L’objet du scandale

Tout commence par un visuel, celui d’un objet vendu dans le cadre de son “El Dorado World Tour” lancé depuis Hambourg, un collier un peu particulier.

Le bijou n’a pas laissé certains historiens de marbre. L’enfer étant pavé de bonnes intentions, les merchandisers n’ont sans doute pas vu plus loin que le bénéfice à réaliser et, pour 10 euros, un collier est ainsi proposé.

Le Soleil noir, nom donné à ce symbole, n’est pas du tout lié à l’El Dorado

Cette « figure circulaire constituée d’une roue solaire prolongée de douze rayons » serait historiquement un symbole païen retrouvé, entre autre, sous la forme de fibule de bronze de l’époque mérovingienne. Composé de trois svastika (croix composée de quatre potences prenant la forme d’un gamma de l’alphabet grec en capitale, symbole religieux que l’on retrouve de l’Europe à l’Océanie) étroitement enlacées ou encore de « douze fois le caractère Sōwilō de l’alphabet runique désignant Sól, la personnification du Soleil dans la mythologie nordique », ce symbole peut être rencontré dans les deux sens de rotation.

Représentation évidente de la course du soleil ou des saisons, le Soleil noir deviendra un symbole du mysticisme nazi (créé par Karl Maria Wiligut). Si l’on a recensé que deux représentations du Soleil noir par l’Allemagne nazie, « une est de taille : il s’agit d’un symbole dessiné par la SS dans le château de Wewelsburg dans le sol en marbre de l’ancienne Obergruppenführersaal (littéralement : salle des Obergruppenführer – salle des généraux) de la tour Nord. C’est un ornement vert foncé, mosaïque circulaire, dont le milieu se trouvait sur un disque d’or. (…) Dans les années 1990, l’identification du Soleil noir avec le symbole dans le Wewelsburg a été popularisée par une jeune génération des auteurs autour de la Tempelhofgesellschaft, une société allemande-autrichienne. »

Derrière le Schwarze Sohne, on plonge dans les racines occultes du nazisme. Pas sûr que la chanteuse ne se réjouisse du bad buzz qui pointe à l’horizon, un de ces “petits moments” qui risque de ne pas faire son bonheur…

(illustration en une @lareclame.fr)

Laisser un commentaire