Mercredi : Emmanuel Macron est pour le Grand Est !

Alsace : pas de séparation au sein du Grand Est pour Macron

Voilà d’entrée de jeu ce que nous apprennent les DNA en citant le Chef de l’Etat :

Il est évident que, pour ce qui est de la région Grand Est et du sujet alsacien, ce n’est pas simplement dans ce cadre-là que la question se pose, elle est plus large, plus politique. Qu’il y ait une réflexion pour qu’existe une identité alsacienne qui s’inscrive dans la région Grand Est, oui. Qu’il y ait une séparation au sein de la région Grand Est, non.

On peut tout à fait imaginer que les deux départements concernés fusionnent pour créer un grand département d’Alsace au sein de la région Grand Est, et que ce département, ensuite, puisse passer des conventions pour obtenir au sein de cette région des compétences dont il apparaît à la région et aux départements que ce serait plus pertinent.

C’est ce chemin, me semble-t-il, qu’il faut prendre, et non celui d’une désagrégation régionale qui n’irait pas, à mes yeux, dans la bonne direction.”

Que nos politiques fusionnent déjà les départements, obtiennent des compétences sérieuses, le « temps » utilisé par le Chef de l’Etat laisse à penser que rien ne sera impossible.

A condition que les Alsaciens se manifestent et en parle à leurs élus LREM.

La vice-présidence, ce sera sans Danielle

Les propos de Danielle Dambach dans la presse sont finalement assez révélateurs :

Danielle Dambach, la future maire de Schiltigheim, a rencontré le président de l’Eurométropole Robert Herrmann. Elle lui a fait une annonce surprenante : elle ne demande pas de vice-présidence au sein de la majorité. Et ne convoite donc pas le poste laissé vacant par le maire sortant Jean-Marie Kutner.« Nous ne voulons pas de vice-présidence pour Schiltigheim mais les coudées franches et beaucoup de facilités sur les dossiers », expliquent Danielle Dambach et Patrick Maciejewski.« Il aurait fallu qu’Alain Jund démissionne ou que l’un d’entre nous entre dans la coalition d’Yves Bur ».”

L’élue n’a rien demandé parce que sans doute on ne lui a rien proposé. Sans doute aussi parce qu’elle ne voulait pas faire perdre une Vice-Présidence à son camarade EELV, Alain Jund.

On fait le pari que les élus de sa liste à l’Eurométropole vont vite retrouver leurs partis d’origine. La liste, certes citoyenne, était bien une liste de gauche plurielle composé d’encartés et d’ancien encartés.

Les premières manœuvres seront donc politiciennes.

Ball, encore

Apprenant que des matchs de Hand, Foot et Basket Ball se déroulent ce week-end à Schiltigheim, Jean-Marie Kutner entend dénoncer sur Facebook, la mainmise de son ex-adjoint sur le sport. (Ndlr : on déconne.)

Disparition

« Eric Bellargent a fait une chute mortelle hier matin en changeant une ampoule dans le musée qu’il dirigeait. Il portait le plus petit musée de Mulhouse à bout de bras depuis 2003 » nous apprend L’Alsace.

Un directeur qui change lui-même une ampoule ! Cela se passe en Alsace ! C’est surtout tout l’esprit d’un homme humble qui se battait au quotidien pour « son » musée et son attractivité.

Le destin est parfois cruel.

 

 

Ne vous fiez pas aux apparences

Après les 39èmes rugissants…

Jupiter peut remercier le Soleil

Vendredi : de la mesure en toute chose

Pierre, le loup et Emmanuel

Pierrot Persil a eu la chance d’assister à la représentation d’Emmanuel et le Loup…

L’ambiance était aux tapis feutrés et coin du feu à l’Elysée hier soir, où le conte musical Pierre et le Loup a été joué par l’orchestre de la Garde Républicaine et récité par le chef de l’Etat en personne.

