”Raconter l’histoire” avec Heb’di au Salon du livre de Colmar

Cette année, le Salon du livre de Colmar a pour thème ”Raconter l’histoire”

Pour l’occasion, Heb’di s’associe avec l’éditeur d’Alsatiques le plus courageux  : le breton Yoran Embanner

La maison d’édition de Yoran Delacour  est installée à Fouesnant, près de Concarneau dans le Finistère. Plus de 200 ouvrages ont été publiés, dont une part non négligeable de livre engagé sur l’histoire, le patrimoine breton ainsi que des essais politiques sur la Bretagne et d’autres régions de France. L’Alsace y est particulièrement représentée.

Yoran Delacour sera en Alsace au printemps, l’occasion de vous proposer d’aller à sa rencontre.

L’objectif de ce militant culturel  et passionné est de « mettre en avant les minorités régionales et nationales souvent effacées ». « Je me revendique nationaliste et internationaliste. Je manifeste toujours et je m’intéresse à tous ceux qui ont des situations comparables à la Bretagne, pas seulement en Europe. Je travaille sur un dictionnaire kabyle-français et j’ai en projet une histoire des Touaregs…/…Les histoires que j’édite ne sont pas des histoires neutres. Ce n’est pas la version officielle de la Bretagne ou de l’Alsace, ce sont des points de vue ». (Ouest France)

Sur notre stand (Plan de salon) seront présents, entre autres ; Moritz Gerber,  Bernard Wittmann, Joseph Schmittbiel…

Moritz Gerber dédicacera en avant-première son tout nouveau livre :

”Turenne, héros ou criminel de guerre ?”

Un ouvrage fondé sur de longues recherches d’archives, une étude passionnante où l’auteur nous révèle l’autre face de Turenne ainsi que la sombre origine de l’obélisque de Turckheim.  Turckheim fut pillée, les femmes violées, le village mis à sac après une victoire. Néanmoins, un monument à la gloire de Turenne a été élevé au coeur de la ville !

D’autres titres de la même trempe seront disponibles.

”Alsace, des questions qui dérangent”

Ce livre de Joseph Schmittbiel est une excellente base pour ceux qui veulent connaître l’histoire et les malaises qu’a connus la région. Aujourd’hui, il est primordial de connaître son histoire pour mieux comprendre celle des autres.

”Histoire d’Alsace – le point de vue alsacien” et “Histoire de la Moselle – Le point de vue mosellan”

François WAAG, présente les faits historiques du point de vue alsacien ou mosellan en remettant en cause certaines versions dont l’histoire de France s’est arrangée. De l’issue de la guerre de Trente Ans à l’intolérance des autorités académiques après 1945, rien n’est oublié.

 

Et bien sûr, retrouvez l’équipe Heb’di !!!

“Épuration ethnique à la française”

En Alsace-Moselle, la question de la nationalité a laissé des traces douloureuses . Dans les années 1918 à 1924, l’état français cédait alors aux sirènes de l’« antibochisme » et du racisme ! L’Alsace était livrée au nettoyage ethnique, aux cartes d’identité sélectives selon des critères héréditaires et à une politique de francisation despotique. Des Commissions de triage étaient chargées de châtier les « germanophiles » alsaciens.
Pour les Alsaciens, accéder à la « réintégration dans la nationalité française »fut souvent un parcours difficile. Ils durent effectuer des démarches et des recherches généalogiques humiliantes. Au moindre soupçon de « germanophilie », ils pouvaient être expulsés.
Mais pour les Allemands « indésirables », nés ou résidants en Alsace-Moselle, qui s’étaient entièrement identifiés à l’Alsace, ce fut un véritable drame :  l’expulsion manu militari vers l’Allemagne. Leur crime : être nés de parents allemands !
Grisée par une victoire inespérée, obnubilée par la haine du « Boche » et désireuse d’imposer rapidement son autorité en Alsace-Moselle, la France reniait ses prétendues convictions républicaines du droit du sol, de la fraternité, de l’égalité et de la tolérance.
Bernard Witmann est né en 1948 à Strasbourg. Partisan de longue date d’une Europe fédérale des Régions, il est aussi un fervent défenseur de l’identité alsacienne et des minorités niées ou opprimées.

 

Parmi les autres ouvrages présentés :

 

Et bien sûr, retrouvez l’équipe Heb’di !!!

Laisser un commentaire