Le 31 août prochain au soir, après 30 ans d’existence, l’association ‘’La Farandole’’ qui accueille près de 400 enfants arrêtera toute activité.

Pour de sombres raisons, le maire et son équipe ont, par vote, décidé de confier l’ensemble du périscolaire à une entreprise privée par le biais d’une délégation de service public (DSP).

Denis Meyer, 66 ans, professeur à la retraite, proche du parti socialiste, et principalement reconnu ses méthodes autoritaires, veut la peau de l’association.

Toujours est-il qu’il s’agit d’une DSP passée au forcing. En effet, lors des deux appels d’offres proposés  par la commune aucun repreneur ne s’est manifesté. ”La Farandole’’ comme d’autres éventuels repreneurs n’ont pas déposé de dossier au vu du manque évident d’élément dans un appel d’offres bâclé et des délais de réaction trop courts.

Le maire et ses adjoints ont été obligés de contacter directement la future société qui travaillera en DSP. Dans ces conditions, tout porte à croire que la ville a dû faire d’importante concession !

De toute évidence, les élus profitent de l’été et de l’absence de nombreux parents pour liquider le dossier de la garde d’enfants de la ville ! (‘’La Farandole’’ est fermée du 28 juillet au 21 août)

La prise en charge des temps d’activité périscolaire (TAP), rendus obligatoires par la réforme des rythmes scolaires serait à l’origine des tensions entre l’association et la ville !

Selon les élus de la majorité de gauche à Soultz, la convention signée par l’ancienne municipalité  avec ‘’la Farandole’’ serait illégale.

Une nouvelle convention a bien été proposée, mais elle a été logiquement refusée par l’association après que l’adjoint Alain DIOT ait rajouté une phrase précisant que La farandole n’assurerait plus l’accueil quand les TAP ont lieu. La prise en charge est déjà assurée par le service jeunesse de la ville. Il ne faudrait pas lui faire de l’ombre.

 

Pourtant, ces dernières années, onze salariés de ‘’La Farandole’’ sont intervenus pour le compte de la mairie dans le cadre des TAP, mais… sans contrat avec la ville. Les TAP auraient dû se faire à travers le service jeunesse et pas à travers une association tierce.

L’association qui a demandé 24 000 euros à la ville pour ce service n’a finalement reçu que 10 400 euros.

Autre argument :  la mairie épongerait la dette de l’association. Elle subventionnait La Farandole à hauteur de 370 000 euros par an. Pourra-t-elle verser moins au repreneur qui, si c’est une société,  ne pourra plus faire appel aux bénévoles ?

Les  salariés de l’association ont tous refusé que l’association réponde à la DSP en raison des conditions imposées dans celle-ci par la ville.

Il reste à savoir si la structure qui remplacera la farandole coutera moins cher à la ville, si les commerçants de la ville seront toujours mis à contribution et si la qualité de l’accueil sera réduite pour de pures considérations financières.

La mairie veut prendre la main sur cette association trentenaire, précurseur dans le Haut-Rhin dans l’accueil périscolaire. 400 enfants sont déjà inscrits  ‘’La Farandole’’ pour la rentrée.

La ville souhaiterait récupérer ces dossiers d’inscription, ce que refusent les dirigeants de l’association, car ce n’est pas conforme aux directives de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés).

Pour les parents qui, réunis en collectif, revendiquant 90 soutiens sur leur page Facebook, la DSP coûtera plus cher au final pour les soultziens. Ils manifesteront ce lundi 24 juillet 17h, le rendez-vous est donné devant ‘’La Farandole’’. (20 C Rue de la Marne) Le bâtiment est propriété de la mairie….

Laisser un commentaire