Mulhouse : Des PLU à la carte

Mulhouse : Des PLU à la carte

La mairie de Mulhouse a modifié, en 2015, le PLU afin de permettre le maintien d’un poumon vert dans le quartier de Dornach. C’était un engagement de l’ancien maire Jean ROTTNER et de la nouvelle équipe municipale.

Cette décision si elle a ravi la population du quartier, a mécontenté le propriétaire d’un vaste bâtiment désaffecté situé rue de Hirsingue.

Ce dernier a fait un lobbying important auprès de la municipalité. Bingo,  le PLU a été modifié une fois nouvelle pour permettre la vente de cet ancien orphelinat à la société Urban Prenium afin de réhabiliter ce bâtiment en 30 appartements pour autant de  places de parking (édition DNA du 22/10/2019).

Depuis, un collectif d’habitants, appuyé par l’Association de Sauvegarde du Cadre de Vie de l’Environnement et de la Nature de Mulhouse Dornach et Environs (ASCEN), se mobilise. L’association a fait un recours gracieux refusé par la mairie et demande à la préfecture d’être médiateur pour trouver un compromis.

Au vu des largesses de la mairie, l’ex-propriétaire du bâtiment ne compte pas en rester là. Il est également vendeur d’une parcelle voisine qu’il négocie avec un promoteur immobilier.  Deux nouveaux immeubles sont prêts à être construits, avec là aussi une trentaine d’appartements.

Consciente des troubles pouvant être générés par une telle densification d’habitat, la maire émet cette fois toutes les réserves indiquant que rien de ce type de projet ne se fera sous sa mandature.

Le propriétaire, tenace, mandate alors Gérard Baltzer, mandataire bénévole de la Congrégation du Très Saint. Sauveur, d’intervenir au sein de la ville pour leur faire entendre raison.

Il faut dire que celui-ci n’est pas un novice en la matière puisqu’il a déjà réalisé pour le même propriétaire, ce type de mission auprès de la mairie de Thann, avec un certain succès.

Il s’agissait alors de convaincre les élus thannois de la nécessité de modifier le PLU pour permettre la reconstruction d’un établissement médico-social sous le site remarquable du château de l’Engelbourg dit l’œil de la sorcière. Il faut dire qu’à cette époque le directeur de l’établissement Saint Joseph était François Alain. Ce dernier, membre du conseil de fabrique local, est aussi le conjoint de Claudine Wilser la deuxième adjointe de la mairie de Thann ce qui permettait de faciliter les échanges et les négociations.

Jeanne Fischer

Mulhouse : Lara Million investie par LREM !

Mulhouse : Lara Million investie par LREM !

Il y a bien urgence à Mulhouse et c’est sans doute pour cela que Jean Rottner y entre en campagne. Lara Million vient d’obtenir le soutien de La République en Marche.

Sur son site, on la redécouvre : « élue mulhousienne, Vice-présidente de l’agglomération Mulhousienne (m2A), Vice-présidente du Département du Haut-Rhin déléguée aux Finances avec à l’appui, des résultats concrets.  Une femme de la nouvelle génération et dans la vie active : 50 ans, cadre supérieur spécialisée en finances publiques, mère de deux enfants ».

Plus loin, on lit : « Une femme de droite aux valeurs républicaines : élue de la Majorité Alsacienne ».

Et voilà une élue qui se disant de la Majorité Alsacienne, est soutenue par la Majorité présidentielle face à un Maire, pro Grand Est, de la Majorité Alsacienne et qui n’a cessé de servir la « soupe » à la Majorité présidentielle.

« Jusqu’à la dernière minute, l’ancien maire de Mulhouse, actuel premier adjoint et président du conseil régional Grand Est a semble-t-il espéré décrocher le soutien de LaREM au profit de la liste que conduira sans doute prochainement Michèle Lutz – au point de s’entretenir encore brièvement avec le président de la République en personne, mardi dernier, lors de la venue de ce dernier à Strasbourg.

Selon plusieurs sources, l’échange entre les deux hommes, long d’une dizaine de minutes, s’était avéré tendu. On sait désormais pourquoi… » précise l’Alsace.

