reviennent, comme en 14/18 et 39/45 » !

14/18, Angoulême et les Alsaciens. «Où diable Marc-Benoît est-il allé chercher ça ?» s’interroge le Dr Eric Ettwiller, agrégé d’histoire, président d’Unsri Gschìcht car «durant la Première Guerre mondiale, l’immense majorité des Alsaciens-Mosellans sert alors dans l’armée allemande, généralement sur le front russe. Loin, très loin, d’Angoulême…». Et d’ajouter «il y avait bien quelques milliers de civils alsaciens en France mais considérés comme suspects, ils étaient arrêtés par l’armée française puis envoyés dans des camps».

Comme en 39/45. Marc-Benoît fait ici référence à l’évacuation, en septembre 1939 et pour quelques mois, de près de 300 000 Alsaciens-Mosellans que l’historiographie officielle, relayée par certains médias peu scrupuleux de la vérité, évoquent sous la forme d’une joyeuse expédition. Alors qu’elle fut un traumatisme. Sans compter que ce ne sont pas les Alsaciens qui furent évacués sur Angoulême mais les Mosellans…

Pour une histoire objective. Unsri Gschìcht défend une histoire objective de l’Alsace et de la Moselle que l’Etat s’obstine à déformer pour la rendre compatible avec son «roman national». Les commentaires à la Marc-Benoît ne seraient-ils pas évités si nos concitoyens avaient réellement connaissance de notre histoire régionale ?

Loin, très loin des clichés que véhiculent, aujourd’hui encore, l’historiographie officielle.

Unsri Gschìcht

Laisser un commentaire

2 réactions à "L’Alsace-Moselle stigmatisée à Angoulême : le résultat de 150 ans de falsification de l’histoire."

  1. Emmanuel a commenté:

    Il serait temps d’avouer que les alsaciens sont un peuple à part entière différent du peuple français

  2. Michel a commenté:

    La méconnaissance de l’histoire fait peur. Ces mêmes personnes vont dire : “les malgré-nous étaient des volontaires”