Vendredi : égos à gogo

Pierrot Persil en reportage de guerre dans un lycée américain…

Eurêka

Nouvelle idée brillante du président des Etats-Unis, alors même que les lycéens rescapés de la fusillade en Floride ont lancé un mouvement de protestation nationale contre la facilité d’accès des armes à feu : Donald Trump propose d’armer les enseignants, pour mettre fin aux “zones sans armes” autour des écoles. Entendons-nous bien, et ceci n’est pas une fake news, le président des Etats Unis a expliqué être favorable au port d’arme dissimilé pour les professeurs « qui savent tirer», et qui auraient suivi une formation spéciale au préalable, en estimant que si 20% des enseignants étaient armés, « ils pourraient stopper très rapidement stopper une attaque qui dure en moyenne trois minutes alors qu’il faut entre 5 et 8 minutes pour que la police arrive sur place »…

Ou comment déplacer le problème qui gêne lorsque l’on a promis  aux membres de la National Rifle Association (le NRA, ce puissant lobby américain d’armes) qu’ils avaient un « vrai ami » à la Maison Blanche.

Nul doute que transformer les écoles américaines en bastions militaires relève d’un coup de génie dont  la subtilité échappe à notre compréhension de simples mortels.

Franchement, on ne voit pas d’autres explications.

Bure et Co

 Une quinzaine de militants ont été expulsé hier du bois Lejuc, dans la commune de Mandres-en-Barrois tandis que « la maison de Résistance » a été perquisitionnée dans la ville voisine de Bure. Ces deux sites étaient les points névralgiques de la contestation contre le projet de centre d’enfouissement de déchets nucléaires, le Cigéo.

Ce projet, mené par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs doit être construit à Bure et prévoit  entre autre des cheminées d’aération sur le site du bois Lejuc…et accueillerait jusqu’à 83 000 m3 de déchets nucléaires radioactifs (c’est-à-dire les déchets les plus dangereux, responsables de 99% de la radioactivité produite en France).

 Le gouvernement parle de concertation, mais en réalité il montre ses muscles et expulse, dénonce Jean-Marc Fleury, président de l’Association des élus opposés à l’enfouissement des déchets radioactifs (Eodra). Cela fait plusieurs mois que cette logique est en cours, avec une série de procès contre des opposants.”

©Mathieu Cugnot

Tiens tiens, l’étendard de « l’Etat de droit » aura vite été ressorti de son placard ! Ou comment éviter le développement d’un nouveau et épineux Notre-Dame-des-Landes…

Comme d’habitude, on expulse à tour de bras, sans prendre le temps de se poser un instant la question : pourquoi tant de ZAD essaiment depuis ces dernières années ?  Pourquoi ce ras-le-bol généralisé des  grands projets de construction continue-t-il de faire des petits en France ?

Entre révoltes, utopies réelles et expérimentation, France culture prenait le temps de se pencher sur la chose en janvier dernier.

Côté politiques, on sent la Hulotte pas franchement à l’aise sur la question, surtout qu’une photo datant d’octobre 2016 circule sur les réseaux sociaux, le montrant brandissant fièrement un écriteau « Cigéo, Bure, je dis non ! ».

Triste spectacle que notre Hulotte qui tente bon gré mal gré de donner une cohérence à sa présence au sein du gouvernement. Quand ça colle pas, ça colle pas..

Dallas

C’est marrant comme un sitcom, les repas de famille chez les Républicains. Paraît-il que Valérie Pécresse n’a pas apprécié la boutade de Wauquiez à propos de son bilan politique devant des étudiants lyonnais :

Le nombre de conneries qu’elle peut faire ! ”

En tout cas, nous, on a sorti le pop corn !

Tueurs de visons dans le viseur

Avis aux grand-mères des beaux-quartiers qui arborent encore fièrement leur manteau en vison… L’association de protection animale L214 a publié une nouvelle vidéo choc sur les conditions déplorables d’élevage des visons, ces petits animaux dont la fourrure sert à la fabrication de vêtements de luxe.

Attention petites âmes sensibles, c’est pas joli à voir !

Palme de la crétinerie

La cathédrale de Strasbourg, notre belle demoiselle de dentelle s’est retrouvée affublée de tags « Ni Dieu ni maître » sur sa façade. Un dépôt de plainte a été déposé jeudi tandis qu’une entreprise de nettoyage spécialisée a été sollicitée par les services de la ville pour effacer les deux inscriptions.

La bêtise est infiniment plus fascinante que l’intelligence, infiniment plus profonde. L’intelligence a des limites, la bêtise n’en a pas”

(Claude Chabrol, toujours le mot qu’il faut…)

Chèvre qui peut

Repéré dans le fil de l’info : ce mercredi, les TGV entre la Bretagne et Paris ont été retardés par « des chèvres aperçues aux abords des voies ».

Une pensée à ceux qui ont dû justifier leur retard à leur boss et expliquer qu’il y avait des chèvres qui gênaient le trafic !

Vraiment, on sous-estime le potentiel comique de la SNCF !

Biquètement vôtre,

Rosalie.

À armes égales

L’arme à l’œil

Vendredi : À fond les gamelles

 Bouteille à la mer

Lorsqu’un roi, chef de parti, pilote, figure rassurante et paternelle occupe cette place, il fait régresser les êtres démocratiques à la situation d’enfants qui aiment leurs parents car ces derniers les protègent des adversités et de l’incertitude. […] Avec Emmanuel Macron, le pays est confronté à une combinaison remarquable, l’idéologie néolibérale naturalisée et le chef qui est là pour l’appliquer. En expliquant que les Français ont envie que cette place vide soit désormais occupée, entendez par un exécutif fort et actif qui va, grâce à sa volonté réelle, transformer de fond en comble le pays, ce qu’il propose à chacun, c’est de redevenir ce petit enfant insouciant. Insouciant malgré le terrorisme, malgré la guerre, malgré l’exercice de la domination entrepreneuriale au cœur de toutes nos institutions publiques et privées, malgré l’esclavage qui redevient banalité du mal à l’ombre de l’Europe.”

Dans sa chronique historique sur Libé, la directrice de recherches en histoire et science politique au CNRS Sophie Wahnich nous parle de la démocratie, cette belle et exigeante  forme politique qui demande « d’affronter le tragique, les responsabilités et l’angoisse ». Renoncer à la complexité d’un tel théâtre politique est toujours tentant : refus du tragique et refuge dans une idéologie de « système », rassurante, protectrice, et autoritaire : voilà le vrai drame de notre société depuis la Révolution Française. Un bel article qui conseille de ne pas se laisser bercer par le doux ressac d’un océan trop paisible, presque immobile. Et qui lance une bouteille à la mer : « Merci à ceux qui rouvrent le conflit ! »

Une conclusion qui se médite alors même que le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer et sa réforme du Bac ont semblé enchanter la majorité des spectateurs de France 2 dans l’Émission politique d’hier soir :

Convaincant pour 71 % des téléspectateurs, selon un sondage réalisé pendant L’Émission politique, auprès de 1 052 personnes, Jean-Michel Blanquer a séduit à gauche et à droite. « Il a cassé la baraque », résume Brice Teinturier, directeur général d’Ipsos France, face à ce score inédit. […] « J’en suis presque ému”, a-t-il réagi après l’annonce de ce chiffre.”

Beau fleuve tranquille, mer immobile, et je ne résiste pas à citer Le Lac : “Un soir, t’en souvient-il ? Nous voguions en silence ; On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux, Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence, Tes flots harmonieux“… ©L’éternel Alphonse

En direct des JO d’hiver où Pierrot Persil a tenté d’interviewer le président.

Noir et blanc

La fusillade de Floride est la dix-huitième depuis le début de l’année (la moitié n’a pas fait de victimes), et la 291e visant un établissement scolaire depuis le début de 2013 […] Le président a estimé à plusieurs reprises que la multiplication des tueries, un phénomène spécifiquement américain, relève davantage d’un problème de santé publique, soulignant l’état mental des auteurs, que d’un accès aux armes trop facile. Les Etats-Unis, qui comptent 4,4 % de la population mondiale, concentrent 42 % des armes en circulation dans le monde.”

On s’étonnera toujours des lectures archi-manichéennes faites par certains hommes politiques américains après des événements tragiques tels que la fusillade qui a éclaté ce mercredi dans un lycée de Floride. « C’est juste le mal à l’état pur », a ainsi lâché le gouverneur de Floride, Rick Scott, lors d’un point presse. Et ce alors même que le shérif local  faisait aveu d’impuissance face à la trop grande accessibilité des armes à feu : « Si quelqu’un veut vraiment commettre un carnage, il n’y a pas grand-chose que l’on puisse ou que les forces de l’ordre puissent faire. »

On se rappellera à loisir qu’après la tuerie de Las Vegas, le président des Etats-Unis avait exclu toute initiative de sa part, justifiant que « le gouvernement n’a pas à dicter quels types d’armes à feu les personnes honorables et honnêtes sont autorisées à posséder. »

Il y a donc les bons, les honnêtes citoyens et les mauvais, les fous contre qui on ne peut rien faire. Et tout ce joli petit monde monochrome peut grosso merdo se procurer un semi-automatique à la supérette du coin.

Et votre vision du monde, on vous la sert en noir ou en blanc ?

Electrique !

Ils sont encore inconnus en France, mais ils ont des convictions à revendre : Volt, le premier parti politique paneuropéen regroupant pour l’heure essentiellement des candidats-citoyens souhaite redynamiser l’Europe. Rebrancher la machine, revitaliser la vieille entité. Ce tout jeune groupement inauguré en mars 2017 se lance demain en France. Pour contrer la décision prise par le Parlement qui a voté contre la création de listes transnationales pour les élections européennes, le petit parti (qui n’en est pas un officiellement) prévoit de « présenter des candidatures dans les différents pays où il s’est implanté, via des partis nationaux comme Volt France ou Volt Italie, coordonnées par l’organisation-cadre Volt Europa. »

Ni de droite, ni de gauche, le mouvement a publié sur son site un manifeste qui détaille sa ligne politique (électrique).

Pardonnez l’enfant du siècle que je suis, mais je laisserai la parole à ce bon vieux Dumbledore, qui nous rappelle que « Même dans les moments les plus sombres, il faut se souvenir de rallumer la lumière. »  Tant qu’il ne s’agit pas que d’un petit feu de paille…

Tourisme glacé

Le gouvernement chinois a demandé à ses ressortissants  qui voyagent  en Antarctique de minimiser leur impact sur l’environnement, par le biais de nouvelles lois entrées en vigueur la semaine dernière. Les chinois ont donc l’interdiction « d’introduire des produits polluants, de rapporter des éléments naturels, de toucher ou nourrir les animaux, de laisser des déchets solides ». Ces derniers représentent la deuxième nationalité de touristes visitant le continent, derrière les Américains. De novembre 2016 à mars 2017, ils étaient 5 286 pour un total de 44 300 touristes, selon l’Association internationale des agences de voyage en Antarctique.

Car oui, l’Antarctique est en train de devenir une destination tendance !

Un voyage de Beijing jusqu’en Antarctique coûte en moyenne entre 60 000 yuan (9 500 dollars) et 130 000 yuan. Les activités proposées par les agences de voyage varient de l’observation des manchots et des glaciers à  la visite de centres de recherches chinois.

Une pensée aux manchots qui finiront sur les selfies de riches citoyens chinois… On n’arrête pas le progrès !

Penguin Strut GIF - Find & Share on GIPHY

Pingouinement vôtre,

Rosalie

Vendredi : Étoile des neiges

Je suis soirée d’été

Par 384 voix pour (153 voix contre), les parlementaires, réunis en session plénière à Strasbourg, ont demandé à la Commission européenne de « lancer une évaluation complète » du système d’horaires actuel et, si nécessaire, de « présenter une proposition pour le réviser ».

En clair, notre heure d’été sera réévaluée, et pourrait bien être supprimée. L’heure d’hiver deviendrait ainsi la référence pour les douze mois de l’année. La Résolution du Parlement européen insiste notamment sur l’importance de maintenir une harmonisation entre les Etats membres. Reste que la Commission devra encore convaincre les Etats d’appliquer la résolution si celle-ci juge l’abandon de l’heure d’été nécessaire. Les adversaires du changement d’heure évoquent entre autre ses conséquences néfastes sur la santé, et les insatisfaisantes économies permises par celui-ci.

Il n’empêche que toucher à nos soirées d’été, c’est toucher à l’instant suspendu où le soleil s’étire sur les terrasses, où les criquets commencent à chanter sur la nuit qui tombe, et où l’on savoure les bulles d’un petit cidre frais et fruité. Parce que la journée qui traîne, c’est quand même tout le plaisir des beaux jours.

Pas sûr que ces arguments pèsent dans la balance des eurodéputés toutefois…

Humour québécois

« Douze centimètres. C’est le cumul de neige tombée à Paris ces deux derniers jours. « Ça panique pour un 12 centimètres de neige et un petit -8 °C dehors, alors que c’est presque la routine pour nous, et encore, une piqûre de moustique avec ce qu’on a comme hiver actuellement ! » Les commentaires sous l’article « Paris ensevelie sous la neige », sur Radio-Canada, n’épargnent ni la France ni les Parisiens (surtout les Parisiens). Globalement, les Québécois se marrent bien en nous regardant, on peut le dire. »

Allez c’est de bonne guerre, et faut dire que nous aussi on se poile devant le spectacle offert par nos amis de la capitale. Tabarnak !

Farce et attrape

Pierre Rigoulot, docteur en sciences politiques et historien spécialisé dans l’histoire du mouvement communiste nous éclaire ce matin sur ce que cache « le défilé commun » des deux Corées aux Jeux Olympiques d’hiver. Ce dernier rappelle que depuis des années, les deux pays enchaînent gel diplomatique et feintes réconciliations : c’est une vraie farce diplomatique qui nous est jouée et rejouée inlassablement.

« Le défilé commun à Pyeongchang est une mauvaise plaisanterie. La Corée du Nord a autant de légitimité à se réclamer de l’olympisme qu’en avait l’Allemagne de 1936. »

 L’auteur de l’article conclue sur la seule solution envisageable selon lui pour desserrer l’étau de la Corée du Nord sur sa population : bombarder le pays… par des milliers d’informations, des textes et des images, des sons venus d’ailleurs.

A bon entendeur…

Made by humans

Dernière photo de Starman prise par les GoPro fixées sur la carrosserie du cabriolet.

Elon Musk, le fantasque patron de SpaceX, ne fait rien comme tout le monde. Il a décidé d’envoyer son propre roadster Tesla rouge dans l’espace, au lieu d’embarquer une masse inerte comme c’est l’habitude pour le tout premier vol d’un nouveau lanceur. […] « J’aime l’idée d’une voiture tout à fait normale qui se balade dans l’espace, c’est complètement absurde », s’est amusé Elon Musk lors de la conférence de presse après le décollage au centre spatial Kennedy. « Peut-être qu’elle va être découverte dans le futur par une race d’extraterrestres !» poursuit-il en riant. Les ingénieurs ont ainsi gravé sur l’un des circuits intégrés de la voiture qu’elle avait été « fabriquée sur Terre par des humains ».”

Il subsiste donc encore de grands enfants sur cette planète pour égayer nos journaux télévisés. Tout n’est pas perdu.

Crâne d’œuf

Et pour finir sur une touche grotesque, on vous laisse avec ce magnifique aperçu du crâne de Donald. N’est pas Laurent Delahousse qui veut !

Capillairement vôtre,

Rosalie

Vendredi marin

Je suis méduse

Chapeau à l’espèce humaine qui, non contente de se livrer à une pêche intensive transformant les mers en cimetière, envisage de réintroduire la pêche électrique.

Piqûre de rappel salée pour lecteurs médusés :

Cette pratique consiste à envoyer des décharges électriques racler les sédiments afin de capturer tous les poissons plats qui y vivent. En fait, il s’agit d’une « évolution » d’un type de chaluts dont les chaînes gratteuses (à l’impact dévastateur sur les habitants marins) ont été remplacées par des électrodes. Mais le courant électrique n’épargne aucun organisme : toute la vie marine est électrocutée. Histoire d’avoir un océan sans-dessus-dessous.

Cette pêche électrique est interdite en Europe depuis 1998. Sauf que des lobbies industriels néerlandais ont obtenu qu’elle soit autorisée par dérogations depuis 2007. Mardi prochain, un vote décisif aura lieu au Parlement Européen de Strasbourg : les députés pourront voter pour un arrêt total ou au contraire, une extension de la pêche électrique.

Les chalutiers électriques industriels raclent les fonds marins, électrocutent toute la vie marine sans distinction et rejettent 60% de leurs prises, c’est un désastre écologique ! Les pêcheurs artisans qui passent derrière eux n’ont jamais vu ça : ils parlent de « désert », de « cimetière ».”

Pour qui voudrait s’en assurer, la plate-forme LIFE des pêcheurs artisans européens a publié en septembre 2017 un recueil de témoignages des ravages environnementaux et sociaux de la pêche électrique.

Des plumes pour Donald

Le président des États-Unis doit passer, ce vendredi, sa première visite médicale. La Maison Blanche a tenu à rappeler que l’examen ne comportera pas d’expertise psychiatrique. Car depuis plusieurs mois, et à chaque nouveau comportement irrationnel du président, la presse américaine et mondiale en rajoute des tartines en invitant un ballet de psychiatres qui  « se vole dans les plumes, s’attaque, se contredit, et se justifie. »

A quoi rime un tel débat ? Il y a-t-il réellement besoin de psychiatres pour constater l’attitude totalement irresponsable et irrationnelle du président ?

Le psychologue Allen Frencès expliquait déjà en février 2017 que « les motivations psychologiques de Donald Trump sont trop évidentes pour être intéressantes, et les analyser ne mettra pas un terme à sa conquête irréfléchie du pouvoir. L’antidote à un Moyen Age trumpien dystopique sera politique, pas psychologique.»

Et toc.

Du pain et des jeux

Une idée de sortie en famille pour les passionnés d’histoire : dans le cadre du festival Historia qui se déroulera pour la première fois à Strasbourg, vous pourrez assister à des combats de gladiateurs ou au procès de Bonaparte, piloter un char de 14-18, vous balader dans une rue des années 40… C’est au Palais des Congrès de Strasbourg, du 16 au 18 février 2017.

Ramenez vos mamies, Stéphane Bern sera dans le coin !

De neige et de glace

© Alain Duclos

On croirait voir le mur de Game Of Thrones, mais cela s’est passé en Savoie : une avalanche avait totalement recouvert la départementale reliant Bessans à la station Bonneval-sur-Arc dans la nuit de lundi à mardi. Un vrai canyon de neige, dont les parois font près de 7 mètres de haut. Après trois jours d’isolement, la neige a enfin cessé de tomber, ce qui a permis aux déblayeuses de dégager la route.

© Alain Duclos

On vous aurait épargné ce point « scoop : il fait froid, c’est l’hiver » si les images n’avaient pas été aussi glacialement somptueuses. De quoi réchauffer nos cœurs d’enfants.

Ayez la pêche pour ce vendredi,

Rosalie

Une bonne tête de vainqueur

Donald, le petit marchand d’allumettes

Vendredi chaud bouillant

Incendies

Comme un air de déjà vu, Trump met le feu. Dites-lui d’arrêter de jouer avec les allumettes par pitié !

Les petits rigolos de Topito, eux, préfèrent en rire. Nous aussi..

(Après Jérusalem, Trump s’attaque à la Normandie)

Dame Panda

©Reuters, Thibaut Camus, Pool

L’affaire est d’importance, l’enjeu diplomatique : Brigitte Macron a baptisé en début de semaine le bébé panda dont les parents avaient été prêtés par Pékin, dans un geste traditionnel d’amitié. Le nounours tout pelucheux répond désormais au doux nom de Yuang Meng (« l’accomplissement d’un rêve »).

Pendant que BFM TV et LCI en font des tartines et bouleversent leurs grilles de programme, pendant que la pauvre chose couine dans son enclos en verre en rêvant visiblement d’aller voir ailleurs si bambou y est, le Canard se gausse : « Courbettes, allers-retours diplomatiques, cérémonie, flonsflons, et voilà le statut de la femme qui en ressort grandi : pour son premier discours officiel, Brigitte Macron a donc dû baptiser un panda ».

En attendant, le zoo qui accueille notre petit doudou rondouillard versera 750 000 euros par an pour louer l’animal à la Chine. Pandanlesdents !

Gredins de l’environnement

« Le cri qui fait plouf », c’est le titre d’un article du dernier Canard Enchaîné rappelant qu’il y a 3 semaines, 15 364 scientifiques poussaient un cri d’alerte au monde entier… L’occasion pour les médias français de pondre quelques reportages et rapports d’experts par-ci par-là. Et depuis : silence radio, adieu remords et roulez jeunesse (et tant pis pour la couche d’ozone) ! Un vrai flop. A croire que le sujet ne passionne pas assez les français.

