Déclaration enregistrée (probablement dans son bureau) à l’abri de toute question possible d’un journaliste ou d’un quelconque contradicteur. Cette imposture de troisième de cordée, doigt sur la couture, mais peu courageux, se retranche au passage derrière le premier ministre et le préfet de région pour imposer son déni de la démocratie envers une majorité d’alsaciens. Ajoutant au passage dans son diktat que ce sondage à 83%, connu depuis des années, n’est rien de nouveau pour lui et que cela ne changera rien au périmètre géographique ou de compétences du Grand Est. (sic) ” à bon entendeur, circulez il n’y a rien à revoir”. Il confirme ainsi dans sa précipitation de petit chef que le rattachement de l’Alsace a bien été […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 2€ !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous