La relecture de la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » peut remettre toutes choses à leur place. Elle explique à l’avance un éventuel classement de « l’affaire Pénélope ». L’article V précise : « Tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché ». Une loi imparfaite permet donc que des hommes malicieux ou rusés y insèrent des droits qui ne sont pas expressément exclus. Exemple : employer sa femme ou sa fille en tant qu’assistant parlementaire. On peut donc supposer que les niches fiscales sont du même ordre : une loi imparfaite dont profitent les malins concernés par ces dispositions. Si donc, l’emploi fictif n’est pas prouvé, la loi n’aura rien à reprocher au clan Fillon dont le chef pourra se […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Rejoignez-nous

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous