Leclerc obscur

Dans une interview au Parisien, Michel Édouard Leclerc prône la suppression de la TVA sur les produits bio, ce qui, d’après lui, devrait favoriser le développement de ce type de produits et le rendre accessible aux plus modestes.

Sauf que si monsieur Leclerc était particulièrement sensible aux plus modestes, notamment ses fournisseurs les plus modestes, ça se saurait.

La suppression de la TVA sur le bio c’est, comme toujours, complètement bidon, car sur les produits alimentaires encore plus que sur les autres produits, les grands distributeurs ont toute liberté pour fixer leurs marges et pour essorer au maximum leurs fournisseurs (et accessoirement se payer la tête du consommateur). C’est sur les produits alimentaires que les marges sont les plus fortes, il peut donc continuer à jouer tranquillement du pipeau. Rappelons aussi que la suppression de la TVA ne lui coûte absolument rien, c’est à l’Etat qu’il demande de faire l’effort en se privant d’une rentrée d’argent. Dans ces conditions c’est plutôt facile de faire les jolis cœurs.

On notera aussi dans cette même interview une petite phrase qui aurait pu passer inaperçue :” les produits de première nécessité ne sont pas toujours de qualité». Ah bon? C’est pas un certain M.E. Leclerc qui nous bassine depuis des décennies sur le fait que ses produits, les produits Leclerc, vendus moins chers, les “premiers prix” étaient tout aussi bons et de qualité, qu’ils étaient “Moins Chers Et Pareils”, vous savez, la fameuse marque MCEP?

Leclerc: l’obscur de la distribution.

Tiercé gagnant

Kylian Mbappé, N’Golo Kanté et Soprano sont les personnalités préférées des 7-14 ans, selon le sondage Ipsos pour Le Journal de Mickey.

C’est juste un petit message pour ceux qui font passer les Français pour des racistes.

Apocalypse now

Le Figaro nous apprend que “les ventes des brasseurs s’envolent grâce aux bières sans alcool”.

Quand on vous dit que la fin du monde est proche….

Fighting spirit

Vosges Matin nous apprend qu’à Chantraine, “sa caisse complémentaire se bat pour lui verser 1,44 euro.”

Par conséquent, arrêtez de dire qu’il ne se passe rien dans les Vosges.

Fondamental

Le Courrier Picard a, quant à lui, trouvé un Pascal Obispo “plus pop et plus rock”.

Ça méritait d’être signalé.

Oeillères

Raphaël Gucksmann :”Sur le fond, rien ne différencie les Verts, le PS et Génération.s”.

C’est bien le problème !

Agri, c’est fini

Beaucoup de paysans se plaignent de “l’agribashing”, notamment depuis la publication par Greenpeace d’une carte de France des “fermes-usines”.

C’est très bien de défendre son métier, mais qu’ils en profitent aussi pour se battre contre l’usage excessif de pesticides qui conduit à l’extinction bientôt totale des insectes (et pas seulement des abeilles), contre l’industrialisation de l’agriculture, l’utilisation d’engins (tracteurs, moissonneuses, charrues, etc.) de plus en plus volumineux et gourmands, l’éradication des taillis, bosquets et autres futaies, contre l’utilisation massive d’engrais chimiques pour “booster” les cultures, contre les épandages massifs près des habitations et lieux de vie, contre les choix de cultures qui rapportent davantage de subventions que de fruits et légumes, contre les conditions de vie ignobles des animaux d’élevage, contre les cultures qui appauvrissent et déstabilisent les sols, etc. Après tout ça, oui, ils pourront se plaindre de l’agribashing.

Pendant qu’on parle de ça, les députés français ont repoussé, en toute discrétion comme à chaque fois que le sujet est important, l’interdiction de la fabrication de pesticides vendus en dehors de l’Union européenne de trois ans, à 2025, en ajoutant une dérogation pour certaines entreprises. Pour autant, cela ne devrait pas les gêner pour continuer à donner des leçons et à exiger toujours plus de comportements “écoresponsables” de la part des citoyens français.

À nous de vous faire détester le train!

Afin de lutter contre la fraude, la SNCF a mis en place une nouvelle grille tarifaire. Désormais, les billets TER achetés dans les trains seront majorés, même en cas de justification du voyageur. Même lorsque le distributeur est en panne ou lorsqu’il n’y en a pas, comme dans certaines petites gares.

Les contrôleurs ont pour obligation de faire payer tout voyageur ne possédant pas de billet au “tarif à bord”, c’est-à-dire avec une majoration variant en fonction de la distance parcourue. Ainsi, pour une distance allant de 0 à 25 kilomètres, l’utilisateur sans titre de transport devra payer 10 euros s’il se présente à un contrôleur, 50 euros s’il ne prévient pas, et il devra payer 60 euros lors d’une distance de plus de 151 kilomètres.

D’après la SNCF, c’est pour “mettre en place un rapport d’équité dans le traitement des voyageurs, et ne pas pénaliser ceux qui ont payé. Dans 80% des cas, les personnes qui ne possèdent pas de billet de train le font volontairement pour frauder. Dans seulement moins de 5% des cas, la personne n’a pas son billet parce qu’elle était dans l’incapacité de l’avoir”.

Bruno Gazeau, le président de la Fédération nationale des associations d’usagers de transports (FNAUT) n’y va pas par quatre chemins: “c’est honteux! À partir du moment où il n’y a pas encore d’automates partout et où les mesures de ventes alternatives, comme dans les bureaux de tabac ou la Poste, ne sont pas encore mises en place pour remplacer les guichetiers, c’est inacceptable de mettre en place ce genre de pratique”

Grands utilisateurs du train, chez Heb’di nous ne pouvons que confirmer le propos de Bruno Gazeau lorsqu’il dit que “cela signifie que le voyageur est directement qualifié de fraudeur ; il y a une suspicion automatique. Il y a de nombreux cas où les automates sont défectueux, où l’on peut arriver en retard et ne pas avoir le temps de prendre un billet, sans oublier ceux qui ont du mal à se servir de machines, comme les personnes âgées». “On veut que les gens n’aient aucune excuse? Dans ces cas-là, on n’a qu’à installer des automates dans les trains”.

On ne peut pas mieux dire, mais si la SNCF était logique, sociale, respectueuse du voyageur avec du personnel sympathique, ça se saurait!

Gueule cassée

Emmanuel Macron a souhaité “un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse” à la manifestante blessée à Nice lors du rassemblement des “gilets jaunes” samedi.

Mais il a ajouté que “quand on est fragile, qu’on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci”, tout en soulignant que “cette dame n’a pas été en contact avec les forces de l’ordre”.

Bon alors Manu, faudrait savoir. Si elle n’a “pas été en contact avec les forces de l’ordre”, c’est donc qu’elle manifestait pacifiquement. A moins que la fragilité d’après Macron soit mesurée à la capacité à résister à un impact violent d’une troupe lancée au pas de charge et au poids de CRS que la boîte crânienne est capable de supporter? En gros, quand t’es retraité, tu fermes ta gueule et tu restes dans tes pantoufles. Déjà que tu coûtes un pognon de dingue !

proffesseur Schmeerwuscht

Laisser un commentaire