Parce que notre président est aussi le Jupiter du « soft power », et ce n’est pas son équipe qui dira le contraire :

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, avait expliqué lors d’un point de presse à l’issue du Conseil des ministres ce mercredi qu’en faisant le récitant dans «Pierre et le Loup», Emmanuel Macron prenait  « toute sa part dans la transmission de la culture et du soft power». Car «La transformation du pays ne se résume pas à la réforme structurelle, nécessaire, indispensable d’un grand service public, comme nous sommes en train de le faire pour la SNCF. C’est aussi par ce “soft power” (puissance d’influence par la culture) que se fait la transformation du pays et que se gagnera la bataille culturelle, avait-t-il argumenté. C’est parfaitement sa place. Chacun peut s’en réjouir».

En tout cas si on nous le demande, on l’aurait quand même bien vu dans le rôle du joueur de pipeau !

 Sur les planches

Dans la famille des politiques qui en font un peu trop, on continue avec Marlène Schiappa qui montera sur les planches pour jouer Les monologues du vagin, une pièce écrite par Eve Ensler en 1996. Celle-ci sera jouée lors de deux soirées uniques en mars, dont les bénéfices seront reversés au Collectif féministe contre le viol (CFCV). Notre secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes sera donc visible sur scène le 7 mars, aux côtés de  Roselyne Bachelot et de Myriam El-Khomri.

Non pas que l’idée soit mauvaise, mais on se dit quand même qu’il y a autre chose à faire pendant un mandat ministériel sur l’égalité entre les sexes…

Echarpe et caniveau

Coup de communication un brin gênant : une trentaine d’élu en écharpe tricolore sont venus passer la nuit de mercredi soir dehors dans les rues de Paris et « montrer que la situation » des personnes à la rue n’est « pas normale ». Sur le terrain, cet étalage médiatique fait de nombreux sceptiques : « Ils sont où les ministres, les Macron et les Pécresse ? Ils sont beaux avec leurs écharpes et leurs duvets, mais faut faire bouger les choses ! ». Et entre élus qui se rengorgent et SDF traités comme des bêtes de foire, la démarche a en effet de quoi irriter :

 “Rue Buffon, dans le 5e arrondissement, un SDF est installé sur une grille au sol. Une vingtaine de journalistes s’arrêtent, l’entourent, le filment. « Zouzou » lui donne une gamelle en plastique remplie de soupe et une paire de gants neuve. Les caméras tournent, les corps se rapprochent et l’oppressent, visiblement. Le SDF s’énerve, balance soupe, sel et poivre en direction du petit groupe, avant d’envoyer valser son café chaud dans le caniveau. Il leur dit qu’il n’est pas à vendre.”

En attendant, les élus sont retournés bien au chaud dans leurs appartements parisiens, tandis que les sans-abris, eux, dorment toujours sous les ponts…

Bertrand indigeste

Hasard du calendrier ou ironie grinçante, l’ex-chanteur du groupe Noir Désir, Bertrand Cantat se produira à la Laiterie à Strasbourg le 7 mars, soit la veille de la journée internationale des droits de la femme. Plusieurs associations réunies sous le nom du collectif Acap demandent l’annulation pure et simple du concert.

Cette tournée musicale agace aussi le reste de la France :  le festival des Escales de Saint-Nazaire, chez les copains du Grand-Ouest a ainsi déjà fait le choix d’annuler la venue du chanteur, alors même qu’une importante pétition circule pour supprimer son concert au festival Papillons de Nuit dans la Manche.

Reste qu’à Strasbourg, on y va fort en terme de calendrier. Un beau loupé ? “Le droit le lui permet“, élude Alain Fontanel sur sa page Facebook avant d’expliquer que le même soir, “nous organiserons au même moment, le 7 mars à 20h à l’UGC, une projection débat autour du film Jusqu’à la garde sur la violence conjugale contre les femmes. Nos valeurs et notre engagement nous y obligent.

Schizophrénie quand tu nous tiens !

Le Sud en blanc

De belles images de nos amis du Sud de la France qui ne se laissent pas abattre par la vague de froid sibérienne, c’est poétique et étonnant !

Frileusement vôtre,

Rosalie

 

Beau planté de bâton

Vendredi : À fond les gamelles

 Bouteille à la mer

Lorsqu’un roi, chef de parti, pilote, figure rassurante et paternelle occupe cette place, il fait régresser les êtres démocratiques à la situation d’enfants qui aiment leurs parents car ces derniers les protègent des adversités et de l’incertitude. […] Avec Emmanuel Macron, le pays est confronté à une combinaison remarquable, l’idéologie néolibérale naturalisée et le chef qui est là pour l’appliquer. En expliquant que les Français ont envie que cette place vide soit désormais occupée, entendez par un exécutif fort et actif qui va, grâce à sa volonté réelle, transformer de fond en comble le pays, ce qu’il propose à chacun, c’est de redevenir ce petit enfant insouciant. Insouciant malgré le terrorisme, malgré la guerre, malgré l’exercice de la domination entrepreneuriale au cœur de toutes nos institutions publiques et privées, malgré l’esclavage qui redevient banalité du mal à l’ombre de l’Europe.”

Dans sa chronique historique sur Libé, la directrice de recherches en histoire et science politique au CNRS Sophie Wahnich nous parle de la démocratie, cette belle et exigeante  forme politique qui demande « d’affronter le tragique, les responsabilités et l’angoisse ». Renoncer à la complexité d’un tel théâtre politique est toujours tentant : refus du tragique et refuge dans une idéologie de « système », rassurante, protectrice, et autoritaire : voilà le vrai drame de notre société depuis la Révolution Française. Un bel article qui conseille de ne pas se laisser bercer par le doux ressac d’un océan trop paisible, presque immobile. Et qui lance une bouteille à la mer : « Merci à ceux qui rouvrent le conflit ! »

Une conclusion qui se médite alors même que le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer et sa réforme du Bac ont semblé enchanter la majorité des spectateurs de France 2 dans l’Émission politique d’hier soir :

Convaincant pour 71 % des téléspectateurs, selon un sondage réalisé pendant L’Émission politique, auprès de 1 052 personnes, Jean-Michel Blanquer a séduit à gauche et à droite. « Il a cassé la baraque », résume Brice Teinturier, directeur général d’Ipsos France, face à ce score inédit. […] « J’en suis presque ému”, a-t-il réagi après l’annonce de ce chiffre.”

Beau fleuve tranquille, mer immobile, et je ne résiste pas à citer Le Lac : “Un soir, t’en souvient-il ? Nous voguions en silence ; On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux, Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence, Tes flots harmonieux“… ©L’éternel Alphonse

En direct des JO d’hiver où Pierrot Persil a tenté d’interviewer le président.

Noir et blanc

La fusillade de Floride est la dix-huitième depuis le début de l’année (la moitié n’a pas fait de victimes), et la 291e visant un établissement scolaire depuis le début de 2013 […] Le président a estimé à plusieurs reprises que la multiplication des tueries, un phénomène spécifiquement américain, relève davantage d’un problème de santé publique, soulignant l’état mental des auteurs, que d’un accès aux armes trop facile. Les Etats-Unis, qui comptent 4,4 % de la population mondiale, concentrent 42 % des armes en circulation dans le monde.”

On s’étonnera toujours des lectures archi-manichéennes faites par certains hommes politiques américains après des événements tragiques tels que la fusillade qui a éclaté ce mercredi dans un lycée de Floride. « C’est juste le mal à l’état pur », a ainsi lâché le gouverneur de Floride, Rick Scott, lors d’un point presse. Et ce alors même que le shérif local  faisait aveu d’impuissance face à la trop grande accessibilité des armes à feu : « Si quelqu’un veut vraiment commettre un carnage, il n’y a pas grand-chose que l’on puisse ou que les forces de l’ordre puissent faire. »

On se rappellera à loisir qu’après la tuerie de Las Vegas, le président des Etats-Unis avait exclu toute initiative de sa part, justifiant que « le gouvernement n’a pas à dicter quels types d’armes à feu les personnes honorables et honnêtes sont autorisées à posséder. »

Il y a donc les bons, les honnêtes citoyens et les mauvais, les fous contre qui on ne peut rien faire. Et tout ce joli petit monde monochrome peut grosso merdo se procurer un semi-automatique à la supérette du coin.

Et votre vision du monde, on vous la sert en noir ou en blanc ?

Electrique !

Ils sont encore inconnus en France, mais ils ont des convictions à revendre : Volt, le premier parti politique paneuropéen regroupant pour l’heure essentiellement des candidats-citoyens souhaite redynamiser l’Europe. Rebrancher la machine, revitaliser la vieille entité. Ce tout jeune groupement inauguré en mars 2017 se lance demain en France. Pour contrer la décision prise par le Parlement qui a voté contre la création de listes transnationales pour les élections européennes, le petit parti (qui n’en est pas un officiellement) prévoit de « présenter des candidatures dans les différents pays où il s’est implanté, via des partis nationaux comme Volt France ou Volt Italie, coordonnées par l’organisation-cadre Volt Europa. »

Ni de droite, ni de gauche, le mouvement a publié sur son site un manifeste qui détaille sa ligne politique (électrique).

Pardonnez l’enfant du siècle que je suis, mais je laisserai la parole à ce bon vieux Dumbledore, qui nous rappelle que « Même dans les moments les plus sombres, il faut se souvenir de rallumer la lumière. »  Tant qu’il ne s’agit pas que d’un petit feu de paille…

Tourisme glacé

Le gouvernement chinois a demandé à ses ressortissants  qui voyagent  en Antarctique de minimiser leur impact sur l’environnement, par le biais de nouvelles lois entrées en vigueur la semaine dernière. Les chinois ont donc l’interdiction « d’introduire des produits polluants, de rapporter des éléments naturels, de toucher ou nourrir les animaux, de laisser des déchets solides ». Ces derniers représentent la deuxième nationalité de touristes visitant le continent, derrière les Américains. De novembre 2016 à mars 2017, ils étaient 5 286 pour un total de 44 300 touristes, selon l’Association internationale des agences de voyage en Antarctique.

Car oui, l’Antarctique est en train de devenir une destination tendance !

Un voyage de Beijing jusqu’en Antarctique coûte en moyenne entre 60 000 yuan (9 500 dollars) et 130 000 yuan. Les activités proposées par les agences de voyage varient de l’observation des manchots et des glaciers à  la visite de centres de recherches chinois.

Une pensée aux manchots qui finiront sur les selfies de riches citoyens chinois… On n’arrête pas le progrès !

Penguin Strut GIF - Find & Share on GIPHY

Pingouinement vôtre,

Rosalie

Vendredi gloûton

Ruée vers l’or brun

On se croirait un jour de Black Friday chez nos copains américains : hier, l’enseigne Intermarché a proposé une promotion de 70% sur des pots de 950 grammes de pâte à tartiner Nutella. Cette offre alléchante a attiré des « chasseurs de promos » qui en ont profité pour garnir leurs réserves pour les dix  prochains hivers.

Une cliente indiquait avoir vu des consommateurs s’acharner « comme des animaux, une femme s’est fait tirer les cheveux, une dame âgée a même pris un carton sur la tête ». Dans le nord de la France, à Marles-les-Mines (Pas-de-Calais), des policiers ont dû assurer la sécurité à l’entrée du supermarché.”

Certes le spectacle fait peine à voir, surtout pour du Nutella bien gras qui n’améliora pas la silhouette et la santé de ces familles. Mais, qu’on se le dise, c’est aussi  ce qui arrive quand le luxe est bradé et devient accessible à tous…

Rillettes pas brillantes

« S’occuper des nôtres avant les autres », on connaissait le laïus puant des membres du Bastion Social, ce groupement d’extrême droite fraîchement installé dans notre capitale alsacienne. Désormais,  une toute jeune association toulousaine, le cercle de souveraineté et identité toulousaine (vieille de 4 mois) affiche des méthodes analogues en distribuant des sacs de nourriture dont le plat principal est… un bon sandwich aux rillettes de porc ! Pourtant, le groupe se défend de sélectionner les SDF par la nourriture :

« C’est comme pendant la guerre, les Français qui avaient faim ne réfléchissaient pas si c’était du lapin ou du chat. Et puis allez donc en parler aux éleveurs qui manifestent à Montauban. En France aujourd’hui, il ne faut plus consommer de porc ! » […] « Macron s’occupe des repas à Calais alors qu’il ne le fait pas pour nos SDF. Nous, nous essayons de compenser. »”

 Belle instrumentalisation de la misère par des groupes qui se dissimulent sous le masque de la charité… toucherait-on le fond… du pot de Nutella ?

Cimetière à mer ouvert

Les pêcheurs qui empêchaient hier après-midi les camions de charger les poissons à Boulogne-sur-Mer  ont obtenu une rencontre qui devrait avoir lieu dans la journée avec un conseiller ministériel. Ces derniers protestent contre la pêche électrique, pratiquée par des navires néerlandais en mer du Nord.

« On demande des mesures d’accompagnement d’urgence à l’Etat français et une aide financière rapide », a déclaré à Calais Christian Dubois, du comité régional des pêches, réclamant 30 000 euros par bateau sur trois ans. « Contre la pêche électrique, il est trop tard. Les Hollandais ont ravagé la mer et il n’y a plus de poissons. Il faudrait 4 à 5 ans pour que la ressource se reconstitue sur nos côtes. »

C’est à destination des derniers sceptiques qui doutaient de la gravité de la situation…

Paroles et paroles

C’est vu de l’étranger et relevé par le Courrier International : des journaux allemands et américains ont commenté le discours façon « poudre de perlimpinpin » prononcé par Emmanuel Macron devant les chefs d’entreprise et dirigeants internationaux à Davos ce mercredi 24 janvier.

« Macron aurait pu s’arrêter là, il avait répondu aux attentes du public », estime Die Welt. Or, déplore le quotidien allemand, « il est passé au français, et il a continué de parler. Et continuer de parler. Et il donnait l’impression de ne plus vouloir s’arrêter, pas même quand il est revenu plus tard à l’anglais ». Die Welt assure avoir entendu des “réactions pleines de sarcasmes” dans l’auditoire.”

Ventrebleu, notre président aimerait-il s’écouter parler ? Qui l’eut cru !

Un trône digne de ce nom

Les toilettes en or ont été réalisés par l’artiste Maurizio Cattelan. © AFP/ WILLIAM EDWARDS

Vous qui désirez briller en société, sachez que Le Guggenheim, célèbre musée de New York, n’a pas accédé à la demande de la Maison-Blanche qui réclamait le prêt d’un tableau de Van Gogh, “Paysage enneigé” (1888). À la place, Nancy Spector, la conservatrice du musée, a proposé des toilettes en or, de l’artiste iconoclaste Maurizio Cattelan.

Jolie boutade réalisée avec des « millions de dollars en or » ! Le sarcasme à l’américaine, c’est un luxe !

Joyeusement vôtre,

Rosalie.

Vendredi Zad-ictif

Un zadiste zachant zaser

Non, les zadistes ne sont pas les squatteurs hirsutes et sales, les « terroristes verts » qui hantent l’imaginaire collectif du paysage médiatique. Depuis que le gouvernement a annoncé l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-Les-Landes, la France s’interroge et les médias s’agitent : qui sont les zadistes, ces rebelles à qui le gouvernement a ordonné de dégager la place ?

Des gens comme tout le monde, et pour une fois,  c’est La Croix qui le dit !  Avec un petit reportage sur le terrain qui se médite, se cultive, se plante et se fleurit.

« En cette fin de matinée ensoleillée, le bocage de Notre-Dame-des-Landes bourdonne d’activité. Dans la zone d’aménagement différé (ZAD) dévolue au futur aéroport, plus de 200 personnes vivent à l’année pour empêcher la construction de cette infrastructure controversée. […] Dans la ferme de Bellevue, occupée depuis 2013 par des paysans et des zadistes, des vaches paissent tranquillement face à une rangée de tracteurs colorés. Fromage, beurre, crème fraîche et pain sont produits sur place. […] Sylviculture, élevage de brebis, boulangeries, maraîchage, réparation de voitures ou de matériel agricole, auberge, forge, tannerie… La ZAD fourmille d’activités de tous ordres. Un mur d’escalade, un journal hebdomadaire (ZAD News), des groupes de musique et une bibliothèque (le prix Goncourt Eric Vuillard y serait attendu le 4 février) complètent cette mosaïque »

Et puis il y a le Figaro qui nous fait redescendre sur terre en expliquant pourquoi les « squatteurs » ont encore jusqu’au 31 mars (soit la fin de la trêve hivernale) pour dégager la zone.

Des tartines de tapisserie

Cela passe globalement inaperçu de ce côté de la Manche, ou en tout cas la chose se fait plutôt discrète, et pourtant nos amis british en ont écrit des tartines et des tartines… Notre président a annoncé que le Musée de Bayeux (Calvados) était prêt à se séparer temporairement de la célèbre tapisserie de Bayeux, ce chef d’œuvre historique de tissu illustrant la conquête de l’Angleterre par le duc de Normandie, Guillaume le Conquérant. Elle devrait ainsi rejoindre Londres en 2020. Chez les insulaires, la tapisserie qui rentre en Angleterre, c’est un peu comme Depardieu qui rentre au pays : dans les deux cas, ça fait jaser, mais on a un peu le sentiment que le monde, voir le cosmos rentre dans l’ordre !

Beaucoup de journalistes anglais ont tenté de décrypter la geste macronesque. C’est vrai qu’après tout, un tel prêt est éminemment politique. Et que Macron  ne fait jamais dans la tapisserie. Aurait-il un message à faire passer ?

« Mais la tapisserie a d’autres leçons à nous apprendre. La première : l’Angleterre n’est jamais immunisée contre le reste du monde. La seconde : de mauvaises choses  peuvent arriver si une nation ne respecte pas les promesses qu’elle a faite à ses voisins. La troisième, enfin : l’Angleterre ne gagne pas toujours. Cela s’applique autant à 2018 que cela ne s’est appliqué en 1066. »

Atchoum

« Réprimer un éternuement, quoi de plus naturel. Un jeune anglais de 34 ans s’est pourtant déchiré le pharynx, en essayant de retenir un ‘’atchoum ‘’. »

 Morale de l’histoire : toujours l’ouvrir.

Ça Chauffe 

“Il est désormais confirmé que les années 2015, 2016 et 2017, qui s’inscrivent clairement dans la tendance au réchauffement sur le long terme causée par l’augmentation des concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre, sont les trois années les plus chaudes jamais enregistrées”, a annoncé l’Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence spécialisée de l’ONU. 2016 se trouve en tête de liste avec 1,2 degré de plus qu’à l’époque préindustrielle – l’ONU utilisant la période 1880-1900 comme référence pour les conditions prévalant à l’époque préindustrielle.

Dieu si tu existes, fais en sorte de transmettre ces données terrifiantes au gugus orange qui gouverne les Etats Unis.

