Sexe,  machisme et pognon à la Fédération Française du Bâtiment du Bas-Rhin

En février 2019,  Heb’di dévoilait qu’une perquisition était en cours à la Fédération Française du bâtiment Bas-Rhin(FFB67).

La brigade de recherche financière avait tout épluché, ordinateurs, classeurs, etc. dans le cadre d’une enquête préliminaire. À ce jour, Vanessa Wagner n’a eu aucune notification pour une éventuelle mise en examen.

Nous n’avions pas pu avoir d’information supplémentaire auprès de la direction de la fédération.

De quoi aiguiser notre curiosité !

L’ affaire  débute en réalité en 2013, dès l’arrivée de Vanessa Wagner en tant que Secrétaire Générale, une femme qui pense et qui agit,  impensable dans ce monde d’homme !

En effet, les agitations au sein de la FFB67 sont anciennes. Nous nous sommes procuré un rapport de réunion du conseil d’administration qui a eu  lieu en septembre 2013.

La lecture de ce document laisse perplexe, l’ancien  président de la  FFB 67 annonce la couleur : « l’heure est grave ».

Il est question de mettre « un terme aux accusations et insinuations tendancieuses portées contre [le président] et sa secrétaire générale et informer les administrateurs des agissements frauduleux du trésorier éminent représentant des fleurons  de grandes entreprises locales  …».

Selon le document, il apparaît qu’un petit  groupe d’élus dont le  trésorier, couverts par un commissaire aux comptes aux agissements illicites, ait saisi le Procureur de la République pour de supposés détournements de fonds au profit de la secrétaire générale, présente depuis à peine quelques semaines,

Étonnant  lorsqu’on sait que la secrétaire générale Vanessa Wagner dès son arrivée  en poste,  dénonce des faits accablants preuve  à l’appui envers tout ce beau monde … De surcroît dès son arrivée, Vanessa Wagner a mis à jour des carences administratives, comptables financières particulièrement importantes et des manquements de nombreuses personnes . De quoi se faire détester par certains au sein de la fédération.

Pourtant rien ne devra transpirer  de ces agissements peu scrupuleux, elle doit se taire !

Pour ne rien simplifier, le départ de l’ancien secrétaire général s’était fait dans des «  conditions particulièrement conflictuelles et onéreuses ».

Le procureur a chargé la brigade financière d’ouvrir une enquête. De nombreuses auditions ont eu lieu.

On en vient au cœur du problème, dans le monde du bâtiment, c’est une femme, Vanessa Wagner , qui a été choisie au poste de secrétaire général, ce qui n’a jamais été accepté par une majorité des membres de la FFB67.

« Les bruits et insultes les plus fous ont d’ailleurs circulé sur son salaire, ou ses compétences :  « elle doit bien sucer  pour ce prix-là ».

Dans la mesure où elle  refuse de se soumettre,  on continue d’inventer des faits visant à la discréditer, l’émission  de chèques  faits par la fédération nationale et qui auraient été détournés…ce qui est démenti par le bureau national et les écrits comptables.

Sa vie privée est étalée et moquée publiquement. Une  véritable déferlante qui s’abat sur cette maman vivant seule avec sa fille.

Bref, un harcèlement moral et sexiste, des menaces de mort, des insultes, le tout empreint de jalousie et de frustrations .

Certes, Vanessa Wagner a du caractère, il en faut à ce poste. De toute évidence elle dérange, il faut la faire partir vite , vu qu’elle refuse d’entrer dans un système bien établi …

La secrétaire générale s’accroche à son poste depuis six ans sans relâche, elle choisit de rester afin de prouver par son travail qu’une femme peut réussir et n’aura pour objectif que son intégrité et son honneur soit rétablis,  mais  en vain!

Alors que la FFB 67 était en cessation de paiement en 2012, elle génère aujourd’hui un bel excédent et le nombre d’adhérents a explosé,  des résultats salués au plus haut niveau.

Comme si cela ne suffisait pas on réitère,  en 2019, une enquête dont l’origine semble être déclenchée à nouveau par le refus de celle-ci de couvrir des comportements douteux , notamment le projet d’ouverture d’un espace de jeux pornographiques sur internet par deux salariés de la FFB 67 , pendant  les heures de travail …

Mais ce n’est pas tout , récemment on découvre aussi que la boîte mail de la Vanessa Wagner était piratée  dès le moment même où elle entrait était candidate aux élections législatives à la demande de son président Jean-Luc Wiedemann.

Une enquête à charge qui devient bien opportune ?

Début 2019, la brigade financière mène de nouvelles investigations sur la comptabilité de la FFB 67 ,

À la demande de la FFB nationale, un cabinet parisien effectue un nouvel audit comptable, financier et juridique. L’audit confirme la bonne gestion de la FFB67. Il n’y a aucune trace de détournement ou de malversation.

Par ailleurs, sur le terrain, les entreprises semblent ravies des services et du travail effectué .

