Ensablés

Un policier s’est confié au Parisien à propos du comportement irresponsable des parents sur les plages.

En effet, des centaines d’enfants sont livrés à eux-mêmes sur les plages marseillaises (mais ce n’est guère mieux ailleurs) et les cas de noyades d’enfants se multiplient.

Une fois installés sur la plage, les parents ne s’occupent plus des enfants, ne se donnent même pas la peine de jeter un œil sur eux de temps en temps, préférant pianoter sur leur téléphone.

Le pire, c’est que parfois, quand on alerte les parents, ils nous répondent que c’est à nous de surveiller les enfants. C’est clairement de l’inconscience“, dit le policier.

En un seul week-end, après l’ouverture officielle des 15 plages marseillaises, le 29 mai, 140 enfants ont ainsi été “égarés” par leurs parents. 360 sur le seul mois de juillet, “plus que pendant tout l’été 2018. “A la fin de l’été, on va atteindre sans problème les 600-700 !

Ça me consterne. Car un enfant peut se noyer dans 5 centimètres d’eau“.

Les parents ne sont plus adultes. Autrement dit, les enfants font des enfants. Qui va garder tous ces enfants ?

Ministre détachée

La ministre du Travail se répand dans la presse pour dire combien elle se montrait “intraitable” contre les fraudeurs du “travail détaché”.

Sauf que, comme le rappelle Thomas Vallières dans Marianne, la ministre défend “en même temps” le système des travailleurs détachés qui n’est rien d’autre qu’une guerre organisée des pauvres contre les pauvres, car les travailleurs détachés sont employés par une entreprise de l’Union européenne qui les envoie dans un État membre tout en leur permettant de payer leurs cotisations sociales dans leur pays d’origine.

Ce n’est rien d’autre que du dumping social, où on met la précarité des uns en concurrence avec la précarité des autres. Il paraît que ceux qui font cela se disent “progressistes”.

On s’étonnera après que les travailleurs “locaux” désespèrent de trouver du boulot correctement rémunéré et que tant parmi eux se résignent, finalement, à ne plus en chercher, surtout si c’est pour être moins payés qu’en restant à la maison.

Ah si j’étais riche!

C’est Challenges qui confirme un article de Bloomberg paru il y a quelque temps et disant en gros que comme le dit Monique Pinçon-Charlot (oui je sais, son positionnement à l’ultra-gôche ne la rend pas toujours crédible, mais parfois si) :

“La crise financière de 2008 a profité aux plus riches, puisque, comme le confirme Challenges, la fortune cumulée des 100 premiers les plus riches a été presque multipliée par 4, entre 2009 et 2019, passant de 151 à 569 milliards d’euros. Bernard Arnault a bondi de la deuxième place à la première”…

Par conséquent, cela tendrait à prouver que la planche à billets qui tourne à fond les melons depuis de nombreux mois – et qui était censée mettre de l’huile dans les rouages de l’économie pour la relancer l’activité et le pouvoir d’achat – ne profite qu’à ceux qui en ont le moins besoin. Ce sont ces mêmes milliardaires qui expliquent que la planche à billets est une mauvaise chose, sauf si elle permet de faire remonter le taux de leurs actions.

Cerveaulas

Un Américain de 59 ans a succombé à une infection due à une amibe “dévoreuse de cerveau”. Celle-ci serait entrée par le nez alors que l’homme se baignait. Cette amibe, la naegleria fowleri, qui se trouve surtout dans des eaux chaudes et stagnantes, est totalement inoffensive quand elle est avalée, mais mortel si elle pénètre dans le nez.

Elle remonte alors le nerf olfactif pour détruire le tissus cérébral. Heureusement, les cas de mort sont très rares, il n’y a eu que 310 cas dans le monde en 50 ans et un seul cas français en Guadeloupe.

Une chose est sûre, l’équipe d’Heb’di ne craint pas grand-chose!

Téléphone furtif

Le HUFFINGTON POST est  revenu sur “l’affaire Benalla” et révèle que le téléphone que cet étourdi qui prétendait avoir perdu a été retrouvé. Et il recèle des trésors pour la police.

On apprend que contrairement à ses affirmations, il a, en réalité, reçu et émis des messages dès le lendemain de sa première garde à vue, adressés au chef de cabinet de Brigitte Macron, mais pas seulement.

Monsieur le Président, hier après-midi j’ai été invité par la préfecture de police à observer de l’intérieur la manifestation du 1er-Mai, j’ai donc été équipé d’un casque et intégré à une équipe de policiers en civil et accompagné par un major de police. En fin d’après-midi nous nous sommes retrouvés place de la Contrescarpe, où la situation a plus que dégénéré, je ne me suis alors pas cantonné à mon rôle d’observateur (…) La scène assez violente a été filmée et même si on ne m’identifie pas très nettement je suis reconnaissable. Cette vidéo tourne actuellement sur les réseaux sociaux. Alexandre.”

Réponse d’Alexis Kholer: “Tous des cons Alexandre, sois zen et fort, c’est le patron qui décide.

Pour ceux qui l’ignoraient encore, maintenant ils savent ce qu’est une “République exemplaire”!

Quoi ma gueule ?

Un décret du gouvernement a officialisé le développement d’une application mobile d’authentification d’identité “AliceM”, qui fait appel à un dispositif de reconnaissance faciale. Le gouvernement souhaite se servir de cette technologie pour authentifier l’identité des citoyens. Cette application mobile, pour le moment uniquement disponible sur Android, acronyme d’”Authentification en ligne certifiée sur mobile”, permettra de s’identifier grâce à son smartphone pour accéder depuis son mobile aux sites de certains services publics regroupés dans le portail d’accès FranceConnect comme, par exemple, celui des impôts.

Le ministre de l’Intérieur a fait savoir cette année qu’il souhaitait que tous les Français puissent prouver leur identité en ligne d’ici 2020, notamment par AliceM. Comment ça marche? AliceM demande à ses utilisateurs de prouver leur identité en prenant en photo leur passeport ou titre de séjour biométrique, mais aussi, via un “système de reconnaissance faciale statique (une photo) et dynamique (une vidéo où il faut faire des gestes et des mouvements de tête)”.

Entre nous, si je fais des démarches le matin au  saut du lit, je défie Alice de me reconnaître. Et le boxeur qui a passé une mauvaise soirée, comme il fera?

“Le plus inquiétant dans cette procédure, c’est que nous constatons une perte de pouvoir de la CNIL. Si même le gouvernement ne l’écoute plus qui va le faire?» s’interroge Martin Drago, juriste au sein de la Quadrature du Net, rapporte le Figaro. Il regrette l’absence de prise de conscience de l’opinion et des pouvoirs publics sur le sujet de la reconnaissance faciale alors que déjà plusieurs villes, notamment aux États-Unis, ont décidé de bannir cette technologie.

Sur la question des libertés, je me répète, je le sais. Mais cette info, pourtant cruciale, n’a fait l’objet que de quelques petits articulets par-ci par-là, comme toujours (et malheureusement) sur les questions sensibles

Posons-nous aussi cette question simple : pourquoi l’idée de demander aux Français leur avis n’est-elle venue à personne? Il est vrai qu’ils pourraient être contre et, vu comme ça, ce ne serait vraiment pas une bonne idée de le leur demander.

Laisser un commentaire