Presstalis a décidé de prélever 25% de l’argent des ventes de tous les journaux sur leur chiffre de décembre 2017. Sans prévenir, mettant en danger au moins une centaine de titres. Explications de l’Observatoire du Journalisme : Les petits éditeurs de presse étranglés par les ponctions de Presstalis. Si les gros journaux n’y voient pas trop de problèmes en raison du risque que fait peser une éventuelle faillite de Presstalis sur la filière, pour les petits, un quart des recettes, ça représente 20 à 25.000 €, une somme énorme. Philippe Loison, président du Syndicat de l’association des éditeurs de presse, s’émouvait par courrier recommandé de cette décision brutale, assurant qu’elle allait « provoquer la cessation de centaines de titres et […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 2€ !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous