Monsieur le maire,

Si Colmar a raté la première marche du podium dans le classement du ” meilleur marché de Noël d’Europe ” elle pourra briguer la première place, avec de fortes chances de l’emporter, de ville la plus chère de France en matière de stationnement résidentiel.

N’importe quel internaute peut comparer ce tarif de 600€/an que vous proposez aux riverains du centre-ville avec celui pratiqué par les autres villes françaises, 200 €/an étant la moyenne haute pour des villes de taille équivalente.

À ce jour, malgré des courriers répétés, vous n’avez apporté aucun élément de réponse pour justifier un tel écart de tarif, vous contentant de rappeler en boucle que l’on pouvait payer les 600€ en quatre fois, que l’on n’était pas obligé de prendre cet abonnement (encore heureux !) et qu’un stationnement gratuit de 2 heures en centre-ville, non fractionnable, était offert aux riverains du centre-ville.

Par ailleurs, vous communiquez volontiers sur la gestion financière irréprochable de votre (notre) ville. Ce qui était vrai autrefois ne l’est peut-être plus aujourd’hui.

Vous avez le droit d’appliquer les tarifs que vous voulez, après tout vous ne jouez que votre hypothétique réélection. Par contre, il n’est nul besoin d’être docteur en droit public pour savoir que sont illégales les pratiques discriminatoires que vous avez mises en place, portant atteinte au principe d’égalité devant le service public et, par là même, à la cohésion sociale.

Le parking Saint-Josse qui curieusement n’apparaît pas dans la liste des parkings disponibles publiée dans votre gazette, Le point colmarien n° 256, page 13, est révélateur de la politique que vous menez : trois tarifs différents sont appliqués aux Colmariens, selon la rue où ils habitent !

Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que le site internet de la Ville de Colmar, contrairement aux autres villes, ne donne aucune information sur le stationnement résidentiel (hormis les 2 heures gratuites).

Toute votre politique de stationnement donne l’impression d’un bricolage à la hâte plutôt que d’une vision à long terme, une chatte n’y retrouverait pas ses petits. D’autres municipalités parviennent à parfaitement gérer ce problème, dans le respect des utilisateurs, des résidents et de la loi, pourquoi pas vous ?

Rien non plus concernant les travailleurs en centre-ville et pour cause, aucun aménagement tarifaire ne leur est proposé (sauf aux agents municipaux ?), alors qu’ils participent à l’économie locale et au bon fonctionnement de la ville. Certains, payés au SMIC, sont obligés de tourner jusqu’à trouver une place non payante, de plus en plus rare.

Il n’y a pas de démocratie sans contre-pouvoir. Les Colmariens, anesthésiés par quatre mandats de meyerisme, vont finir par se réveiller, il faut le leur souhaiter.

Merci pour votre réponse.

Edouard Dabrowski

Pétition : Stationnement résidentiel à Colmar : halte au racket

Laisser un commentaire