Néanmoins la brigade financière recherche d’éventuelles utilisations de matériel et de personnel de la FFB67 pour sa campagne politique de Vanessa Wagner lors des dernières élections législatives. À ce jour, et contrairement à ce qu’affirment certains de nos confrères, aucune mise en examen ne lui a été signifiée.

Selon nos informations, c’est le président Jean-Luc Wiedemann (lui-même chef d’entreprise) serait à l’origine de la plainte.

Il semble oublier qu’il a souvent été vu lors des réunions publiques de la candidate Vanessa Wagner et qu’il a participé entre autres à des actions de tractages.

L’enquête devra déterminer, deux ans après, si le coup de main du président et de certains collègues s’est fait pendant les heures de bureau.

Certaines personnes semblent avoir changé leurs dépositions au cours de l’enquête…

Monsieur Schaffner, le président de la FFB Grand Est jusqu’à peu,  n’est pas en reste, en effet l’ancien président du de la FFB Grand Est garde une main sur  la FFB 67 la plus structure désormais la plus « riche » de la région.

Nous l’avons rencontré , sûr de lui, il ne nie pas une campagne de  dénigrement  rondement menée depuis  des années à l’encontre de  Vanessa Wagner , il n’a pas caché sa hargne envers elle lors de notre entretien, qui selon lui serait à l’origine de tous les maux à la FFB67…

Tout cela sans jamais apporter aucune preuve à ses dires.

Le lynchage public de la secrétaire générale atteint  son paroxysme avec le retournement de veste de Jean Luc Wiedemann président actuel de la FFB 67 .

Lui qui l’a toujours soutenu et qui affichait sa proximité parfois déplcée avec sa secrétaire générale se fait tout petit face à la FFB Grand Est et nationale.

Il a toujours soutenu sa secrétaire générale, jusqu’à récemment où sans explication, il décide une mise a pied quelques jours avant Noël, a priori au motif trouble.

Comme par hasard, c’est à ce moment qu’un ancien salarié François Hoehn licencié  pour faute grave publie un post à l’attention des membres du Conseil d’Administration de la FFB67: « les motifs invoqués pour mon licenciement () sont infondés, mensongers et diffamatoires. Ils ne servent qu’à cacher une réalité tout autre, celle d’une vengeance personnelle de Mme Wagner et une tentative de subornation de témoin afin de m’écarter et me discréditer.

Vous n’êtes pas sans savoir que Mme Wagner est sous le coup d’une procédure pénale. Elle est accusée d’avoir utilisé le personnel et les moyens de la FFB 67 à des fins personnelles. C’est la seule raison de mon éviction.

C’est pourquoi après en avoir longuement discuté avec le Président( qui est à l’origine de son licenciement …), j’ai décidé de vous éclairer sur un certain nombre de faits. …/…Toutes mes tentatives de dialogue avec Mme Wagner n’ont fait qu’exacerber et amplifier les actions mesquines et avilissantes …/… Enfin, je joins à tout cela 2 captures de conversation qui m’ont été transmises par Mme Wagner et qui illustrent bien l’état d’esprit qui règne en général et vis-à-vis des élus. »

François Hoehn a été licencié pour fautes graves par la FFB67, comme il le fait entendre dans son post, il est piloté par Jean-Luc Wiedemann qui a besoin d’aide pour virer  sa secrétaire générale.

Les motifs du licenciement de François Hoehn sont notamment, piratage de la boite mail de Vanessa Wagner et le fait d’avoir utilisé le logo de la FFB a des fins personnes en vue de créer avec Benoit Ostermann un espace de jeu à caractère pornographique…

Le 11 octobre 2019, 15 jours avant sa mise à pied, François Hoehn écrivait a Vanessa Wagner : « une attitude bien veillante et compréhensible dont tu as toujours su faire preuve… » il y ainsi des dizaines d’échanges du même acabit

Benoit Ostermann, avocat défroqué, employé à la FFB67 se confie également et régulièrement  à Vanessa Wagner : «  bravo pour ton management extraordinaire », « tu transformes tes valeurs en action et comportement quotidiens… » , « J’ai de la chance de travailler avec toi ». Nous avons des copies de ces échanges !

À la FFB ce syndicat patronal dont les valeurs  sont régulièrement rappelées par ses représentants, il  semble  que les compétences et le travail ne soient pas synonymes de reconnaissance quand il est effectué par une femme, ici les vieux clichés sont en béton armé…

Par contre le cumul de  mandats et la gloriole  personnelle sont toujours de mise , être un président des FFB locales semble surtout être un poste symbolique fait de représentation.

Jean-Luc Wiedemann semble être là plus pour les petits fours que pour la FFB et ses employés. D’ailleurs, il multiplie ce genre de fonction, de mandats , il est également président de commissions DTU, Président de l’UMGCCP et membre rémunéré du CÉSER…

De toute évidence cette Fédération n’est pas rentrée dans le 21e siècle !

Dernière Minute : ce matin, jeudi 9 janvier 2020, Vanessa Wagner a été convoquée pour mise à pied.

Courageux, Jean-Luc Wiedmann s’est fait représenter par son vice-président.

A suivre…

Jeanne Fischer