Parmi tous les intervenants et parties prenantes (politiques, élus, syndicalistes, médias, économistes, acteurs économiques, commentateurs de tous bords….), aucun n’a évoqué (ou pensé) lors de toutes ces prétendues concertations, consultations, négociations, sondages à interroger la sphère du pouvoir quant à l’interprétation et la valeur qu’accorderont les réseaux bancaires et organismes de prêts à la souplesse voulue pour ces nouveaux types de contrats de travail. Ont-ils oublié – par incompétence ou volontairement – l’importance déterminante du CDI (amené à disparaître) qui a toujours prévalu depuis des décennies dans les conditions d’obtention d’un prêt par un salarié. Le taux des assurances – perte d’emploi ou chômage – représentent aujourd’hui déjà une part importante dans les coûts des crédits. Nul doute qu’à défaut […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 2€ !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous