Un coup de pouce du tribunal pour Heb’di

Un coup de pouce du tribunal pour Heb’di ?

La 1re chambre commerciale du TGI de Strasbourg examinait, le 23 juillet, le dossier de la société Heb’di actuellement en redressement judiciaire.
L’avenir de la presse « libre » et non subventionnée est généralement complexe en France.
Il semblerait que nos efforts aient porté leurs fruits puisque les magistrats, a priori sensibles à la pérennité d’un média alsacien totalement indépendant, nous ont accordé un délai supplémentaire d’un mois pour finaliser notre plan de survie.

Notre équipe s’engage

Nous, auteurs, dessinateurs, infographistes, investis et convaincus par l’absolue nécessité de cette petite voix alsacienne, dissonante et libre, fourniront désormais notre travail gracieusement en attendant des jours meilleurs.
Une majorité d’entreprises, avec lesquelles nous travaillons, se sont engagées à faire de gros efforts sur les montants a nous facturer.
Un grand nombre d’annonceurs ont d’ores et déjà choisi Heb’di pour leurs annonces publicitaires et ce jusqu’a la fin de l’année. Et vous ?

Nous avons besoin de vous

 

Nous avons également  prévu de lancer une ultime campagne de dons « 100% remboursée si le plan  échoue »  qui témoignera de la force de conviction des Alsaciens pour sauver leur journal.Outre les dons, nous organiserons une vente de T-shirts et mettons en place des abonnements de soutien qui seront intégralement remboursés si l’activité de Heb’di devait s’arrêter le 20 aout. Ce que nous n’osons même pas imaginer.

Aidez-nous à rester libres et vivants !

Pour un don simple CB ou chèque (somme intégralement remboursée si le tribunal ne devait pas autoriser la poursuite d’activité au-delà 20 aout)




—————————-

– Pour un T-shirt « Heb’di »  au « tarif de soutien » de 35 euros – CB ou chèque, (si le Tribunal ne devait pas autoriser la poursuite d’activité au-delà du 20 août vous serez intégralement remboursé à moins que vous souhaitiez conserver le Tshirt collector, un catalogue vous sera envoyé pour le choix des tailles, motifs et couleurs)


Un catalogue vous sera envoyé


—————————-

Pour un abonnement de soutien  + un T-Shirt Heb’di à partir de  50 euros par CB ou chèque (somme  intégralement remboursée si le tribunal ne devait pas autoriser la poursuite d’activité au-delà du  20 aout – un catalogue vous sera envoyé pour le choix des tailles, motifs et couleurs)


Formules



Pour  un don déductible  à 66 % des vos impôts ( à 60 % pour les entreprises) :

Cliquez ici

L’équipe et Heb’di vous remercie de tout cœur et ….

Que Vive la Liberté de la Presse !!!

( Chèque à l’ordre d’Heb’di, 10 rue de Luxembourg 67 610 – La Wantzenau, sauf pour les dons défiscalisé : Spiil/Heb’di, 10 rue de Luxembourg 67 610 – La Wantzenau)

Ce que le Grand Est fait de vos impôts !

Une belle précampagne de notoriété

Dans cette belle précampagne de notoriété municipale payée par nos impôts. ( Une page dans tous les journaux du Grand Est, principalement ceux du Crédit Mutuel) est tarifée à plusieurs dizaines de milliers d’euros). D’autres ambitieux y sont…

Par contre, Pernelle Richardot ( à laquelle nous ne faisons aucun cadeau) et d’autres élues, fût-ce du RN, pourraient s’interroger…
Certes, cette page d’autopromotion coute moins cher que l’ambassade parisienne (https://www.hebdi.com/grand-vos-impots-palais-prince-rottner/) , mais à la longue…

Cette page de pub ne dit pas que les Alsaciens ont payé deux fois du TGV EST, une fois par les impôts nationaux, une seconde fois par les impôts locaux !
Ne nous en voulez pas, monsieur Rottner, mais les Alsaciens en ont marre des élus cumulant rémunérations, honneurs et petits fours lorsque les Alsaciens serrent la ceinture, lorsque l’on fait disparaître leur région pour satisfaire l’ego des uns ou des autres.

Faire taire Heb’di !

Ces alertes que lance Heb’di, les puissants n’en veulent plus !
Voilà pourquoi discrètement, la pression est mise sur les journaux qui ne sont pas la voix de leur maitre !
Seuls vous, nos lecteurs, pouvez nous aider. Car chez nous, les collectivités n’achètent pas de pages de pub à plusieurs milliers d’Euros…
Et ces Euros sont ceux de vos impôts  !

Nous avons besoin de vous

Pour durer, nous avons besoin de vous :
Chefs d’entreprises, restaurateurs : prenez une publicité à l’année dans notre mensuel ou sur notre site, prenez-en une tous les trimestres. Vous gagnez en visibilité et nous en régularité !
Gagnants du Loto, mécènes, faites-nous un don !
Financez la presse libre !
Particuliers, faites un don, vous pourrez le déduire de vos impôts !
Lecteurs : abonnez-vous…

Pendant ce temps, la Région Grand Est sort la grande propagande et l’Alsace disparait !
Il faut sauver le soldat Hebdi !
Pour aider Heb’di cet ici !

Strasbourg et Métropole : le week-end de nos élus !

Militant, Saint-Bernard et Tireurs

Militant

Le député LREM, Bruno Studer est sur le terrain, enfin sur les marchés. « Hier et aujourdhui à la Robertsau et aux halles de Schiltigheim pour échanger autour de la lettre du député #2
Nous serons présents tout le mois de juin pour faire un compte rendu de la première année de mandat » écrit-il sur sa page facebook (https://www.facebook.com/bruno.studer.50/posts/2088691891345645)

Saint-Bernard

On a lu l’article sur la disparition d’un enfant entre Souffelweyersheim dans les Dernières Nouvelles d’Alsace.

A 22h40, l’enfant a été retrouvé sain et sauf à Hoenheim par un habitant, parti comme d’autres à sa recherche”

La lecture des réseaux nous permet d’apprendre que cet habitant est Stéphane Bourhis, conseiller municipal LR de Hoenheim. Sympa !

Tireurs

On sait grâce à l’adjoint de la ville de Bischheim, Jean-Claude Kieffer que le lancement du Messti de Bischheim a donné lieu à un exercice de tir entre le maire Jean-Louis Hœrlé et le député Bruno Studer. D’autres élus nous parlent du passage sportif de Vincent Debes, en short ( il inaugurait une boucle sportive dans sa commune).

En campagne ?

En campagne

« Encore une belle journée rythmée par des engagements variés : – Pose de la 1ère pierre du Pharied, operation d’auto promotion très sympa, dans l’eco quartier du Danube, qui rassemble accédants, logements sociaux pour des jeunes et local professionnel (Alain Jund, Jacques Crepin, Jean Werlen, Nathalie Texier) – Passage à l’heure du déjeuner à l’incontournable brocante de la Krutenau – après midi plus culturelle et festive en compagnie de Mathieu Cahn avec les artistes de la Block Party » écrit Philippe Bies, l’adjoint au Maire PS. En campagne ?

En campagne 2

« Un week end vraiment fou fou fou #Strasbourg

Arts, culture, animations et bonnes affaires dans tous les quartiers de la ville.

Du cinéma en plein air sur le parvis du MAMCS, avec du bowling, à la Citadelle aussi et enfin au J2R avec Lalaland.

De la musique classique au PMC avec en particulier le grand concert des 30 ans de l’orchestre philharmonique des jeunes de Strasbourg.

Du théâtre avec la soirée de fin de saison du Maillon et les visites du chantier du nouveau lieu.

Des cultures urbaines, rythmées d’échanges avec Abribus, sur le parvis Malraux avec la Block party… et une immersion instantanée dans le Cosplay japonais au Zénith.

Des fêtes multiples aux univers croisés avec la Plaine Débouchée, Eye ou encore la fin de la Fashion week » a-t-on extrait de la page d’Alain Fontanel #cabougegrave !

On allait oublier Fabienne

Au ralenti

Fabienne Keller était, elle au Slow-up :

« Grand succès pour la 6ème édition du SlowUp Alsace ! Entre Scherwiller, Châtenois et Bergheim, la découverte des paysages… et la dégustion de bons vins… a fait des heureux, dans une ambiance bon enfant. »

« Joie de fêter l’Alsace avec Brigitte Klinkert, Frédéric Bierry et de nombreux élus… les collègues conseillères départementales, en particulier Laurence Laurence Muller-Bronn, Cécile Delattre et Catherine Greigert, pour une grande fête du Vélo !3.»

Bref, un week-end normal ! Pendant ce temps, de nombreux citoyens, eux, bouclaient leurs feuilles d’impôts !

Lundi : En prose et en vers

Allez les vers !

Les vers de terre sont des animaux essentiels dans l’écosystème souterrain. Ils rendent bon nombre de services aux jardiniers : ils digèrent la matière organique, aèrent le sol et favorisent sa fertilité. Mais voici que des vers plats originaires d’Asie viennent les menacer dans nos jardins, et ce depuis une vingtaine d’années déjà ! Ils peuvent atteindre 1 mètre de long !

Les prédateurs en question sont des Plathelminthes terrestres, des bipaliinés, une famille qui regroupe les genres Bipalium et Diversibipalium. Ces vers géants peuvent mesurer jusqu’à un mètre de long et présentent une tête caractéristique en forme de marteau. Les Bipalium sont capables de manger des individus plus gros qu’eux grâce à un arsenal chimique redoutable ; ils sécrètent notamment une toxine, la tétrodotoxine.

En France métropolitaine, deux espèces étaient présentes, avec des vers mesurant jusqu’à 40 cm de long : Bipalium kewense, également présent en outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane) et Diversibipalium multilineatum. Ces vers se trouvaient essentiellement dans le Sud de la France, avec un département qui concentrait plus de la moitié des signalements : les Pyrénées-Atlantiques.

C’est vrai que la nature a horreur du vide : à mesure que les verts réduisent et disparaissent, des vers géants les remplacent. Bon, moi je vais prendre un grand verre.

In memoriam

Nous avons appris la semaine dernière, avec une profonde tristesse, le décès de Jean-François PAROT, grand écrivain s’il en est, sauf qu’il était quasiment inconnu pour la plupart des gens, ou disons qu’il n’était connu que des amoureux de la langue française (il en reste) qui se délectaient de chacune des aventures de Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet au temps des rois Louis XV et Louis XVI. Je précise pour ceux qui puisent leur culture dans les Anges de la téléréalité qu’il ne s’agit pas de Louis Xu et de Louis Xui, mais bien des quinzième et seizième rois de France prénommés Louis.

Par sa maîtrise parfaite de la langue de Molière enrichie par des mots et des expressions empruntés au 17ème siècle, Jean-François PAROT savait captiver le lecteur en l’entraînant dans les méandres mystérieux et magiques de la vie parisienne et des tourments de l’Homme.

En Russie et au Japon, Nicolas Le Floch est adulé. En France un peu moins et c’est dommage.

Il nous manquera beaucoup.

Chine… toqué !

Plusieurs entreprises chinoises utiliseraient des capteurs pour surveiller la vie émotionnelle de leurs salariés en temps réel. Un moyen, selon les employeurs, d’augmenter leur productivité.”

Stress, colère, fatigue, excitation… toutes ces émotions ressenties par les salariés chinois sont désormais des informations accessibles à leurs employeurs ! Avec l’aide d’un casque à capteurs cérébraux, directement relié à l’intelligence artificielle d’un ordinateur, ces dernières parviennent à surveiller l’activité émotionnelle de leurs salariés. Une technologie déjà répandue dans certains domaines, comme le tir à l’arbalète, mais jusqu’alors inexploité à une si grande échelle et à des fins managériales…”

Loin d’améliorer le bien-être des salariés, ce dispositif doit surtout permettre de booster la productivité. «Un employé trop émotif dans un poste clé peut affecter toute une chaîne de production», a ainsi expliqué au journal South China Morning Post un professeur impliqué dans ce programme de développement. Plus concrètement, directement prévenu des aléas émotionnels de son salarié, le manager peut prendre les décisions qui s’imposent en amont: repos, changement de poste, gestion de conflits ou autre. Bref, adapter le travail des salariés en fonction de leurs humeurs. Et le pire, c’est que ça marche : le fournisseur d’électricité chinois, State Zhejiang Electric Power, affirme avoir fait décoller son bénéfice de 266 millions d’euros depuis l’utilisation de cette technologie, dès 2014.”

Quand on sait que les caméras de surveillance à reconnaissance faciale sont largement répandues, que des caméras surveillent en permanence les lycéens pendant les cours, que l’Etat a mis en place un système d’évaluation permanente du degré de citoyenneté de ses habitants, on a de quoi avoir la chair de poule.

On a beau se dire que, comme ça se passe en Chine, c’est bien trop loin de nous pour nous atteindre. Mais, en réalité, il faut craindre qu’il ne s’agit là que d’un avant-goût de ce que sera le monde de demain, le fameux “Nouveau Monde”. En Chine, c’est d’autant plus balèze que les trois quarts des chinois vivent encore comme au Moyen-âge. Certains jours, je me demande si je ne devrais pas les envier ceux-là…

Visage pâle

Mardi 22 mai, Emmanuel MAcron devrait présenter un plan « banlieues » dans le sillage du rapport rédigé par Jean-Louis Borloo, mais annonce publiquement ne rien en faire : « Ça n’aurait aucun sens que deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers s’échangent l’un un rapport, l’autre disant : On m’a remis un plan… Ce n’est pas vrai. Ça ne marche plus comme ça. » Mâle blanc : voilà le président qui semble glisser sur la pente savonneuse du communautarisme sans corde de rappel. Car l’expression qu’il utilise emprunte au vocabulaire choisi par les chantres du séparatisme ethnique et autres organisateurs d’assemblées non mixtes ou interdites aux Blancs. Elle suggère aussi que seuls les habitants des cités seraient habilités à parler des banlieues et capables d’en résoudre les difficultés. Gênant !”

Si le mâle blanc servait à quelque chose ça se saurait. N’est-ce pas Emmanuel ?

Un couteau dans la cabine d’un vol en direction de Strasbourg !

Y a-t-il un couteau dans l’avion ?

Deux Strasbourgeoises se sont retrouvées à bord d’un avion « Air France » avec un gros couteau…

En début d’année le gouvernement annonçait que : « La posture VIGIPIRATE « Printemps 2018 » serait active, sauf événement particulier, du 1er mars au 13 juin 2018. L’ensemble du territoire national étant maintenu au niveau « sécurité renforcée – risque attentat ».

Deux jeunes femmes, Laetitia et Pauline passent, quant à elles, quelques jours à Nice.

Le dimanche 6 mai, le vol retour pour Strasbourg n’est qu’à 18h30. le temps pour les deux amies de ramasser quelques feuilles d’Aloe Vera ! (où .. ? pourquoi ?…)

Au moment du contrôle des bagages à main, alors qu’elles transportent un bocal en verre contenant des bonbons, elles craignent qu’il ne soit confisqué. Il n’en sera rien.

Une escale est prévue à Lyon St Éxupery. L’Airbus A320 décolle avec un peu de retard.

C’est à 10 000 mètres d’altitude, lorsque Pauline ouvre son sac à main, qu’elle aperçoit le couteau ( la lame fait 11cm ) resté dans son sac à main après la cueillette d’Aloe Vera.

Un couteau dont la lame mesure tout de même 11 cm !

Stupeur, que faire, en parler au personnel de cabine ?

Elles redoutent leur réaction

Pauline décide de refermer son sac… après avoir pris la précaution de faire quelques photos !

Lors de l’escale à Lyon, dans la salle d’embarquement, les deux amies font même un « petit reportage vidéo » avec leur smartphone.. Elles y  racontent l’aventure d’un couteau qui s’est retrouvé par hasard dans un avion !

A l’heure où Plan VIGIPIRATE oblige, les règles de contrôle aux aéroports sont supposées être renforcées et strictes,

ce témoignage assez édifiant nous a laissé pantois.

À l’aéroport de Nice, un employé nous a rétorqué l’éternel manque de moyen en machine et en personnel.

Le site du gouvernement consacré aux ‘’Liquides et objets interdits ou réglementés en avion’’

précise  que sont interdits en cabines les « Objets coupants et tranchants (par exemple : couteau ou paire de ciseaux avec lames de plus de 6 cm, hache, machette, etc.) »

Il y a quelques jours, Khamzat Azimov a été l’auteur d’une agression au couteau qui a fait une victime.

Imaginez un Azimov caché dans un avion avec un couteau dont la lame fait 11 cm…

 

 

Les dessins de la semaine

Lundi : Pas de panique, ce n’est qu’une urgence

Mardi : L’équation impossible

Mercredi : Prise de risque et responsabilité limitée !

Jeudi : Une réclamation ?

Vendredi : Ça carbure au sans plomb… dans la cervelle !

Les dessins de la semaine

Lundi : Congé pascal…

Mardi : Au moins un train qui partira à l’heure !

Mercredi : On tourne en rond

Jeudi : La rue déraille !

Vendredi : Jupiter peut remercier le Soleil

Le weekend HEB’DI

L’hôpital qui demande la charité

« Ras-le-bol », « découragement », « perte de sens » : les mots du malaise de l’AP-HP (Hôpitaux de Paris) sont relayés dans tous les médias.

Parmi les 12.400 médecins et les 53 800 personnels des 39 établissements du « navire amiral » de la santé publique en France, de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer un hôpital au bord du « désastre ». L’hôpital public, pour elles, c’est terminé.

Ils et elles sont des dizaines à baisser pavillon devant le désastre annoncé.

“Pour payer mes études, j’avais bossé à McDo. Toute la journée, on entendait : “On y va ! On y va !” J’ai retrouvé ça au bloc ces dernières années. On n’a plus le temps de discuter avec les patients angoissés avant une opération… », dit une infirmière.

Les personnels médicaux sont à bout, les soins de moins en moins remboursés, les patients meurent d’infections contractées à l’hôpital même, voire d’une attente prolongée aux urgences quand ce n’est pas d’une erreur de diagnostic.

Malgré l’ampleur du malaise dans le secteur de la santé (il n’y a pas que les hôpitaux) – au point que les français qui ne renoncent pas aux soins faute de moyens ont la trouille de se retrouver à l’hôpital – malgré un manque flagrant de moyens humains, technique et financiers, les pouvoirs publics font l’autruche. Pire : non seulement ils encouragent le “fonctionnaires-bashing”, mais ils aggravent délibérément la situation, puisque la ministre de la santé exige, pour 2018, un effort supplémentaire sous la forme d’une économie de 2 milliards !

On chercherait la révolution qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Hold up

Les garanties locatives qu’un locataire verse habituellement à son propriétaire au moment de la signature du bail pourraient bientôt être gérées par la Caisse des Dépôts ! C’est ce qu’on appelle une bombe.

Un rapport publié sous le précédent gouvernement propose de transférer à la Caisse des Dépôts (CDC) les milliards d’euros de garanties locatives versés par chaque locataire à son propriétaire à la signature du bail.

Le montant atteindrait les 5,7 milliards si on y ajoutait les garanties du parc social. Une manne considérable qui passerait donc du portefeuille des bailleurs et de leurs gestionnaires à celui de l’État. L’objectif de ce transfert serait de minimiser les litiges entre les propriétaires et les locataires. Il permettrait surtout de financer la transition énergétique et la politique du logement.

Cette réforme n’est pas officiellement à l’ordre du jour du gouvernement mais il s’agit bien d’une piste de réflexion.

Pas sûr que ça relance l’investissement locatif…

Le « savoir fer von elsass »

Il est gérant de pressing et manie l’humour aussi bien que le professeur Schmeerwurscht, sauf que sa dernière trouvaille (« Nous ne sommes pas au PANAMA mais nous blanchissons aussi ! ») n’a pas plu à l’ambassade du Panama.

Celle-ci s’est ainsi fendue d’un courrier glacial à l’encontre du propriétaire de la blanchisserie de Strasbourg :

« Cette publicité pour votre entreprise porte gravement et directement atteinte, sans aucune équivoque, aux droits, à l’image, à l’honneur et à la considération de l’état du PANAMA et à ses citoyens représentés en France par son Ambassadeur. En conséquence par la présence, nous vous mettons en demeure, sous huitaine à compter de la réception présente de supprimer l’intégralité du message publicitaire faisant référence à l’état du PANAMA sur l’ensemble de vos véhicules et plus généralement sur tous supports matériels et informatiques quels qu’ils soient de votre entreprise, et nous en justifier au moyen d’un constat d’Huissier dans le même délai»

Le sens de l’humour et du second-degré a du quant à lui s’égarer lors de l’envoi du courrier.

SNCF é-pépy-née

Le journal du dimanche prévient : la grève SNCF risque de faire tache d’huile (EDF, éboueurs, universités, etc…).

La palme de la diplomatie revient une fois encore à la ministre des transports qui a déclaré qu’elle ne comprenait pas cette grève. C’est pourtant pas faute de lui avoir expliqué ! Cette réforme annoncée vise avant tout à préparer la privatisation de la SNCF. Si on s’en tient à cette simple phrase, on pourrait se dire : pourquoi pas ? D’autres l’ont bien fait !

Eh bien justement, c’est là que le bât blesse. Les autres qui l’ont fait, notamment le Royaume-Uni et l’Allemagne, s’en mordent ce qui leur reste de doigts. Les prix ont augmenté et partout et même les trains allemands sont moins à l’heure que les trains français, c’est dire… Le fait de tout ramener, de manière quasi compulsive à l’unité comptable, à la performance, au rendement, revient à considérer l’humain comme une simple et funeste unité comptable, une variable d’ajustement de l’efficacité financière. Car il ne s’agit pas d’autre chose. Les salariés de tout poil, à commencer ceux de la grande distribution (ceux de Carrefour ont eu le courage de faire ce que les autres craignent de faire) se reconnaîtront dans les angoisses du rail.

Même si des réformes sont nécessaires, y compris dans le statut des cheminots, rien ne justifie le mépris de l’humain qui conduit (et permet) de privilégier l’actionnaire contre vents et marées, en le faisant bénéficier des gains sans jamais lui faire assumer les pertes (oui, bon, quand même à hauteur de sa mise), tout en ne faisant pas bénéficier le travailleur des gains mais en lui faisant payer les pertes par des baisses de salaires, des suppressions de primes, des diminution d’avantages (quand il y en a), des délocalisations, des licenciements.

Il n’est nul besoin d’être crypto-communiste pour dénoncer ce capitalisme-là.

Cachoteries !

Le journal Le Monde dévoile les dessous du prochain rachat de l’hebdomadaire Marianne par Heb’di.

Le patron du principal journal alsacien, Thierry Hans, a tenu à garder le secret le plus longtemps possible sur cette opération car, dit-il, “nous étions plusieurs sur le coup, notamment le groupe de presse anglais Faithfull”. En même temps, Thierry Hans a eu le soutien d’une personne dont il est très proche, elle-même très proche du Chef de l’Etat. Ça aide…

Vous trouverez tous les détails du rachat sur le site de Heb’di.

Placé déplacé

Cela fera la blague du week-end parce qu’on préfère en rire qu’en pleurer : Jean-Vincent Placé a été placé en garde à vue dans la nuit de mercredi à jeudi. Il est soupçonné, (et c’est franchement moins drôle), d’avoir importuné des femmes  et insulté des policiers avec des propos à caractère raciste.

Remarquez les subtiles pirouettes des journalistes pour éviter le doublon placé placé, cela donne des mini-mares assez grotesques : de l’économique « Jean-Michel Placé en garde à vue » d’Europe 1 au sensationnel « Arrestation de Jean-Vincent Placé : tu veux que je te mette un coup de boule » de Libé, nous, on assume et on titre : Jean-Vincent Placé placé en garde à vue pour comportement déplacé.

Laisser faire

Article intéressant dans Causette (le magazine des meufs qui tapent sur les keums, mais pas que…) qui nous dit que les femmes vont, enfin, se mettre à la drague à la manière des mecs.

Il serait temps ! Vous allez enfin comprendre ce que ça représente en termes de patience, d’impatience, de volonté, d’audace, de courage, d’énergie, de frustrations, de désespoir, de refoulement, de maladresses, de compétition, d’aveuglement, de toilette obligatoire, de chaussettes propres, d’angoisses, d’insomnies, d’interrogations! Le grattage de couilles en moins, certes.

Joyeuses Pâques

Franche Démence

J’ai envoyé mon petit neveu acheter une revue que je n’ose pas acheter moi-même : France Dimanche.

Je suis d’abord tombé sur l’horoscope très sérieux de Laëticia, la vraie, la gérontophile, réalisé par la voyante Déborah Barsky.

On peut y lire : “Laetitia est née sous le signe du Poisson. Elle a une Vénus en Bélier”, ce qui, à mon avis, doit faire assez mal, alors que “Johnny avait une Lune en Scorpion”, ce qui ne devait pas arranger ses affaires non plus.

“Que va-t-il se passer désormais pour Laëticia ?” Je vous le demande !

“L’année 2018 s’annonce très difficile.” Ça ne mange pas de pain, mais on veut en savoir un peu plus.

“Je ne la vois pas retrouver l’amour”. Bon, je l’appellerai un autre jour alors.

“Elle préfèrera être entourée d’amies femmes dans les mois à venir.” Moi aussi.

“Elle se lance dans une grosse (sic) bataille juridique.” Je me demande où elle est allée chercher ça.

“Va-t-elle perdre ou gagner ?” Faudrait demander à une voyante.

“Cette affaire va perturber ses filles”. Meu non, penses-tu!

“Je la vois aussi en deuil, d’ici deux à trois ans, suite au décès de son père ou de sa grand-mère.” Ça m’étonnerait, ce sont des choses qui n’arrivent jamais.

“Pauline Ducruet (fille de Stéphanie de Monaco) victime d’un psychopathe”. Mais pas un Panzani, d’après nos reporters sur place.

“René-Charles (le fils de Céline Dion) prend la relève et marche dans les traces de sa maman !” Mince, la pauvre, elle est vraiment au plus mal si elle laisse des traces.

“Louis Sarkozy dit “oui” aux drogues”. Faut bien ça pour assumer un nom pareil.

Con carne

Il se fait appeler Pedrinho Matador, soit Pierrot le Tueur, il est Brésilien et est aujourd’hui accusé du meurtre d’au moins 70 personnes selon le magazine Rolling Stone. Pourtant Pedro Rodrigues Filho n’est pas un assassin comme les autres. S’il a ressenti le “besoin urgent de tuer” dès ses 13 ans après s’être battu avec un cousin plus âgé et qu’un an plus tard il a assouvi ce désir pervers, c’est toujours en le dirigeant vers des personnes qu’il considérait comme nuisibles à la société. Le premier d’entre eux était le maire adjoint d’Alfenas, dans le sud du Brésil, qui avait viré son père après l’avoir accusé (à tort selon Pedrinho Matador) de vol. A 18 ans, il avait déjà tué plus de 10 personnes.

Son père tua sa mère et fut envoyé en prison. Filho lui rendit visite et le tua, lui aussi. Apparemment, il aurait alors découpé un morceau du cœur de son géniteur avant de le mâcher puis de le recracher.

En 1973, on finit par le prendre et le mettre en prison. Une mauvaise nouvelle pour les personnes incarcérées avec lui, puisque depuis cet emprisonnement, Filho a trouvé le moyen de mettre fin à la vie de 47 codétenus.

Pour une fois qu’on a quelqu’un qui nettoie sa cellule !

Ballon

Cela fait plusieurs années qu’Adriana Karembeu tente d’être enceinte. À 46 ans, elle est enceinte et devrait accoucher en juillet.

Comme quoi, pas besoin d’un footballeur pour avoir un ballon. En tout cas, le petit aura au moins la satisfaction d’entendre ses petits copains et copines lui dire : “Dis donc, elle est trop bien ta grand-mère !”

SNCF é-pépy-née

Le journal du dimanche prévient : la grève SNCF risque de faire tache d’huile (EDF, éboueurs, universités, etc…).

La palme de la diplomatie revient une fois encore à la ministre des transports qui a déclaré qu’elle ne comprenait pas cette grève. C’est pourtant pas faute de lui avoir expliqué ! Cette réforme annoncée vise avant tout à préparer la privatisation de la SNCF. Si on s’en tient à cette simple phrase, on pourrait se dire : pourquoi pas ? D’autres l’ont bien fait !

Eh bien justement, c’est là que le bât blesse. Les autres qui l’ont fait, notamment le Royaume-Uni et l’Allemagne, s’en mordent ce qui leur reste de doigts. Les prix ont augmenté et partout et même les trains allemands sont moins à l’heure que les trains français, c’est dire… Le fait de tout ramener, de manière quasi compulsive à l’unité comptable, à la performance, au rendement, revient à considérer l’humain comme une simple et funeste unité comptable, une variable d’ajustement de l’efficacité financière. Car il ne s’agit pas d’autre chose. Les salariés de tout poil, à commencer ceux de la grande distribution (ceux de Carrefour ont eu le courage de faire ce que les autres craignent de faire) se reconnaîtront dans les angoisses du rail.

Même si des réformes sont nécessaires, y compris dans le statut des cheminots, rien ne justifie le mépris de l’humain qui conduit (et permet) de privilégier l’actionnaire contre vents et marées, en le faisant bénéficier des gains sans jamais lui faire assumer les pertes (oui, bon, quand même à hauteur de sa mise), tout en ne faisant pas bénéficier le travailleur des gains mais en lui faisant payer les pertes par des baisses de salaires, des suppressions de primes, des diminution d’avantages (quand il y en a), des délocalisations, des licenciements.

Il n’est nul besoin d’être crypto-communiste pour dénoncer ce capitalisme-là.

MARX A TABL’S

Sur le site de L’Huma, ils font tout un plat de Marx… Quoi de plus normal ? Sauf qu’il s’agit du cuistot, Thierry MARX, pas du boursicoteur donneur de leçons.

Cachoteries !

Le journal Le Monde dévoile les dessous du prochain rachat de l’hebdomadaire Marianne par Heb’di.

Le patron du principal journal alsacien, Thierry Hans, a tenu à garder le secret le plus longtemps possible sur cette opération car, dit-il, “nous étions plusieurs sur le coup, notamment le groupe de presse anglais Faithfull”. En même temps, Thierry Hans a eu le soutien d’une personne dont il est très proche, elle-même très proche du Chef de l’Etat. Ça aide…

Vous trouverez tous les détails du rachat sur le site de Heb’di.

Laisser faire

Article intéressant dans Causette (le magazine des meufs qui tapent sur les keums, mais pas que…) qui nous dit que les femmes vont, enfin, se mettre à la drague à la manière des mecs.

Il serait temps ! Vous allez enfin comprendre ce que ça représente en termes de patience, d’impatience, de volonté, d’audace, de courage, d’énergie, de frustrations, de désespoir, de refoulement, de maladresses, de compétition, d’aveuglement, de toilette obligatoire, de chaussettes propres, d’angoisses, d’insomnies, d’interrogations! Le grattage de couilles en moins, certes.

 

Les dessins de la semaine

Lundi : Montpellier, fac de Droit… dans ta gueule !

Mardi : Des idées bien de chez nous pour lutter contre le terrorisme

Mercredi : La cloche a sonné !

