Hôtel de la plage sous les pavés

Les manifestations des gilets jaunes auraient déjà coûté 10 millions d’euros aux hôtels parisiens…

Si ça pouvait rendre les hôteliers parisiens un peu plus aimables…

Snif

Gendarmerie : bientôt une empreinte olfactive pour identifier les criminels. Certains seront identifiés plus rapidement que d’autres….

Malin Bénin

Tous les spécialistes de l’art et des cultures s’en émeuvent et sont extrêmement inquiets, car le Président de la République française vient d’ouvrir la boîte de Pandore, comme ils disent. Il a en effet décidé, plutôt décrété, en totale contradiction avec la Loi, que les œuvres du Bénin devaient retourner au Bénin. Par ce geste, Macron met fin au principe de l’inaliénation des collections publiques.Déjà, le Sénégal exige le retour de toutes les œuvres créées au Sénégal. Bon, dont acte. Comme dit le Journal des Arts, alors pourquoi pas le retour en Tunisie, les objets d’art tunisien, les objets russes en Russie, le retour de tous les impressionnistes français achetés par des musées américains en France.

C’est bon tout ça, et ça ne coûterait presque pas un pognon de dingue et puis, surtout, ça ne renforce pas du tout le sentiment nationaliste cher à Macron, nooon! Le patriotisme en Europe c’est vilain, ça pue, c’est que pour les méchants. En revanche, ailleurs dans le monde, c’est bien, c’est “progressiste”, c’est l’avenir radieux du chacun chez soi et des portes fermées.

Et si on demandait la restitution de la statue de la Liberté?

Ça dépasse la Borne

Outre les inepties hors sol de la nouvelle loi sur les mobilités, qui n’apporte aucune solution aux problèmes immédiats soulevés par les gilets jaunes, il y a un élément que madame Borne, Ministre des Transports, a malencontreusement oublié de mentionner:

Conformément au souhait de Macron de “sortir le pays de ses pratiques politiques d’antan pour le faire entrer de plain-pied dans le nouveau monde”, le projet de loi d’orientation des mobilités, présenté le 26 novembre en conseil des ministres, a la particularité d’avoir vu la rédaction de son «exposé des motifs» être sous-traitée à une entreprise privée, au même titre qu’une étude d’impact de la loi!! (Source Le Monde)

Normalement, ce genre d’exercice relève de la compétence exclusive du Parlement (Assemblée Nationale et Sénat)

On avait déjà le mépris du Parlement, maintenant on a carrément l’oubli du Parlement. Patience, encore un peu et on finira bien par entendre un ministre ou un quelconque porte-parole dire que de toute manière le Parlement ne sert à rien, que ce ne sont que de vieux mâles blancs qui clopent et qui roulent au diesel…

Je ris jaune

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais l’autre jour le journal télévisé de France 2 a fait une tartine sur la transition écologique qui devait nous conduire (enfin les moins cons d’entre nous, hein, pas les réfractaires qui clopent et qui ne comprennent jamais rien) à rouler en véhicules électriques. Et juste après, ils ont diffusé un reportage sur les difficultés actuelles de répondre à la demande d’électricité.

Je me trompe sûrement, mais j’ai parfois l’impression qu’on nous prend pour des cons.

Notre ami Linky

Toujours dans la série “on ne nous prend (presque) pas pour des cons, on trouve, en cherchant bien, une info dont madame EDF ne parle pas davantage que les médias “mainstream”. J’aurais pu écrire “aux ordres”, mais non, je ne l’écris pas. C’est à propos de notre ami Linky, vous savez, ce mignon joujou qu’EDF tient absolument à nous offrir, pour notre plus grand bien, cela va sans dire. On ne rappellera pas ici les raisons déjà connues pour lesquelles le compteur électrique communiquant Linky suscite des réactions de rejet (surveillance, intrusion dans la vie privée, émission d’ondes nocives, incendies spontanés, etc…), mais ce bijou de technologie contient une fonctionnalité qui n’est pas, pour le moment, activée, mais qui le sera un jour.

Comme de bien entendu, personne n’en a fait la publicité. Et pour cause! Il permettra, le jour venu, de prélever directement “à la source” les taxes sur le carburant utilisé par le véhicule électrique, c’est-à-dire l’électricité, exactement comme sont prélevées aujourd’hui les taxes sur le carburant utilisé par les véhicules thermiques. A vot’ bon cœur et à vos portefeuilles, m’sieurs dames…

Concrètement, lors des charges de véhicules électriques ou d’accumulateurs ou tous dispositifs de stockage de l’énergie électrique, cette action de charge sera détectée par le gestionnaire ENEDIS, via le bus filaire de l’Émetteur Radio Linky qui possède 7 interfaces appelés TIC acronyme de Télé-Information Client, dont le TIC numéro 5 correspond à la charge des véhicules électriques.

Avec le Linky l’administration fiscale va donc disposer d’un outil qui va lui permettre d’encaisser les taxes liées à la TICPE. En principe à partir de 2021 qui est la fin officielle du déploiement des compteurs Linky, pour charger les batteries de son véhicule électrique, l’automobiliste aura les choix soit d’une charge normale, accélérée ou rapide suivant les propositions de la délibération de la Commission de Régulation de l’Énergie qui détaille la tarification hors TVA des 3 taxes qu’auront à payer les automobilistes. Ces 3 taxes chiffrées sont celles de la gestion, correspondant à l’identification fiscale du véhicule, celle du comptage correspondant à la délivrance d’un contrat de puissance additif payant spécifique en kilo Volt Ampères et enfin celle dite du soutirage correspondant à la consommation en kWh de la charge du véhicule.

Je trouve que le progrès fait de plus en plus mal au c…

 

Laisser un commentaire