Madame, Monsieur,   Début juillet j’attirais votre attention sur la nécessité absolue de rester solidaires, pour traiter efficacement les questions locales et alsaciennes. « Si vous voulez avoir la moindre chance d’être productif au moins sur cette question, mettez vous d’accord et parlez d’une même voix, et déterminée » m’étais-je alors permis de vous suggérer. Eh bien non ! Vos propos rapportés dans le journal de ce mardi 3 octobre, indiquent que même sur cette question pourtant vitale pour la région, chacun des parlementaires, les présidents des collectivités territoriales, département et région, continuent imperturbablement à jouer leur petite musique, et contribuent ainsi à un échec prévisible. Pourtant ne devraient point primer les intérêts personnels, partisans ou de soumission aux instances parisiennes. Il est […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 2€ !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous