Dans l’histoire, ce phénomène est universel. De tous temps, les conquérants ont nourri leur soif de pouvoir en étendant leur domination sur des régions de plus en plus grandes. Le fantasme de l’empire est constant chez les puissants. Pas dans les populations. Aucun empire n’a survécu, tous se sont disloqués pour se recomposer ensuite, la plupart du temps sous une nouvelle impulsion militaire, et se disloquer à nouveau. Tout se passe comme s’il y avait une relation cachée entre une taille critique de zone géographique sous administration unique et le mode de vie des populations administrées. Plus la zone est grande, plus elle est fragile et sujette à de multiples soubresauts qui finissent par avoir raison de son existence. Tout […]

Vous n'êtes pas encore abonné et souhaitez lire cet article ?
Découvrez tous nos abonnements et rejoignez-nous.

Pas encore abonné(e) ?
Découvrez Hebdi à partir de 2€ !

Découvrez nos différentes offres d'abonnements et créer votre compte pour accéder à l'ensemble des articles d'HEB'DI Tag
Abonnez-vous