La soupe à la grimace

L’heure pourrait être à la « soupe à la grimace » du côté du « tandem » Lutz-Rottner.

D’abord, Lara Million est de toutes les parties. On la retrouvait autour de Brigitte Klinkert lors de la décoration de cette dernière par Emmanuel Macron. Ensuite, elle a su trouver un défenseur ardent en la personne de Jean-Marie Bockel qui pressait Jean Rottner de « tendre la main ».

Ils étaient donc trois – Fatima Jenn, Frédéric Marquet et Lara Million – à vouloir l’investiture et il n’en reste qu’une !

Reste maintenant à savoir si celle-ci est capable d’initier une dynamique prompte à renverser la majorité et si Jean Rottner laissera la Maire porter toute seule la charge.

Un match incertain

« De toutes les façons, à la fin, ils s’allieront » croit pouvoir dire un militant de gauche, « tout cela pour sauver leurs mandats ».

D’autres pensent qu’il n’en sera rien, mais que le match est plus complexe qu’il n’y parait, car au-delà du duel LR-LREM, il y aura la montée des listes RN et EELV. « Sans compter sur une partie de la droite qui ne pardonnera pas Grand Est » rajoute un observateur.

Vengeances tardives contre le cabinet

« Philippe Richert n’est pas tombé uniquement à cause de Philippe Richert. Il est tombé du fait de manœuvres de son cabinet. Les attitudes, les coups bas, les petites phrases et parfois les insultes des coqs de la basse-cour s’accumulent. Il pourrait en être de même à Mulhouse » nous précise une de nos sources.

A suivre, du côté de la cité du Bollwerk. Une chose est sûre, une défaite augurerait mal des prochaines régionales.

Et Valérie dans tout cela ?

Sauf à imaginer que LREM choisissent ses « bons LR » en manoeuvrant avec certains. Stanislas Guérini, délégué général LREM déclarait récemment « Il y a une volonté nationale de bien travailler avec Laurent Hénart »

Et voilà Valerie Debord se rêver reine ou faiseuses de rois ! Elle était, elle, aux côtés de celui qui pourrait avoir le soutien d’En Marche.

Barbara DesVilles

Rottner ça urge !

Jean Rottner a-t-il fait une fausse déclaration à la HATVP ?

Jean Rottner a-t-il fait une fausse déclaration à la HATVP ?

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) est une autorité indépendante chargée de récolter et contrôler les déclarations de situation patrimoniale et les déclarations d’intérêts de certains élus et responsables publics.

Sur le site de la HATVP, deux déclarations Jean Rottner, actuel  président du Grand Est, sont disponibles.

La première a été déposée le 15 décembre 2017, la seconde nommée « Déclaration de modification substantielle des intérêts » est datée du 24 février 2019.

Curieusement, aucun des deux documents ne mentionne les mandats et les rémunérations de Jean Rottner au conseil régional

Or, Jean Rottner est vice-président du conseil régional depuis le 4 janvier 2016  et président du Conseil Régional du Grand Est depuis le 20 octobre 2017,

De toute évidence, selon les documents de l’HATVP, l’ex-conseiller régional, vice-président et actuellement président dû de la région a oublié de déclarer une partie de ses revenus !

Une erreur de retranscription peut-être ?

Nous avons contacté la HATVP par téléphone, une personne nous a demandé de confirmer notre demande par mail, nous rappelons le lendemain, la même personne nous dit que le dossier ‘’ et monté à la direction »…

Donc, jusqu’à preuve du contraire, il y a une fausse déclaration de Jean Rottner à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique

En 2018, Lilla Merabet, vice-présidente de la région Grand Est avait déjà été épinglée pour ” oublié ” de modifier sa déclaration à HATVP lors d’une participation à une holding financière.

La preuve que l’Alsace n’a pas sa place dans le Grand Est

Jean Rottner prouve que L’Alsace n’a pas sa place dans le Grand Est

Voilà plusieurs mois que nous nous étonnons  du projet de maison de Grand Est à Paris mené par la région.

La ‘’maison’’, achetée 3 millions d’euros, est située dans un dans hôtel particulier sur le Boulevard Saint-Germain.

Les élus du Groupe Alsace & Territoires du conseil Régional Grand Est dénonce ces « impôts dépensés alors qu’il eut été préférable de faire de la ‘’Maison de l’Alsace’’ à Paris, située directement sur l’Avenue des Champs Élysée, un lieu emblématique et prestigieux d’influence au cœur de la capitale nationale. »

Tout sauf l’Alsace

Alsace & Territoires déplore également le fait que ‘’l’inauguration du local parisien par le Président et les Vice-Présidents du Grand Est s’inscrit dans une stratégie suicidaire et dépensière du « Tout sauf l’Alsace ».

À force de rejeter l’Alsace, certains ne devront pourtant pas s’étonner si les Alsaciens finissent par les rejeter eux-mêmes. ’’

Le vrai scandale est ailleurs !

Les locaux inaugurés ce lundi 9 septembre seront partagés avec les bureaux du Land de Sarre à Paris

Ce qui prouve clairement que le président alsacien du Grand Est privilégie l’axe vers le Nord : Lorraine- Champagne vers le Land de Sarre. L’Alsace est isolée !

Pourquoi avoir oublié ( volontairement ?) l’axe rhénan : Alsace – Bade-Wurtemberg / cantons suisses de Bâle, soit l’axe vers le centre de l’Europe?

Il n’y a plus de doute, l’Alsace est lâchée à l’Est, est de plus en plus isolée. Ceux qui prônaient le pompeux titre de Collectivité européenne d’Alsace vont peut-être  comprendre que cette proposition n’était en fait qu’un pot de Vaseline joyeusement emballé !

Le Groupe Alsace & Territoires rassemble 7 élus régionaux :  le Président Justin Vogel, André Reichardt, Georges Schuler, Martine Calderoli-Lotz, Baptiste Pierre, Grégory Stich, ainsi que l’élue Mosellane Catherine Vierling.

TH

Les urgences s’effondrent à Mulhouse et à Altkirch, mais tout va très bien…

Les urgences s’effondrent à Mulhouse et à Altkirch… mais tout va très bien…

Pour la première fois, l’ensemble de la population Altkirchoise et d’une partie du Sundgau se sont retrouvées sans accès aux urgences locales ce week-end.

Du jamais vu !

Les portes du service d’urgence de l’hôpital d’Altkirch ont été fermées du samedi à 18 heures 30, au lundi à 8 heures 30.

Que fait l’ARS ?

La direction de l’hôpital de Mulhouse qui gère le site et l’ARS (l’Agence Régionale de Sanrté) assument sans ciller du fait que des patients soient transportés ou se déplacent d’Altkirch jusqu’aux urgences de Mulhouse.
Pourtant ces dernières sont en très grandes difficultés comme en témoignent les posts catastrophés sur les réseaux sociaux de nombreux de professionnels qui y travaillent.


Même les articles dans la presse locale, pourtant très timorée habituellement dénoncent ces faits graves.
Il semblerait que les médecins des urgences travaillent à Mulhouse en effectif minimum. Même les effectifs SAMU seraient réduits.

La population est en droit de s’interroger légitimement !

Que fait le préfet ?

Comment ces responsables peuvent exposer ainsi non seulement la population mulhousienne, mais maintenant aussi celle des environs d’Altkirch. Pourquoi le préfet du Haut-Rhin, représentant de l’État laisse faire ?

Que fait Jean Rottner ?

Même l’ancien chef de service des urgences de Mulhouse, un certain Jean Rottner, qui avait pourtant en son temps intrigué pour en prendre la responsabilité par tous les moyens, qui pourrait se mobiliser et actionner ses anciens réseaux professionnels pour aider à pouvoir la dizaine de postes médicaux vacants dans son ancien service ?

Que fait le docteur Zengler ?

Tout aussi discret, l’indéboulonnable président de la commission médicale du groupe hospitalier de Mulhouse, ce cher docteur Zengler, responsable de la qualité et de la sécurité de la prise en charge des patients sur l’ensemble des sites Mulhouse, Thann, Altkirch…

Que fait le député Jean-Luc Reitzer ?

Les Centres Hospitalier Émile Muller (Mulhouse), Hasenrain (Mulhouse), Saint-Morand (Altkirch), Saint-Jacques de Thann , de Sierentz, Service  gériatrique de Cernay et les EHPAD Saint-Sébastien (Rixheim)  et de Bischwiller lès Thann, et la nouvelle Clinique des 3 Frontières (Saint-Louis) sont regroupés sous l’égide du Groupe hospitalier de la région de Mulhouse Sud-Alsace (GHRMSA) – Le président du groupement est Jean Rottner, le Vice-Président se nomme Jean-Luc Reitzer, député d’Altkirch…

-273,15°

Emplois fictifs du RN au conseil régional : l’affaire pourrait se retourner contre Jean Rottner

Emplois fictifs du RN au conseil régional : l’affaire pourrait se retourner contre Jean Rottner

Le 20 juin 2019, au conseil régional Grand Est, les élus de la majorité régionale et du Rassemblement national débattent de façon musclée à propos de déontologie.

Face aux attaques de l’élue RN Marie-Hélène de Lacoste Lareymondie, le président Jean Rottner dénonce le fait que pour quatre collaborateurs d’élus d’extrême droite, il n’a pas eu depuis 20 mois ” de connexions informatiques, de déplacements, pas de jours de congés posés, pas de photocopies, pas de fréquentation du restaurant administratif ».

Peu après, le président annonce à la presse locale qu’il allait saisir le procureur de la République au nom de l’article 40.

L’article 40 indique que « Le procureur de la République reçoit les plaintes et les dénonciations et apprécie la suite à leur donner conformément aux dispositions de l’article 40-1.

Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. »

Nous avons souhaité connaître les décisions du procureur de la République face à ces graves accusations du président Rottner.

Surprise : il n’y a eu ni signalement ni plainte !

Que s’est-il passé ? Un oubli ?

Jean Rottner aurait-il été mal informé ou ne préfère-t-il pas relancer un débat sur les détournements de fonds publics et d’emplois fictifs où d’autres partis peuvent être mêlés ?

Le président du Grand Est n’a jamais communiqué l’identité des quatre assistants concernés, ni confirmé qu’ils travaillaient tous pour le RN.

Le parti de Marine Le Pen dément ces accusations  et atteste « du travail, du sérieux et de la présence effective des six collaborateurs du Groupe »

Les rôles sont maintenant inversés !

En l’état, les accusations publiques de Monsieur Rottner constituent une dénonciation calomnieuse vers un groupe d’élus du conseil régional et de leurs assistants.

Ce qui pourrait être l’objet d’une plainte de Virginie Joron, la présidente du groupe Rassemblement National à la région Grand Est contre Jean Rottner

À suivre !

Alsace : Le cher Tour de France de nos chers élus

Le Tour de France dans le  Grand Est.

Le Tour de France apporte naturellement beaucoup lorsqu’il traverse une région. Notoriété, image et plus si affinités.

Voilà pourquoi, il faut payer pour accueillir une ville départ ou arrivée. Cela nous ne le discutons pas.

Ce qui nous a choqués, c’est l’entre soi de tous nos élus, tout cela financé avec nos impôts.

La disparition de l’Alsace

Frédéric Bierry et Brigitte Klinkert, trop occupés à faire croire que l’Alsace est de retour se sont fait doubler par la communication du Grand Est. L’ordre est donné : le Tour ne traverse pas la Lorraine, la Champagne, l’Alsace. Le Tour est dans le Grand Est.

On on personnalise des voitures. Heureux qui communique.

Sur les réseaux, façon Georges Clownesque, Jean Rottner intervient dans un clip qui a dû rapporter gros aux agences de com :

Notez que le post mentionne les Ardennes, la Marne, mais oublie le reste pour sanctifier Grand Est.

Des sifflets pour les voitures du Grand Est

Tout cela n’aura pas empêché, à de nombreux endroits, le public de siffler les voitures bleues de Jean Rottner !

Les sauteries entre-soi

Frédéric Bierry et Brigitte Klinkert ne sont, eux, pas en reste. Ils ont organisé leur sauterie et « privatisant » le Château du Haut-Koenigsbourg pour l’occasion. 

Ils personnalisé quelques gadgets avec la mention « Alsace » et ils ont invité quelques proches au château !

Peut-être y aurait-il eu un meilleur public à inviter pour garantir un « retour sur impôt ».

L’ADT, désormais service de com des présidents, y va de ses posts, stands et outils de communication.

Là, encore l’entre-soi est de mise ! L’autocongratulation aussi.

Le Tour est passé, il passera demain. Le cher Tour de France de nos chers élus, ce n’est pas pour nous les petits. Nous, nous n’avons que la télévision sans autres petits fours que ceux que nous payons avec nos salaires et notre reste à vivre.

Le maillot jaune n’efface pas l’esprit « Gilet Jaune ». Demain, le Tour part de Mulhouse, le cœur du Rottnerland !

Stanislas Metz

En direct du Grand-Est, une alliance contre l’Alsace ?

En direct du Grand Est, une alliance contre l’Alsace ?

On l’annonce, elle circule, l’alliance contre l’Alsace ! Plus exactement l’alliance de la gauche sous la bannière de Jean-Pierre Masseret et de la Majorité Rottnerienne contre le groupe « Alsace et territoires ». Une alliance qui se concrétiserait par une motion contre le groupe Alsace, pardon pour le Grand Est !

Du jamais-vu ! à voir !

Cette première devrait se faire dans l’après-midi à l’issue de la séance que vous pouvez suivre en direct sur le site de l’institution.

« Le groupe Alsace dérange tant qu’ils s’entraînent en préparant les conditions d’une alliance demain lorsque la région Grand Est pourrait passer RN » distillait un élu alsacien ce matin.

« On va mesurer là le vrai impact de Valérie Debord sur la majorité et ses amis LR », osait un autre plus centriste.

Où est le Jean Rottner qui dénonçait l’ACAL ?

Valider l’attachement au Grand Est, la proposition est un piège pour la droite alsacienne, un piège tendu habilement par Jean-Pierre Masseret.

Si la motion est rejetée, les Progressistes auront fait parler d’eux

Si Jean Rottner et sa majorité votent cette motion, ils devront expliquer cela, de retour en Alsace.

Là, certains rappelleront la fougue passée par Jean Rottner à pétitionner contre l’ACAL et à ses élus les coups de coude donnés, avec parfois de fausses écharpes, pour être vus et interviewés lors de la manifestation d’octobre 2014

En fin de compte, la majorité n’a pas voté la Motion… Rn et Patriotes ont voté contre, la majorité n’a pas pris part au vote comme le Ps et les indépendants. Christophe Choserot, portant la Motion, a retiré son texte !

Stanislas Metz

Groupe Alsace : la colère de Valérie Debord !

Groupe Alsace : la colère de Valérie Debord !

La création d’un groupe « Alsace et Territoires » annoncé ce jour par Heb’di n’a pas manqué d’énerver Jean Rottner. Suivant les conseils de son directeur de cabinet et époux de la conseillère régionale Nejla Bandralise, il a donc laissé Valérie Debord monter en première ligne en tant que Présidente de Groupe.

Un groupe Alsace et territoires?

La création d’un groupe fondé sur la base des anciennes régions est une première. Alors que la Président de Grand-Est soigne son image à Paris auprès du Gouvernement, cela tombe donc particulièrement mal. Du côté des pros -Grand Est, il faut donc museler les soutiens à ce groupe.

C’est donc à Valérie Debord de cogner du point sur la table. D’abord pour pousser des élus bas-rhinois fidèles à Grand Est à monter au créneau contre les « félons ».

Les défenseurs de Grand-Est vont donc jouer le chœur des vierges effarouchées dans les heures qui viennent. On entendra naturellement un Pascal Mangin, justement une Nejla Bandralise en attendant la suite … Le temps à des plumes, payées par nos impôts, de préparer les éléments de langage.

L’empire grand-est contre-attaque

En attendant, l’idée d’un communiqué commun a donc vu le jour, hier et plusieurs versions ont circulé, avant, enfin, la contre-attaque de l’Empire …

Trahison ou liberté ?

Au travers d’une attaque assez violente, Valérie Debord tente naturellement d’isoler les élus des départements évoquant «véritable acte de défiance » envers l’accord de Matignon.

Mme « Jemvoyaisdéjaprésidente », comme l’appelle certains élus de Champagne, n’a pas eu de mots assez durs pour contrer le « groupe Alsace » mentionnant même la trahison ! Là, on se demande, du côté d’Heb’di, qui a trahi qui en premier.

Le pire, dans ce communiqué, est sans doute l’accusation de défendre des « intérêts personnels » alors que les élus du Groupe Alsace inscrivent leur action dans la logique des sondages évoquant le rejet du  Grand Est et, on le sait, renoncent à des actions menées de longues dates, comme celle de Justin Vogel au sein de l’OLCA.

Et Paris dans tout cela ?

Les couteaux sont donc sortis et rien ne sera épargné au groupe des rebelles à Grand-Est.  « « Je ne comprends pas pourquoi la Corse et la Bretagne ont bénéficié d’un traitement spécifique et pas l’Alsace » déclare Georges Schuler aux DNA, ce matin.

Reste à savoir ce que la direction nationale de LR fera sur la question !

Valérie Debord entend user de ses réseaux et amitiés. Laurent Wauquiez est attendu bientôt en « Alsace ».

Alors que les élus et assistants pro-Grand-est se lâchent sur les réseaux, une questions se pose … Et si l’Alsace s’invitait dans le Grand Débat National ?

Barbara DesVilles

Groupe Alsace : la majorité Rottner secouée

Groupe Alsace : la majorité Rottner secouée

Attendu comme le « Nessie », un groupe vient de voir le jour au sein du Conseil Régional Grand Est. Annoncé un temps comme le groupe « Alsace », ce groupe voit plus large, prenant en compte les territoires et le droit local. 5 élus le composeraient au moment où nous écrivons ses lignes. (suite…)

Gilets Jaunes – Essence : pourquoi personne ne manifeste devant le Grand-Est ?

Gilets Jaunes – Essence : pourquoi personne ne manifeste devant le Grand Est ?

Si c’est la goutte d’essence qui a fait déborder le réservoir et initié le mouvement des gilets jaunes en Alsace, on sait que la vraie question centrale du débat reste le pouvoir d’achat. Là, on s’étonne qu’en Alsace, les manifestants ne viennent pas en parler à Jean Rottner, le Président de la Région Grand Est ?

Les régions touchent la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques

Car oui, les régions et donc l’ensemble administratif appelé Grand Est touchent la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétique

Les régions ont donc la possibilité de réduire lors de leur budget, la fraction de tarif de la taxe intérieure de consommation applicable aux carburants vendus aux consommateurs finals sur leur territoire.

Le Ministère  nous le rappelle d’ailleurs : « La fiscalité de l’électricité, des produits gaziers et pétroliers en France est encadrée par le droit communautaire, en particulier les directives européennes 2003/96/CE du 27 octobre 2003 et 2008/118/CE du 16 décembre 2008.

Qu’attend donc Jean Rottner pour annoncer une baisse des taux de la fraction régionale ?

La directive 2003/96/CE encadre le régime des accises, les niveaux minima de taxation et, sous certaines conditions, les exonérations ou les taux de taxation différenciée qui s’appliquent. En France, il existe principalement quatre types d’accises sur l’énergie :

Qu’attend donc Jean Rottner pour annoncer une baisse des taux de la fraction régionale ?

En 2019, 32 % de la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques seront perçus par nos collectivités locales (45 % par l’État). Autant de raison pour les gilets jaunes d’Alsace d’oser affronter Jean Rottner et de voir s’il est vraiment à l’écoute de la population.

Des rot un wiss sur les ronds-points !

Voilà aussi l’opportunité d’une convergence des luttes ! De faire manifester les Alsaciens contre une région qui augmente ses impôts, ses taxes tout en mettant à mal tout ce qui est encore d’Alsace, à l’instar même récemment du tourisme.

D’ailleurs, on attend les études sur les coups du Grand Est, cette nouvelle « région » que 83 % des Alsaciens ne supportent pas plus que les impôts !

Barbara DesVilles

 

Nous utilisons des cookies sur notre site Web

Merci de confirmer, si vous acceptez nos cookies de suivi. Vous pouvez également refuser le suivi afin que vous puissiez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à des services tiers.