Jeudi : L’unité nationale à la française

Vendredi : Whirlpool, prime à la casse… sociale !

Les dessins de la semaine

Lundi : Nouveau look pour une nouvelle vie ?

Mardi : Scoop toujours !

Mercredi : Sous les pavés, le privé

Jeudi : La grève en marche !

Vendredi : Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

 

Le weekend HEB’DI

Sky, my pharmacy !

Le Parlement britannique vient de publier un rapport sur les pratiques médicales de la Sky. (C’est du vélo)

Après l’affaire de dopage ayant touché Christopher Froome, contrôlé positif au bronchodilatateur salbutamol en décembre dernier, c’est le Parlement britannique qui a publié un rapport sur les pratiques médicales de l’équipe anglaise. Il a été effectué par la commission culture, médias et sport (DCMS) de la Chambre des communes et se base sur les témoignages de différents membres de la Sky, de la Fédération britannique (British Cycling) et de l’Agence antidopage britannique (UKAD).

Le rapport dénonce l’usage, par la formation cycliste, de médicaments visant à améliorer la performance des coureurs et d’avoir contourné le système, en utilisant ces médicaments dans un seul but sportif et non pas médical. Le Parlement britannique s’est intéressé à des pratiques médicales douteuses qui font l’objet de véritables critiques envers l’équipe, notamment sur l’utilisation d’un puissant corticoïde (N’oublions pas qu’il faut être asthmatique pour faire du vélo au niveau professionnel…) Il a déclaré : “Nous pensons que ce puissant corticoïde a été utilisé pour préparer Bradley Wiggins, et possiblement certains de ses équipiers, pour le Tour de France. Le but n’était pas de traiter un problème médical mais d’améliorer son rapport poids/puissance avant la course.

Bref, la routine, quoi. Vivement le prochain Tour de France pour qu’on puisse découvrir de nouveaux traitements contre l’asthme !

Pas le Shoa.

40.000 personnes ont trois mois pour choisir entre les geôles israéliennes, le retour sur les routes et le Rwanda, qui s’est engagé à accueillir 10.000 exilés.

Parce qu’ils sont arrivés illégalement sur le territoire israélien, ils devront décider entre reprendre la route de l’exil ou être emprisonnés. Le gouvernement de Benyamin Nétanyahou est bien décidé à ne pas laisser les 38.000 migrants (chiffres du ministère de l’Intérieur) majoritairement originaires d’Érythrée et du Soudan, que les autorités considèrent être des “demandeurs d’asile fictifs”, s’installer en Israël.

Chacun en pense ce qu’il veut, mais je trouve qu’on n’en a pas beaucoup parlé. Pas du tout d’ailleurs.

C’est quoi, déjà, un métier ?

Voici une nouvelle des plus positives, comme on aimerait en lire plus souvent :

« Selon une enquête de la CCI d’Alsace réalisée en janvier dernier auprès d’un millier de chefs d’entreprises, 60% d’entre eux se disent satisfaits  (…) il y a eu près de 13.000 créations d’entreprises en Alsace en 2017, soit une hausse de 4,5%, et 8,3% dans le Bas-Rhin (…) De son côté, l’ADIRA (…) a vécu une année record avec un milliard d’euros d’investissement. »

Mais -il y a bien un “mais”- une ombre au tableau persiste dans notre belle entité du grand est de notre beau pays : les travailleurs ne sont pas formés ! Les chiffres parlent d’eux-mêmes : « 88% des entreprises industrielles ont du mal à recruter et 83% dans le tertiaire pour tous types de postes. Les dirigeants ne trouvent pas ce qu’ils recherchent ». La faute au système de formation “à la française” qui fabrique des jeunes non qualifiés notamment pour les métiers techniques et manuels. Sans compter le manque d’engouement de certains demandeurs d’emplois pour les postes en CDI ainsi que la pression frontalière (avec des salaires plus attrayants en Allemagne et en Suisse).

Après, on se demande ce qui freine la croissance…

Faut pas pousser

Au moins 4000 retraités ont battu le pavé des rues strasbourgeoises hier après-midi, pour protester contre l’augmentation de la CSG.  Mais l’irruption de Florian Philippot, ex-numéro 2 du Front National, fondateur du parti d’extrême droite Les Patriotes, qui a tenté de s’y insérer subrepticement, n’est pas passé inaperçue.

Il avait certainement égaré sa carte de syndiqué quelque part, ce brave Florian tout de trench vêtu et protégé par ses gardes du corps.

Nous utilisons des cookies sur notre site Web

Merci de confirmer, si vous acceptez nos cookies de suivi. Vous pouvez également refuser le suivi afin que vous puissiez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à des services tiers.