Après le tract déposé dans les boîtes au lettre du 1er adjoint mis en cause, Pascal Jenn, celui-ci a eu droit à un entrefilet dans L’Alsace du mardi 20 février.

Dans L’Alsace toujours, le mercredi 21/02, on a pu ensuite lire une déclaration de Raphaël Schellenberger (député LR) en soutien à Mme Delphine Thuet, soutenue déjà par un ancien maire de Bourbach, Pierre Marie Kolb, qui s’exprimait sur le sujet dans une courte interview parue elle aussi dans L’Alsace mais le dimanche 18/02 cette fois.

Une histoire de vents contraires

C’est à la suite d’une polémique sur les éoliennes à Bourbach-le-Bas que la population du village ainsi que le conseil municipal se sont profondément fracturés en 2 camps opposés. Le projet d’éoliennes concernait les villages de Rammersmatt, Roderen, Senthein et Bourbach-le-Bas. Suite à l’opposition des conseils municipaux de Sentheim et Roderen, le projet a été abandonné parce qu’il n’était plus viable économiquement. A priori, la mésentente d’aujourd’hui est en grande partie un effet à retardement de cette polémique anti-éolienne. Les opposants de Mme Thuet sont dégoutés par sa manière de gérer les dossiers et lui reprochent de ne pas admettre les avis qui sont opposés à ses propres idées [à tort ou à raison, Ndlr].

Sur les 15 conseillers, 3 ont démissionné en début de mandat. Aujourd’hui, Pascal Jenn a démissionné de son poste de 1er adjoint (mais pas de conseiller municipal). Avec la démission de Mme Thuet et de Mme Erny (3ème adjointe), il reste donc 10 conseillers.

Bourbach retient son souffle

S’il est difficile de prédire l’avenir, il semble tout de même que quelques points sont acquis : la démission de la maire doit être acceptée par le préfet et le principe veut qu’elle reste maire le temps d’expédier les affaires courantes jusqu’à l’élection d’un nouveau maire ; le conseil municipal de Bourbach-le-Bas reste vivant tant qu’il y a une majorité absolue (dans ce cas, 8 conseillers titulaires) pour désigner un nouveau maire.

Le suspens demeure quant aux desseins de Delphine Thuet, qui pourrait revenir sur sa décision – suite au soutien de Pierre-Marie Kolb ou à des pressions du préfet. De la même façon, d’autres conseillers pourraient démissionner, ne souhaitant pas se taper le boulot de gérer la commune à 10 pendant les deux ans qu’il reste…

Le tract de démission de Mme Thuet met en cause nommément son 1er adjoint pour des faits extrêmement graves qui (en toute logique) devraient aller au tribunal. Est-elle stupide ou bien a-t-elle de grosses minutions en réserve ? En l’état actuel des infos, tout porte à croire qu’elle se tire une balle dans le pied : si elle était au courant de malversations du 1er adjoint pourquoi démissionne-t-elle au lieu de saisir les tribunaux ? Si des malversations ont eu lieu et que Mme Thuet ne les a pas immédiatement dénoncées, elle peut aussi à avoir à se justifier devant les tribunaux…

 

Laisser un commentaire