Justement, l’historienne des sciences et de l’environnement Valérie Chansigaud s’interroge dans son dernier essai* sur la raison pour laquelle les français, contrairement à nos voisins européens, montrent tant d’indifférence envers la nature. (*Les français et la nature : pourquoi si peu d’amour ?)

Elle rappelle qu’entre autre la France est le seul pays démocratique (à part le Japon – sourire esquissé -) où des militants écologistes ont été tués. Et souligne avec justesse un caustique ‘french paradoxe’ : c’est M. Pompidou (le rouleur de Porsche, le promoteur du tout-nucléaire) qui a créé le premier ministère de l’Environnement ! Dans la même veine, on a Nicolas Sarkozy qui ouvre en grande pompe le Grenelle de l’Environnement en 2008 en parlant « d’urgence écologique », et qui nous ressort 4 ans plus tard que « toutes ces questions d’environnement, ça commence à bien faire ! »

Alors, manque de sensibilité française pour l’environnement et ambiguïté du discours politique : lieu commun ou réalité de terrain ? Sur ce sujet épineux, pas de réponse simple mais une volée de bois vert pour nos matricules. En même temps, avec le ministre écologique tout raplapla qu’on se coltine…

Ouille !

Marché de Noël de Clamart : Papa Noël avait abusé du vin chaud. Rassurez-vous, IL VA BIEN ! (la séquence poilante est à 0:40s)

Rosalie

Lundi : Le meilleur des mondes

Messieurs Bricolage

Condamné à la peine capitale en 1997, Alva Campbell, 69 ans et gravement malade, aurait dû être exécuté mercredi dans l’Ohio, mais les tentatives pour lui poser une intraveineuse de substances létales ont toutes échoué. Les agents pénitentiaires ne sont pas parvenus à trouver une veine suffisamment solide pour supporter la perfusion de substances mortelles.

Indépendamment de la sordidité de la peine de mort appliquée par une soit-disant “grande démocratie”, saluons la technique et le doigté des geôliers ricains !

 

C’est de la bombe

Kim Kon vient de lancer un nouveau et terrifiant missile pour montrer qu’il avait la capacité de toucher à peu près tout le monde. Trump lui répond qu’il va l’écrabouiller. Bon, OK, ces deux-là nous mènent vers une troisième guerre mondiale.

Je n’ai qu’une chose à leur dire : grouillez-vous, on en a marre d’attendre, plus tôt ça commencera, plus tôt ce sera fini. Vraiment fini.

 

Peur sur la ville

Les chaînes d’information (oui, je sais, ce terme peut faire rire), diffusent matin, midi et soir pendant dix bonnes minutes en début de journal cet évènement rarissime, que presque personne n’a jamais vu : il fait froid en hiver. Pire : il peut même neiger, jusqu’à 4 centimètres dans certaines villes ! C’est peu dire que nous sommes en danger, puisqu’on voit des adultes faire de la luge en ville et des enfants faire des boules de neige.

Au train où vont les choses, certains iront jusqu’à prétendre qu’il fera chaud l’été prochain ! Au cas où, les chaînes de télé ont déjà prévu d’envoyer des équipes en formation pour se familiariser avec des notions inconnues telles que : saisons, cycle, soleil, chaleur.

 

Irantanplan

Sahar Tabar est une jeune iranienne (ou ce qu’il en reste) qui veut absolument ressembler à Angelina Jolie. Quelques coups de rabot, de perceuse, un peu de mastic et des bouts de PVC et hop, c’est fait !

Franchement, c’est réussi… non ? Bon, elle aurait quand même pu éviter de piquer le nez de Michael Jackson.

 

Hamon ticule.

Benoît Hamon vient de lancer son nouveau mouvement “Génération.s”. Grâce à lui, on sait maintenant où se trouve la dernière cabine téléphonique de France.

 

Cantat rebours

Petit retour en arrière, en 2014, quand Môssieur Cantat, tête à claques et chéri des dames fragiles, parlait des “salauds qui nous gouvernent”… Bon, c’était à propos des intermittents du spectacle, mais quand même. Il faut choisir ses mots et le moment où on les prononce.

Il est vrai qu’en fracassant, par intermittence, la tête des femmes, il choisit les maux. On ne peut pas tout faire…

 

 

Par amour des bêtes…

Le cauchemar américain