Et pendant ce temps là, une marée noire de la taille de Paris s’étale en mer de Chine… Sale époque pour la planète !

Le FN ferme la marche

« Il faudrait un truc qui sonne comme un slogan ». Le Nouvel Obs publie ce matin un article sur le casse-tête du changement de nom du Front National.

« Les cadres du parti d’extrême droite ont, contrairement à Marine Le Pen, deux exemples de parti qui ont changé de nom en tête : un mauvais, quand l’UMP est devenu Les Républicains, un véritable “hold-up de la République” selon la définition d’un haut cadre du FN, et un bon, La France insoumise de Mélenchon, justement, et contrairement à ce que pense Marine Le Pen. Reste à savoir quel message doit porter ce nouveau nom. Un proche de Marine Le Pen tente une esquisse :”Il faudrait une notion de mouvement, un truc qui sonne comme un slogan. »

Bah tiens ! Comme un air de déjà vu…

Voyage poétique à travers la nébuleuse d’Orion

Les télescopes spatiaux Hubble et Splitzer développés par la NASA ont effectué une plongée dans la nébuleuse d’Orion en utilisant à la fois la lumière visible et infrarouge.

C’est beau, et c’est cadeau.

En vous souhaitant une lumineuse journée,

Rosalie

Lundi : Le coup de bambou

Nasdrovie !

Un Russe ivre (pléonasme ?) a été arrêté après avoir volé un véhicule blindé avec lequel il a fini dans la devanture d’un supermarché dans la région de Mourmansk. Puis il a arrêté son char (ouarf !), en est sorti et… a volé une bouteille de vin !

Y’a pas à dire, ils savent vivre ces Russes.

Micron

En déplacement en Chine, le chef de l’État a jugé “totalement inefficace” d’évoquer publiquement la question des droits de l’Homme.

Il assure en revanche avoir évoqué le sujet en privé avec Xi Jinping.

Emmanuel Macron n’a pas souhaité faire de commentaire en public.

Heb’di s’est procuré la teneur des propos de notre chef de l’État: “Cher Grand Timonier, Phoenix des hôtes de ces bambous, serait-il possible, éventuellement et loin de moi l’idée de vous importuner, si ça ne vous dérange pas trop, vous me le dites si c’est le cas, ne vous gênez surtout pas, de parler, pas plus d’une minute ou deux, des prisonniers politiques, enfin juste pour savoir comment ils vont, hein, juste comme ça. Euh, sinon, les pandas ça va ? Encore un peu de thé ?”

Non mais allô, quoi !

Nabila recadrée par l’AMF après avoir fait l’éloge du bitcoin et des profits qu’il est censé générer…

Que NABILA parle de bite coins (elle sépare bien les deux syllabes, on devrait lui demander de l’écrire le jour où elle saura écrire), déjà on se pince. Mais que l’AMF juge nécessaire de lui répondre… D’autant plus que, jusqu’à plus ample informé, les problèmes monétaires, qu’il s’agisse de monnaie virtuelle ou non, ne relèvent pas des compétences de ladite AMF.

Allô non mais !

Il provoque 1 mort sur 10 au volant. Le danger du portable au volant est réel. C’est pourquoi le gouvernement prévoit l’alourdissement des sanctions contre les personnes qui téléphonent en conduisant.

50% des Français consulteraient et/ou pianoteraient sur leur téléphone tout en conduisant. Ce que je trouve désolant, voire terrifiant, c’est que les Français soient abrutis dans une telle proportion ! Qu’il faille légiférer pour empêcher des adultes, a priori lucides et responsables, qui ont envie de rester vivants et valides, d’adopter un comportement infantile, futile et dangereux me sidère. Comme s’il n’allait pas de soi qu’en conduisant il fallait regarder la route et s’en distraire le moins possible. C’est navrant…

Pouêt

Ce titre éloquent dans les Echos : “Le poids croissant de la Chine dans le commerce extérieur français”.

Je ne dirai qu’une chose : bravo ! (s’ils avaient mis “dans les échanges extérieurs”, ç’eût encore mieux tété)

 

Cécité interdite !

Emmanuel Macron se moque-t-il de l’Alsace ?

Oui, Emmanuel Macron se moque de l’Alsace mais il s’en fout. Il sait que les élus alsaciens sont peu à se rebeller et que les autres se rallieront à lui pour une fonction, un mandat ou un sourire. Voilà pourquoi, « tout est possible pour lui ».

L’Alsace inférieure à la Corse

Le premier mépris envers l’Alsace est de la considérer comme une « sous-région ».

Une sous-région à laquelle il n’accorde pas les perspectives qu’il promet aux Corses dans son discours de Furiani :

Le patrimoine culturel et linguistique de nos territoires enrichit notre pays, bien plus qu’il ne le menace. La langue de la République, c’est le français : c’est inscrit dans notre constitution et cela ne doit pas changer. Mais en Corse, à Sainte-Lucie-de-Tallano, Moltifao ou à Nonza – et vous verrez, mes chers amis, les clins d’œil qui vous sont envoyés, comme ici, bien sûr, à Furiani -, c’est un fait : on ne parle pas seulement français. La langue corse est présente, dans le cœur des Corses, dans leur vie quotidienne et je sais la volonté aussi de faire venir d’autres femmes et hommes à cette langue. Et je considère, pour ma part, que c’est une richesse. Et c’est pourquoi je souhaite encourager l’apprentissage de la langue et de la culture corses dès l’école. Et c’est pourquoi également je proposerai d’engager la procédure de ratification de la Charte européenne des langues régionales, si je suis élu président.”

Il défend la langue corse, un pacte girondin alors qu’en Alsace, on ne soutient pas les écoles paritaires, ABCM perd ses emplois aidés et que même le bilinguisme franco-allemand fait les frais de l’insuffisance d’encadrement.

Recentralisation : la fin de l’Alsace

Il considère l’Alsace comme une sous-région lorsqu’il propose que les départements alsaciens, pieds et mains financièrement liés par le poids du social et la perte de compétences, deviennent un sous-ensemble dans le Grand Est.

Imaginerait-on le même Président expliquer aux Corses qu’ils sont destinés à devenir une sous-région de Paca ?

Le président qui entend réformer le pays se moque même des analyses sur la réforme territoriale. Il lui faut caresser des élus locaux dans le sens du poil. En Alsace, à la région, à l’Assemblée Nationale, certains lui sont redevables de leur présent et d’autres attendent leurs investitures pour l’avenir.

Excellent manœuvrier, le « présideur » est séducteur.

Exit l’Alsace, pour le moment… Exit le fait régional « fusionné de force », sans consultation.

Recentralisation : la fin des régions pour les élections européennes

L’autre re-centralistion, c’est la fin assumée des listes régionales aux élections européennes. Si une liste nationale peut rassembler tous les régionalistes, on fait fi des réalités géographiques et historiques pour ne parler que d’Europe. Oubliant que l’Europe est d’abord un rassemblement de régions qui, depuis le Moyen Âge, ont fait son histoire et sa grandeur.

L’Europe fédérale succombe aux nationalismes. L’affaire « catalane » a posé des jalons.

Recentralisation fiscale : moins de libertés pour les communes

L’ultime recentralisation sera fiscale. Elle réjouit le contribuable mais a de quoi inquiéter les citoyens. L’État prend, par les dotations, le pouvoir sur les ressources des communes, les privant en partie de marges budgétaires, et les rendant dépendantes.

Une ultime façon de les mettre au pas… Par l’intermédiaire des préfets, serviteurs d’un État plus centralisateur que jamais !

Tout cela mis bout à bout, on comprendra que le Président et ses députés mettent les régions au pas. Quant à l’Alsace, ils s’en moquent. Non ?